BIFFF 2013 – Grabbers : boire ou périr, il faut choisir

par |
Le pire ennemi d’un irlandais est l’eau. Heureusement sur Erin Island, on n’en boit assez peu et l’agent O’shea encore moins que les autres. Il faut dire qu’à part la pêche, l’église et le pub, l’île offre assez peu de divertissements. Mais comme dit l’agent Lisa Norton, fraîchement émoulue de Dublin, c’est toujours dans les coins les plus tranquilles que se produisent les pires faits-divers.

Image de

Comme de par hasard, des touristes d’outre-espace ont justement pris la première comète en partance pour s’installer dans les environs. Ces derniers pourraient être sympathiques avec leurs jolis tentacules et leurs dentitions parfaites, mais ils ne supportent pas l’alcool, crachent partout et ont la mauvaise habitude de manger les insulaires. Dès lors un repli stratégique au pub semble être le meilleur moyen de leur échapper.

Grabbers est une comédie de monstre irlando-britannique, à l’humour caustique et fortement ironique qui n’est pas sans rappeler celui de Martin McDonagh (Bons Baisers de Bruges). Loin de la parodie ou de la caricature, le scénario s’amuse des clichés du genre tout en les respectant. Une galerie de personnages stéréotypés, unis par une maladresse et des préoccupations assurément humaines, y fait face à des animaux aquatiques extraterrestres tentaculaires.

Ces derniers sont d’ailleurs assez réussis et agréablement crédibles pour des créatures réalisées en effets numériques. Franchement peu avenantes, elles ne sont que rarement tournées en dérision, à l’exception d’une scène complètement loufoque, qui du coup n’est pas sans évoquer l’esprit des Gremlins.

Ce qui fait la richesse de Grabbers, c’est essentiellement ses dialogues décalés, servis par des acteurs convaincants. Ils parviennent à rendre sympathiques les ressorts scénaristiques les plus éculés. Ruth Bradley nous offre notamment une performance détonante, son personnage Lisa étant saoule près de la moitié du film.

On l’aura compris Grabbers ne se prend pas au premier degré, mais n’en est pas pour autant un ersatz de Shaun of the dead. Malgré un scénario et des personnages en apparence simplistes, c’est un divertissement délicieusement acide avec  sa propre personnalité.

Les allergiques à l’humour anglais pourront toujours voir dans ce film une publicité pour l’Irlande, ses paysages, sa musique, ses pubs. Le réalisateur Jon Wright nous donne en effet  à voir une véritable carte postale et recréé une atmosphère qui rendrait nostalgique n’importe quel humble voyageur, qui a un jour traîné ses guêtres dans le pub d’une île anglophone.

Si Grabbers n’offre pas autant de degré qu’un whisky écossais, il se déguste avec plaisir comme une bonne pinte, un soir d’août, au pub de Lochboisdale.

Grabbers - 2

En savoir +

Grabbers
De : Jon Wright
Avec : Richard Coyle, Ruth Bradley, Russell Tovey
Durée : 1h34

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Apprenti doutologue, assidu scribouillard, avide voyageur et kinoïte appliqué, Florent combat la procrastination sur de nombreux fronts, peut-être finira-t-il par gagner. Plus sur: www.assiduite.blogspot.fr/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article