Bref, j’ai regardé la cérémonie d’ouverture.

par |
Bref, Il était 18h59, j'étais assis devant ma télé, j'avais mis un costume noir, un nœud pap noir, des chaussures noires pour faire comme si j'étais invité à la cérémonie d'ouverture. A côté de moi, y'avait ma copine, en pyjama Hello Kitty avec une tisane « bonne nuit » à la main. Dans le coup, je me suis dit que l'illusion était loupée.

A 19h, le générique d’un vieux dessin animé a mis en émoi la salle comble du Palais des festivals. Moi, au milieu de mon salon, je me suis levé, j’ai applaudi pour faire comme si j’y étais et puis ma copine m’a demandé de faire moins de bruit…. Je me suis rassis.

Puis Bérénice Béjo est entrée en scène avec la moitié du tapis rouge sur elle. J’ai dit à ma copine : « tiens, c’est marrant, ils lui ont fait une robe avec les chutes du tapis». Ca l’a pas fait rire. Je l’ai regardée, elle m’a regardé, j’ai regardé Bérénice, elle m’a pas regardé et puis elle a dit « J’aime ce silence ». Sur le moment je l’ai pris pour moi et… ça a fait rire ma copine.

En fait, le silence dont elle parlais, c’était celui d’un écho fantomatique qui contient :
« les soupirs des personnages de Wong Kar-wai,
les cris des amants de Pedro Almodovar,
les coups de feu de Quentin Tarantino,
le rire de Marcello Mastroianni
»,
et son propre mutisme évadé de The Artist. Sur le moment, je me suis dit que si je me taisais cinq minutes … je pouvais entendre le même.

Et puis soudain, la cacophonie :
« le bruit d’un tournage,
d’une équipe de techniciens qui s’affairent,
d’un cinéaste qui crie silence,
d’un scénariste qui tape sur son clavier,
le bruit des rires,
le bruit des cœurs,
le bruit des rires en cœur,
le bruit de Cannes,
le bruit des journalistes,
le bruit des Ferraris sur la croisette
»
et tout ces autres bruits de Cannes qui pendant dix jours s’amplifient dans mon salon.

Alors, Bérénice a demandé à celui « qui se moque de ceux qui regardent les films avec de grands yeux d’enfant » de se taire. J’ai regardé ma copine, elle m’a dit « quoi ? », j’ai dit « rien » et j’ai souri. Et puis les portes se sont ouvertes, le jury a fait son entrée, là on nous dit que la parité a été respectée. « Putain, la télécommande ! ». Elle me l’a redonnée. C’était I.Télé et de tout autres jurés.

Soudain, la carrière du président Moretti se fait l’écho du silence et du bruit. Dans le coup, le palmarès s’annonce un peu moins télescopé que l’an dernier. Résumons, on a :
Deux anciens vampires enfin dirigés,
Un Français absent depuis 1999,
Un Autrichien, un Iranien et un Roumain en quête d’un second sacre,
Un Belge et une Française intouchables (pardon),
Un chasseur danois,
Un Australien qui nous propose de faire la route avec des hommes sans loi,
Et un film français dont le titre s’annonce comme une évidence, Vous n’avez encore rien vu.
Il était 19h29, le roi du royaume de Moonrise et ses sujets ont eu l’honneur inattendu de monter sur la scène pour officiellement lancer les festivités.
Il était 19h30, ils ont tous parlé en même temps, on a rien compris et ça a donné un truc du genre « we déclare le film’s festival de Canne open ».

Bref, le festival de Cannes a commencé et il est sur Discordance.

« Et sinon pourquoi t’as fait ça à la manière de Bref ? Ca fait un peu effet de mode, non ?
- Bah, je sais pas, comme c’est les mecs de Bref qui ont écrit le discours de Béjo je me suis dit que ça serait marrant, non ? Tant pis !
»

La cérémonie d’ouverture en replay :
http://www.canalplus.fr/c-cinema/c-festival-de-cannes/pid4379-montees-des-marches-et-ceremonies.html?tab=2

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Étudiant en cinéma et amateur de bande dessinée, il aspire à devenir scénariste dans l'un où l'autre de ces deux médias.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 17 mai 2012
    Sam a écrit :

    C’est peut-être effet de mode, mais pour le coup, sacrément efficace (et cohérent aussi). Donc ça commence bien! Bon festival!

  2. 2
    Isatagada
    le Jeudi 7 juin 2012
    isatagada a écrit :

    Je te lis après le festival. J’aime bien me sentir un peu comme toi : y être sans y être.
    Comme ça ton article semble meilleur encore :-)

Réagissez à cet article