L’envers du décor des festivals

Image de

Auparavant davantage épargnés que les salles de concert, les festivals sont aujourd’hui face à une mutation du paysage musical et économique qui les poussent à revoir leur stratégie de financement. Discordance est ainsi partie à l’encontre des différents acteurs qui font que les festivaliers aient toujours l’envie de se déplacer aux quatre coins du territoire pour faire le plein de bonnes vibrations : des organisateurs de festivals  aux responsables de différentes structures culturelles, nous sommes aussi partis aux côtés des artistes et de leurs boîtes de production afin de mieux comprendre leur gestion et leurs difficultés pour rester la tête hors de l’eau. Car en 2013, la donne n’a pas changé depuis les premiers déséquilibres rencontrés lors des années passées, pire, la sonnette d’alarme est activée. Et même du côté des piliers français : le déficit des Vieilles Charrues lors de l’été 2013 n’a fait que le confirmer.

Chapitre 1

La crise des festivals ?

Alors que le live devait assurer une porte de sortie salutaire à la crise du disque, le constat n'est plus aussi tranché et beaucoup de festivals abordent leurs éditions 2010 avec anxiété. Même les grands en pâtissent.
par |

Image de

Chapitre 2

« Mais il est trop cher ce festival ! »

L'envie de sortir ça prend souvent comme ça : soit le bouche à oreilles fait son effet, soit on se jette sur son ordinateur portable et on regarde les programmations de festivals. Et d'un coup, fusent les "ah ! celui-là il a l'air trop cool !" et les "ah mais t'as vu le prix ?". C'est vrai, c'est cher. L'argent reste le nerf de la guerre. Regardons d'un peu plus près où va l'argent...
par |

Image de

Vous avez aimé cette série d'articles ? Partage la !

Image de
: Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article