Life on Loop, le journal – partie 5 (finale)

par |
L’installation Life On Loop a investit la galerie PYO à Los Angeles le 23 octobre dernier, entre art vidéo et performance sonore. Tout juste rentré, Oan du groupe Film Noir nous livre des extraits de son journal et des photos et, en exclusivité, une vidéo de la performance.

Lire la partie 1, la partie 2, la partie 3 et la partie 4.

Le lendemain, Jungwan et moi allons voir Homeira, une collectionneuse de 60 ans avec le visage d’Orlan et la coiffure de Cléopâtre, habillée Jean-Paul Gauthier période bondage. En la voyant, on est saisi par un sentiment de fiction, qu’on attribue en partie à la ville. Son mari ressemble à un Albert Einstein vieux et bedonnant, et on mesure la lutte quotidienne que ce doit être pour elle de ne pas lui ressembler. Elle était là hier et a eu un coup de coeur pour l’installation avec les fils de nylon qu’elle voudrait installer chez elle, dans son entrée.

Heidi vient nous chercher dans sa Porsche Cayenne et se montre d’une humeur joviale inédite.
Le cauchemar de l’installation est enfin fini et elle va peut-être en être gratifiée par une vente importante à une personnalité influente de la scène artistique de Los Angeles. Et puis on lui a dit que la performance avait fait son petit effet :

«- Il paraît que des gens ont pleuré hier pendant la performance?
- C’était pas toi ?, dis-je perfidement
- Si, parce que c’était enfin fini.»

La bonne humeur rend tous les sarcasmes charmants et on arrive comme en vacances sur les hauteurs de Manhattan Beach, devant une maison qui ressemble à sa propriétaire. On espère que notre gueule de bois ne franchira pas trop le pas de la porte, et on est reçus par une bonne mexicaine boulotte avec le petit napperon, comme on n’osait même pas l’espérer. Homeira est malade mais se présente à nous en débardeur dont on devine vite la fonction : nous prouver sa jeunesse.

Les pourparlers sont cordiaux, elle est moins folle qu’elle n’en a l’air. On visite sa maison jonchée de sculptures mais je retiens surtout une photo d’elle quand elle était très jeune et très belle. En la voyant aujourd’hui je me dis que Life On Loop parle d’elle. La beauté, la volonté, la tristesse, la folie.

Le reste du séjour nous permet de découvrir un peu plus la ville, déroutante au début mais finalement assez attachante à l’usage : les avantages de la province avec les avantages d’une grande ville. Je pourrais parler aussi des rencontres qu’on y a encore faites : cette dame de plus de 70 ans qui a plus d’énergie que la plupart des jeunes de 18 ans que je connais, qui avait dansé et crié pendant tout un concert de Film Noir à New York l’année dernière. Ou ce jeune skateur-taggeur croisé dans un squat à Venice qui parlait avec un argot dépaysant des coups de feus qu’il entend tous les jours devant sa porte à Long Beach. Ou mon cousin de San Francisco qui ressemble aujourd’hui plus à mon oncle qu’à mon cousin tel que je me souvenais de lui. Ou cet ami de Jungwan, multimillionnaire à 30 ans, que la paranoïa empêche de se faire de nouveaux amis s’ils ne sont pas aussi riches que lui. Ou encore ce surfer qui sort de l’océan, mâchoire américaine, un surf sous le bras, mon téléphone qu’il vient de ramasser dans le sable dans l’autre main, et ces mots que j’ai gardé en mémoire je ne sais pas pourquoi : « j’ai le même T-shirt. J’ai acheté le mien en Thailande ». Pourquoi pas finir là-dessus ? Tout était un peu comme ça.

Vidéo de Life on Loop

En savoir +

Jungwan Bae et le collectif Friih : http://www.friih.com/

Film Noir : http://www.myspace.com/wearefilmnoir

PYO Gallery L.A. : http://www.pyogalleryla.com/

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

: Oan Kim est un musicien et photographe basé à Paris. il est le leader du groupe Film Noir dont la réputation grandissante s'est étendue au-delà de la scène parisienne underground. Leur premier album I had a very happy childhood est sorti en 2009. Sa carrière internationale en tant que photographe l'a conduit à réaliser une douzaine d'expositions en France, en Corée ou en Chine. Il travaille également avec la vidéo et collabore régulièrement avec Jungwan Bae sur des projets multimédia.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article