BIFFF 2013 – Ghost Graduation : les fantômes de la nostalgie

par |
Ça commence sur du Whigfield et ça finit sur du Bonnie Tyler. En chemin des fantômes passent leurs examens. Le but de Ghost Graduation est sans contexte de nous faire voyager dans le temps en nous faisant rire à gorges déployées.

Image de Présenté dans le cadre de la compétition internationale, décrit par son réalisateur Javier Ruiz Caldera et un de ses scénaristes Adolfo Valor comme un hommage aux films des années 80, ce film espagnol nous ramène au lycée.

Modesto est professeur, il souffre de problèmes d’autorité, liés à son autre pathologie, désormais de plus en plus répandue, celle de voir des gens qui sont morts. À Montforte, où il est engagé, il y a justement des lycéens fantômes qui jouent des tours aux vivants. Modesto est bien décidé à les mettre au travail.

Tout dans ce film nous ramène au cinéma américain, le lycée, les costumes, à l’exception de la langue, rien ne vient nous rappeler que le film est espagnol. Les codes sont respectés à la lettre, le film est calibré pour nous fournir le visuel qu’on a l’habitude de voir. Il joue également beaucoup sur la nostalgie de l’adolescence et utilise pour cela un référentiel qui parlera beaucoup aux trentenaires.

On entre du coup très facilement dans l’univers de Ghost Graduation, et on profite d’autant mieux de ce qui fait sa force : son humour décapant. Rarement vulgaire, à l’exception du personnage de la concierge, heureusement peu présent, le film nous fait sourire benoîtement, tirant parfaitement profit de toutes ces caricatures qu’il emprunte au cinéma hollywoodien. Jonglant entre dialogues amusants, blagues d’adolescents et quiproquos charmants, cette comédie prévisible et bien rythmée, nous fait passer un agréable moment de détente.

En savoir +

Ghost Graduation
De : Javier Ruiz Caldera
Avec : Raúl Arévalo, Alexandra Jiménez, Javier Bódalo
Durée : 1h28

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Apprenti doutologue, assidu scribouillard, avide voyageur et kinoïte appliqué, Florent combat la procrastination sur de nombreux fronts, peut-être finira-t-il par gagner. Plus sur: www.assiduite.blogspot.fr/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article