Revolver : Music For A While

par |
C'est le printemps, la bonne saison pour observer l'éclosion d'albums de saison. Music For A While, premier album du trio parisien Revolver, se prête parfaitement à l'exercice.

Alors que nous avions apprécié à plusieurs reprises leurs performances live, dont l’harmonie des choeurs et des instruments nous avaient charmés, les trois garçons de Revolver nous reviennent avec un nouvel album début juin, Music For A While .

La playlist estivale de Revolver

La formation musicale d’ Ambroise, Christophe et Jéremie brasse l’histoire de la pop comme celle de la musique classique. Qu’en est-il de leur playlist du moment ?
5 titres à savourer au soleil (cliquez sur les liens pour écouter).

1/ SéverinWasted life sur l’album Cheesecake, très bon album au concept très sympathique : Séverin écrit 14 morceaux pour 14 filles différentes. L’album est produit par Julien Delfaud, qui a également produit notre album. Sur ce morceau, l’interprétation de Lippie est magistrale.

2/ Sammy Decoster Savannah Bay , sur son premier album, Tucumcari . Deuxième single d’un chanteur que l’on aime beaucoup, et avec qui l’on partage de nombreuses influences !

3/ The Flaming Lips Race for the prize sur The Soft bulletin . Ouverture magistrale d’un album qui a dix ans aujourd’hui et qui n’a pas pris une ride. A noter : une réédition prévue cette année.

4/ Spice GirlsWannabe . Morceau redécouvert récemment, grâce à un clip incroyable ! Très bonne chanson malgré tout !

5/ The Beatles Good day sunshine sur l’album Revolver . Une chanson idéale pour se réveiller dans l’espace !

Music For A While

pochette-2 Revolver, c’est un concept, une rencontre : celle d’une guitare acoustique, d’un ampli et d’un violoncelle mais aussi celle des Beatles, des Kinks et de Haydn . Au carrefour de ces influences, trois jeunes garçons décident de jouer ensemble et de créer du même coup ce qu’ils appellent eux-même le premier groupe de « pop de chambre ». Le résultat, sur notre platine, nous emmène quelque part entre Graceland, Liverpool et Vienne.

Quelques notes de violoncelle, suspendues dans l’air, agrippent notre attention dès le premier morceau : on est figés par la rondeur mélancolique de cette ligne de basse. Aurions-nous fait une erreur en introduisant sur la platine les sonates de Haendel ?

La guitare acoustique et le chorus de voix bien orchestrées nous rassurent : il y a de la pop à la Beatles la dessous, si ce n’est de la folk à la Dylan . Du coup, on se laisse porter par le fil de la mélodie et le rythme du violoncelle, pierre angulaire de cette ouverture en ré mineur. Bouleversante de maturité mélancolique, Birds in D Minor mêle voix aériennes, cordes déchirantes (dans lesquelles on reconnaitrait quelques accents post-rock de Sigur Ros) et guitares asséchées. Est-ce une manière pour ces charmantes têtes blondes de souligner d’un trait noir une candeur un peu trop pop ? Jeunes, peut-être, mais pas naïfs, comme en témoigne le titre désabusé et lucide Do you Have A Gun .

La suite de cette opus se construit comme un chemin vers de plus en plus de luminosité : Leave Me Alone, sobre et épuré, est délicatement ombragé par la ligne du violoncelle. Une pointe d’harmonica invoquée du fin fond d’un bayou, tire la compo vers un style blues et s’accorde parfaitement avec le ton chaud et mélancolique des cordes.

revolver_par_nicolas_hidiroglou4Plus enjouée, Balulalow s’inscrit dans la lignée britannique des ballades Sunny Afternoon ou Penny Lane . Tout y est : rythme binaire, piano sautillant, refrain accrocheur et repris en choeur. Il y a même un « papapa..palapalapa » final à la Champs Elysées qui fera le bonheur des chanteurs de salle de bains. On retient, on fredonne, bref on aime.

Plus loin, Get Around Town avec ses accents so vintage, continue de nous donner la pêche. S’ensuit alors cocooning et folk avec Back to You et sa sublime montée lyrique, tout en douceur cotonneuse, alors que le solaire Luke Mike & John nous emmène carrément du côté de Bob Dylan et peut être même un peu de celui de Cash et d’ Elvis pour le bottleneck et la demi-caisse poussiéreuse.

La pop de chambre peut ausi sortir de ses gonds et faire la part belle à des sons plus discordants et des élans plus rock ( A Song She Wrote ). Le violon se prend pour une Gibson SG et c’est juste délectable : entre lui et la guitare électrique s’engage une conversation plus qu’animée qui nous rappelle que les racines du rock se trouve peut être autant chez John Lennon que chez Bach et Haendel .

Jamais violoncelle n’aura été autant rock’n'roll et jamais une guitare électrique n’aura été aussi sublimement classique. On vous laisse découvrir les autres chansons de l’album qui, et c’est la force de ce premier opus, se suivent et s’harmonisent sans se ressembler. Chacune s’appréhende comme un univers en soi et se laisse apprécier au fil des écoutes. On attend de voir avec impatience la tournure des évènements et quelle sera l’évolution de cette subtile alchimie de pop de chambre.

Crédits photo : Nicolas Hidiroglou

Partager !

En savoir +

Revolver, Music For A While (EMI), sortie le 1er juin 2009.

Le groupe sera en concert le jeudi 25 juin à la Boule Noire.

Myspace de Revolver : http://www.myspace.com/popdechambrehttp://www.youtube.com/watch?v=Tj_QlLAnWNM » href= »http://www.youtube.com/watch?v=Tj_QlLAnWNM »>

A propos de l'auteur

Image de : Mercy Seat n’aime pas trop s’exposer. C’est mauvais pour sa peau de toute manière. Elle préfère se terrer dans les coins obscurs des salles de cinéma de quartier et les recoins des salles de concert. Qui sait sur quelle perle rare elle pourrait tomber au détour d’une rétrospective : un Scorcese inédit, la Nuit du Chasseur en copie neuve, Sailor et Lula redux ? Elle chine par-ci par-là des bouts de Nick Cave et de Johnny Cash, de Queens of the Stone Age et de White Stripes, rêve d’un endroit qui ressemble à la Louisiane (mais en moins chaud), et pense que si Faulkner et Shakespeare avaient vécu à notre époque, ils auraient fait des supers films avec Tarantino et Rodriguez.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article