BIFFF 2013 – Frankenstein’s army : same player, shoot again

par |
Des robots mort-vivants nazis fabriqués par un certain docteur, déciment une unité russe. Et puis c’est tout, faut pas trop compliquer les scénarios, sinon après on ne comprend pas tout !

Frankenstein's Army

Ce film hollandais, tourné en anglais, probablement parce que les russes sont anglophones, se caractérise essentiellement par son manque d’originalité, les mêmes stéréotypes de soldats, les mêmes ressorts scénaristiques que le très mauvais 25ème Reich diffusé mercredi au BIFFF.

Filmé en found footage, parce qu’évidement les russes font un film de propagande sur leur glorieuse avancée, mais en se filmant à la façon des adolescents modernes, histoire de ne pas gâcher la pellicule. Comme on est pendant la seconde guerre mondiale, on a d’ailleurs le droit à un petit effet pellicule brulée à chaque changement de séquence, du plus bel effet sur du numérique…

Gratiné de quelques remarques douteuses sur le communisme, le nazisme et les juifs, le film prend le parti de nous montrer la réalité de la guerre, de façon tellement crédible qu’on en attrape une crampe aux zygomatiques.

Il faut tout de même reconnaître que les décors sont sympathiques et les costumes et les maquillages convaincants. C’est d’ailleurs le seul intérêt du film, le personnage principal, celui qui tient la caméra, les aime aussi d’ailleurs, puisqu’à chaque fois qu’il voit un nouveau robot-mort-vivant, il ne peut pas s’empêcher de foncer dessus pour faire un gros plan. C’est l’occasion de quelques clins d’œil sympathique, notamment à Robocop.

En résumé, ce film ressemble à une énorme bande démo pour un jeu vidéo, un Doom-like doté d’un pauvre scénario. Mary Shelley n’est plus à cela prêt, sa tombe étant déjà un véritable Lavomatic, mais nul doute qu’elle a apprécié d’y faire un tour de plus.

En savoir +

Frankenstein’s army
De : Richard Raaphorst
Avec : Karel Roden, Joshua Sasse, Robert Gwilym

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Apprenti doutologue, assidu scribouillard, avide voyageur et kinoïte appliqué, Florent combat la procrastination sur de nombreux fronts, peut-être finira-t-il par gagner. Plus sur: www.assiduite.blogspot.fr/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article