The Hives – The Black & White Album

par Polly|
Toujours aussi efficace. C’est-ce qu’on retiendra de ce nouvel opus de The Hives. Les suédois nous offrent dans ce "Black & White Album" 14 titres plus longs, mieux développés et qu’aucun ne pourra qualifier de mauvais.

thehivesIci, tous les morceaux sont supérieurs à 2 minutes 50. Un gros progrès si on se réfère à Tyrannosaurus Hives où la plupart des titres proposés faisaient 2 minutes (voir moins). Si le groupe y perd un peu de son coté ultrarapide et survitaminé, il y gagne en richesse. Quelques morceaux, Try It Again notamment, sont même agrémentés de choeurs se mariant très bien avec la voix dissonante de Pelle Almqvist . Mais rassurez-vous, les riffs efficaces et dynamiques qui ont fait les tubes des précédents albums sont toujours bel et bien là.

Et des tubes dans cet album il y en a quelques uns: Tick Tick Boom, le nouveau single, You Got It All . Wrong ainsi que It Won’t Be Long, un titre sur lequel Almqvist réduit son débit de parole pour nous offrir l’une de ses meilleures chanson. Outre des morceauxplus travaillés, la recette de base reste là même : une voix surexcitée et décalée et des mélodies qui gardent la même structure. Personnellement je ne m’en plains pas, et aurais même été déçue du contraire. On ne change pas une équipe qui gagne. À la limite on l’améliore. ..

C’est d’ailleurs ce que les Hives ont fait, en n’oubliant pas de surprendre avec quelques jolis aliens musicaux comme ce A Stroll Through Hive Manor Corridors, un titre uniquement instrumental, très cinématographique, voir onirique. Dans la même catégorie, on peut citer Puppet On A String ou Well Alright, qui commence comme un Hives classique pour enchaîner sur un passage beaucoup plus lent et intriguant, avant de finalement retomber sur ses pattes.

Il y a bien sûr chez eux, encore et toujours, ce fameux côté faux mégalo (remember  » Your new favourite band « ) comme en témoigne l’arrogant et très funky T.H.E.H.I.V.E.S. Toujours les mêmes costards noirs et blancs (black & white of course) très classes, et toujours ce même amour affiché des années 50. Reste à voir ce que cela va donner sur scène. Les morceaux s’enchaineront-ils toujours à la même vitesse marathon ? Almqvist gardera-t-il toujours ses manières de robot court-circuité ? Hurlera-t-il toujours que son groupe est le plus rapide au monde ?

Un album White pour la continuité et la rapidité. Un album Black pour l’innovation et pour cette nouvelle lenteur occasionnelle. The Hives reste un groupe qui donne la pêche le matin et qui vous motivera même à faire la vaisselle.

Efficace.

En savoir +

Site officiel: http://www.hives.nu/

Myspace: http://www.myspace.com/thehives

Partager !

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Fabien
    le Jeudi 24 janvier 2008
    fab a écrit :

    Ouais bon album.
    Point technique. L’album a ete produit entre autre par des cador du gros son comme Dennis Herring, pharel wiliams. Ouais pharel wiliams, vous savez le mauvais producteur de hip-hop qui s’est pris pour Dre. Et ben un bout de l’album est produit par lui. Et ca se resend je trouve. Les hives n’ont jamais voulu rester dans la case « groupe garage », d’ailleur quand ils essayait de faire des chanson moin « garage » ca sonnait un peu faux. Sur cette album ils y sont arrivé. Mais là la production est trop bizarre. Trop grosse je trouve. On est un peu perdu, y a trop d’effet c’est trop « tape a l’oeil ».
    Pour ma part je pense que l’on a un avant gout du futur des hives qui tourne quand meme depuis 10ans, et y a moyen que ce soit enorme.

  2. 2
    le Jeudi 24 janvier 2008
    Pascal a écrit :

    Ouais pharel wiliams, vous savez le mauvais producteur de hip-hop

    Ouais mais N.E.R.D c’était quand même vachement bien…

Réagissez à cet article