L’Ombre et la Proie – Psykup

par |
Telle une ombre insaisissable et omniprésente, voici Psykup de retour, prêt à fondre sur sa proie en ne lui laissant aucune chance de ressortir indemne de l'écoute de cet album à la fois unique et inclassable.

cover_ombre_proieAvec le Temps de la Réflexion, leur premier album, les 5 toulousains de Psykup avaient déjà frappé très fort. Pour un coup d’essai, ce fût un coup de maître. Passant à la moulinette trois décennies d’Histoire musicale, le groupe était parvenu à trouver son propre style, oscillant entre funk, métal et hardcore. La barre était placée très haut, et le groupe attendu au tournant.

Autant le dire tout de suite, L’Ombre et la Proie est la suite logique du premier opus. À l’instar de sa pochette, cet album est un véritable carrousel musical, baladant l’auditeur dans toutes les directions possibles, le déstabilisant sans cesse pour mieux l’emporter sur des sommets d’intensité sonore. Dense, riche et complexe, les amateurs vont être aux anges.

À ce propos, Love is dead, le premier morceau de la galette est l’illustration parfaite du style du groupe: changements de rythmes incessants, alternance chant clair / chant hurlé, petits passages groovy, séquences parlées et riffs de tueurs. Sans perdre une seconde, Psykup rentre directement dans le vif du sujet et le cocktail est délicieusement explosif.

Pulvérisant toute notion de structure classique (couplet / refrain / couplet) chaque titre, en dépit de quelques passages parfois un peu longuets, est une trouvaille et fait de cet album une véritable aventure auditive.

Techniquement irréprochable, la production de l’album est d’excellente facture et rends pleinement compte de la maîtrise des musiciens. Mention spéciale pour le jeu du batteur tout en précision et en puissance. La musique est sans compromis et le groupe ne cède jamais à la facilité. Les morceaux sont longs (quasiment tous font entre 6 et 9 minutes) et des dizaines d’écoutes vous seront certainement nécessaires pour découvrir et apprécier pleinement toutes les facettes des 10 bijoux qui figurent sur l’album.

Bien qu’apportant au final peu d’éléments nouveaux par rapport à son prédécesseur, L’ombre et la Proie enfonce le clou et arrive malgré tout à encore nous surprendre. Si le côté déjanté et loufoque qui se dégage de l’ensemble peut rappeler Zappa ou Mike Patton, Psykup échappe à toutes les comparaisons et ne ressemble décidément à aucun autre groupe.

À découvrir d’urgence !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article