Break in life – Addiction Crew

par |
Bien que faisant parti de la grande famille du néo métal, les italiens d'Addiction Crew parviennent à éviter les clichés inhérents à ce style, et proposent une alternative plus que crédible face à toute cette vague de groupes, pour qui le look et les attitudes de poseurs ont pris le pas sur la musique.

addiction2L’histoire d’ Addiction Crew commence en 1996 par la réunion de ses deux membres fondateurs, Andrea Zanetti (basse) et Alex Guadagnoli (guitares). Pour l’anecdote, ce dernier fût à l’époque fortement pressenti pour occuper au sein de Sepultura, le poste laissé vacant par le départ de Max Cavalera. Intitulé tout d’abord Addiction, le groupe enregistre deux albums studios, assure la première partie de Sepultura sur la tournée Against, et commence à acquérir une notoriété de plus en plus grande dans son pays d’origine. C’est avec l’arrivée d’un nouveau batteur et surtout d’une deuxième chanteuse que le groupe devient Addiction Crew, signe sur Earache Records et se lance à l’assaut des charts européens avec ce Break in life qui risque fort d’être l’album de la consécration.

Attention à ne pas se laisser abuser par What About, leur premier single, très formaté FM et qui ne reflète en rien le reste de l’album. Refrains puissants, titres très accrocheurs, dès la première écoute les morceaux font mouches. Les deux chants se complètent à merveille et contribuent beaucoup à l’énergie dégagée par l’ensemble. Si la voix de Marta peut faire penser à des groupes comme Exilia ou Evanescence, le style musical est quand à lui beaucoup plus proche de celui d’un Linkin Park avec une influence hip hop indéniable et des machines omniprésentes. Sans révolutionner le genre, Addiction Crew arrive néanmoins à imposer sa petite touche personnelle à coups de beats ravageurs et de mélodies entêtantes. Mention spéciale pour Shall Rise et Break In, vraisemblablement les deux meilleurs morceaux de la galette.

Malgré des titres à la structure quasi identiques, intros très électros puis montée en puissance des guitares, l’album est plutôt diversifié et s’écoute du début à la fin avec plaisir. La recette, bien que connue et loin d’être très originale, n’en demeure pas moins diablement efficace.

Break in the life est une véritable petit bombe qui ne demande qu’à exploser dans vos oreilles. Terriblement addictif, vous risqueriez très vite de ne plus pouvoir vous en passer.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article