Saleté ! – Chloé Alifax

par Arno Mothra|
L'enfant symbolise la vie, la gaîté, les dernières formes d'espoir dans le regard désabusé d'un adulte. Qu'existe-t-il de plus désolant qu'un enfant triste ? Qui plus est, un enfant se contentant de grandir sous les commandements de son corps, effrayé par cette nature cruelle et déjà presque mort à l'intérieur ? Dans Saleté !, son premier roman fraîchement sorti, Chloé Alifax campe le rôle d'une petite fille à la maturité ambiguë.

chloealifax
A travers Saleté !, Chloé Alifax chamboule son lecteur sans toutefois le malmener, empruntant des figures de style originales dans un esprit proche de la ravissante Chloé Delaume . L’ordre et les couleurs tournent de façon obsessionnelle au long du récit ; la jeune femme ne parle pas d’autisme, de viol intérieur, d’inceste, d’humiliation et de perte des repères : elle les vit, les revit au jour le jour, se construit, se façonne un paysage la complaisant davantage dans ses névroses sans pouvoir directement les annihiler (et encore moins par l’intermédiaire de son psychiatre). Son récit devient alors aussi complexe et fascinant que nécessaire, car il livre certaines clefs essentielles pour mieux comprendre et aider les autistes – jeunes ou non -, noyer les silences et vaincre la hargne aphone qui ronge le cerveau.

Si le sexe apparaît, évidemment, omniprésent à travers une description violente et dégouttée, voire sujette à un déséquilibre certain, il ne représente néanmoins pas un seul instant une envie de racolage ou de surenchère nauséabonde pouvant exaspérer ou faire fuir le lectorat, à défaut de le plonger parfois au coeur du malaise. Chloé Alifax ne perçoit pas distinctement les barrières de l’enfance à celles de l’âge adulte : elle cuisine l’émoi, mélange les maux, les étapes de la vie, ses répulsions, ses propres désirs, elle transcrit ses plaies sur des objets qu’elle renferme dans des écrins colorés mais muets. Saleté ! explore l’influence des traumatismes sur la vie quotidienne, parfois avec poésie, parsemée de métaphores, douces et délicates, ou parfois avec une extrême brutalité. Rien ne se distille par hasard.

Un premier roman très prometteur et bouleversant, sur lequel il est impossible, après lecture, de ne pas se forger une interprétation et une émotion personnelles. Pour les amateurs, une lecture de Saleté ! par Audrey Vernon et deux nouvelles inédites de Chloé Alifax sont consultables sur le site de Stéphane Million Editeur->http://stephanemillionediteur.com], enfin mis en ligne ; page web où les lecteurs pourront retrouver toute l’actualité et les publications de Stéphane Million, décidément majoritairement pertinentes, ainsi que des textes de ses auteurs avec entre autres [ Jérôme Attal .

Partager !

En savoir +

Saleté !, Chloé Alifax, Stéphane Million Editeur, 2009, 240 pages

MySpace de Chloé Alifax: http://www.myspace.com/wwwmyspacecomalifax

14 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 28 mai 2009
    k. a écrit :

    Décidément tout ce qui sort de cette maison d’édition vaut de l’or..

    Et pourtant. Je n’adhère pas. L’étrange impression que toutes les chroniques de Discordance concernant les publications de Stéphane Million sont surfaites, voire même ciselées avec beaucoup d’application, pour finalement être déposées sur le bout de la langue avant de refermer nos bouches/égoûts immondes. De véritables perles. Ou petites pilules soporifiques pour étouffer la critique dans l’oeuf. Pshittt. Effet garanti.

    Moi ça me reste en travers de la gorge.

    On change de chroniqueur, mais les règles du jeu sont les mêmes. Ne pas heurter la susceptibilité de l’éditeur – heuuu des lecteurs, pardon…

    Remarquablement écrit, cela dit, mais ça tu le sais Arno. Rien ne se distille par hasard. Sans doute.

    Cheers.

  2. 2
    Pascal
    le Vendredi 29 mai 2009
    Pascal a écrit :

    « Et pourtant. Je n’adhère pas. L’étrange impression que toutes les chroniques de Discordance concernant les publications de Stéphane Million sont surfaites »

    Un petit tour dans la liste des chroniques parues cette année sur des livres issues de cet éditeur :
    Miss Saturne par Léa. http://www.discordance.fr/Miss-Saturne-Barbara-Israel,832.html
    Le coeur à genoux par Dahlia http://www.discordance.fr/Le-coeur-a-genoux-Alexandra-Geyser,874.html

    Deux chroniques loin de n’être qu’une suite de superlatifs, publiées justement au risque de susciter certaines susceptibilités.

  3. 3
    VIOLHAINE
    le Vendredi 29 mai 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    Non mais Kyra c’est facile de venir cracher ta bile par ici de temps en temps, histoire de ne pas te faire oublier…
    Seulement, ne parle pas sans savoir, car non, comme l’a dit Pascal, on ne fait pas qu’encenser les sorties des éditions Stéphane Million. Et même si on les encensait systématiquement, ça ne serait certainement pas pour les beaux yeux de l’éditeur.
    Mais si tu venais discuter des problèmes internes EN INTERNE et non sur le site public, on aurait pu t’expliquer.

  4. 4
    le Vendredi 29 mai 2009
    Céline a écrit :

    J’ai lu le roman de Chloé Alifax. Je devrai plutôt dire que je l’ai dévoré. L’histoire de Saleté ! est si prenante, si écorchée, qu’on ne peut pas en sortir indemne. L’écriture de Chloé Alifax est une merveille d’originalité avec un rythme si soutenu que le temps n’a plus sa place pendant le voyage que nous offre l’auteur. Un livre à conseiller, sans hésitation.

  5. 5
    le Vendredi 29 mai 2009
    Kaka-ouete a écrit :

    K: L’élégance aurait voulu que vous ayez parcouru au moins 3 pages de ce livre avant de descendre cette critique.

    Voilà ce qui est écrit sur le site de FB pour Saleté par Stéphane Million, qui est un jeune éditeur courageux, qui mérite effectivement un peu de soutien de la part de Discordance, SI les livres publiés par lui plaisent, ce qui est le cas ici dans cet article, tant mieux!

    L’auteur : Chloé Alifax a 25 ans. Je ne la connais pas, je ne l’ai jamais rencontrée. J’ai reçu son manuscrit par la Poste, je l’ai lu la veille de la réunion où l’on présente les prochaines sorties : J’en ai donc parlé aux représentants avant qu’elle en soit informée. Je l’ai appelée le lendemain. Puis, elle a signé son contrat par courrier et nous papotons par mails. Elle vient de trouver un nouveau boulot de serveuse, là où elle habite, en province, et ne sera pas là à sa fête.

  6. 6
    Pascal
    le Samedi 30 mai 2009
    Pascal a écrit :

    qui mérite effectivement un peu de soutien de la part de Discordance

    Discordance ne « soutient » pas Stéphane Million, ni en tant que personne, ni en tant que jeune éditeur.

    La chronique et l’avis d’Arno, n’engagent que lui. C’est son analyse, ses mots.

    Et que ce soit au niveau du choix du sujet ou de l’angle de l’article, comme d’ailleurs tout ce qui se trouve sur ce site, rien n’a été imposé ni par la rédaction, ni par l’éditeur. A partir du moment où cet avis est pertinent et clairement argumenté, il a toute sa place sur ce site. Qu’il s’agisse d’un coup de coeur ou d’un pamphlet.

    Mais s’il vous plait essayer de faire la différence ;o)

  7. 7
    le Dimanche 31 mai 2009
    Samuel a écrit :

    Il est marrant Spécial K, il fait juste une critique light sur un article qui tient la route mais autrement, non ! Il ne parle pas du roman d’Alifax, il n’a pas d’opinion dessus, ni négative ni tiède ni positive, il tape juste du pied avec un semblant de nervosité, un truc personnel, une gueguerre. Mais sur le roman d’Alifax, nada ! Alors que c’est de ce roman qu’il est question et de rien d’autre.
    J’ai lu « Saleté ! », j’ai totalement aimé, c’est du brut de décoffrage avec de l’émotion au rasoir.
    Cours, Spécial K, cours l’acheter et lis-le et après tu pourras parler du vrai sujet.

  8. 8
    le Dimanche 31 mai 2009
    Kaka-ouete a écrit :

    Oui Pascal et ce d’autant plus que les deux autres critiques des livres édités par Million sont assez dures. Ce que je voulais dire, c’est qu’il n’y aurait rien de mal à soutenir une jeune maison en évoquant des livres APPRÉCIÉS ou pas du moment que c’est sincère, et ce d’autant plus si ces livres évoquent des sujets psycho-sociaux importants, ce qui est le cas de Saleté. Je n’ai lu aucun de ces 3 livres, mais j’en ai aimé trois autres publiés par lui et je n’hésite pas à soutenir si ces livres me plaisent vraiment, ce qui était le cas. Je trouve pour ma part, important que des jeunes maisons d’édition voient le jour, car cela apporte un sang neuf au monde de l’édition en France qui en a parfois bien besoin.

  9. 9
    le Dimanche 31 mai 2009
    Sandrine a écrit :

    K, ce qui est personnel doit rester personnel.
    Mais… que penses-tu du roman ?…

  10. 10
    le Dimanche 31 mai 2009
    k. a écrit :

    Je ne parle pas du roman en effet, mais de l’enrobage, valable pour cette chronique et pour d’autres. Franchement, cessez de voir des attaques personnelles et autres règlements de compte absurdes dès lors que ce que l’on dépose en commentaires est « politiquement incorrect ». Les cases dévolues à cet effet ne sont qu’un crachoir de toute façon, même si la modération veille au grain.

    Je n’ai rien à gagner dans cette histoire, encore moins à vendre, Violhaine, et merci de te préoccuper de ma vésicule biliaire.

    Puisque Discordance ne soutient pas Stéphane Million, je ne vois pas pourquoi ma remarque déplait tant. « Surfaites » n’allait pas forcément dans le sens positif du terme. Faudrait accorder vos violons les gars.

    Merci du conseil, Samuel.

  11. 11
    le Mercredi 3 juin 2009
    Kaka-ouete a écrit :

    @K. La remise en question n’est pas votre point fort surtout. Votre over réaction était à côté de la plaque pour deux raisons; un ce livre semble tout à fait excellent, deux, les deux autres critiques des livres publiés par Million n’étaient pas vraiment sympathiques. Et en trois, Infantilité pour infantilité, poil au KK pet.

  12. 12
    le Mercredi 3 juin 2009
    k. a écrit :

    Que dire de l’over soutien aveugle envers un éditeur alors que vous n’avez même pas lu les 3 livres en question. On marche sur la tête. Et ce n’est certainement pas vos arguments à deux balles et vos attaques puériles qui apporteront la lumière. Et puis avoir FB comme référence : no comment.

  13. 13
    le Mercredi 3 juin 2009
    k. a écrit :

    Houla, tout ceci va un peu trop loin. Bon vent.

  14. 14
    le Mercredi 3 juin 2009
    kaka-ouete a écrit :

    @K. Je n’ai pas lu le livre d’Alexandra mais plusieurs de ses textes sur son blog, quant à Barbara Israël, je n’en ai entendu que du bien ailleurs, j’ai pu l’écouter dans une émission littéraire également. Je n’ai pas besoin d’avoir lu un livre pour me rendre compte qu’une critique est dure. Pour Saleté, je me réjouis de l’acheter. Vous semblez surtout avoir des conflits avec les journalistes de Discordance, ce qui pour nous simples lecteurs ne nous regarde pas vraiment. Et de loin, je ne trouve pas du tout que Discordance cire les pompes de Million. Pensez-vous que Million se fasse reluire aussi sur France 2? Voir lien.

Réagissez à cet article