Little au Café de la Danse

par |
C’est la sensation pop française du moment. À peine deux mois après la sortie de son premier album éponyme, Little nous présente ses petites chansons aux mélodies imparables, à la fois tendres et drôles, sur la scène du Café de la Danse de Paris. Une date que nous ne pouvions pas manquer.

Paris – 26 mai 2008

little2-2La salle affiche complet. La preuve que le buzz qui entoure la jeune chanteuse est justifié. Mais avant d’accueillir Little sur scène, une autre artiste ouvre le bal. Elle répond au nom de Lole et nous arrive tout droit de Suisse. Accompagnée d’un guitariste, elle nous déverse des compositions sophistiquées et épurées qui oscillent entre pop, rock et folk avec de-ci de-là des envolées plus expérimentales, à la limite des sonorités trip-hop. Une jolie découverte dont le premier album sera disponible en France dès le mois de septembre.

Place désormais à celle que tout le monde attend ! Little s’installe sur scène sous les applaudissements du public. Comme tous les contes de fée, l’histoire de la chanteuse commence par le célèbre « Il était une fois ».

C’est donc en toute logique que Little ouvre son set par le morceau Les petits bouts de moi . La belle sera bientôt rejointe par tous ses musiciens. L’occasion pour la chanteuse de donner à ses morceaux une toute autre ampleur. Des problèmes de micro viennent cependant perturber la demoiselle alors qu’elle s’apprête à interpréter Ce n’est pas . Mais en grande professionnelle, la jeune fille parvient à gérer la situation, tantôt en balançant une blague de Toto dans les toilettes, ou en invitant son batteur à se lancer dans un solo. Des petits incidents techniques qui se répèteront à plusieurs reprises tout au long du concert mais qui, loin de le gâcher, lui confèreront au contraire une touche de candeur et de fantaisie. S’ensuivra l’incontournable Chanson de filles qui, interprétée avec tous les musiciens, dégagera un côté plus rock que sur le disque.

little1Après ces tribulations électriques, retour au calme avec le moment acoustique du concert. Les musiciens quittent la scène et c’est une Little assise sur un tabouret et armée de sa guitare et de sa voix qui nous fait la joie de chanter le morceau De rien avec beaucoup de tendresse et d’émotion. Elle nous fera même l’honneur d’interpréter un titre inédit intitulé J’aime pas les gens . Mais que le public se rassure, comme le dit si bien la chanteuse :  » Cette chanson ne s’adresse pas à vous. Bien sûr que je vous aime ! « .

De retour sur scène, les musiciens enchaînent avec Sexe, drogue et rock n’roll . Le temps est venu pour Little de nous livrer la reprise du set. Pour l’occasion, l’artiste nous offre une version très personnelle de Overprotected de la très controversée Britney Spears . L’heure de la dernière chanson a sonné. Impossible de se quitter sans le désormais tubesque J’veux des violons . L’ovation dont Little fait l’objet est largement méritée au vue de ce concert des plus intimistes mais des plus délicieux. Un rappel alors s’impose. N’importe quoi sera l’ultime morceau du set.

Little n’en fait peut-être qu’à sa tête mais il n’empêche qu’elle a sa carrière bien en main. La route que sa bonne étoile a tracée est encore longue. Cela ne fait aucun doute !

Crédits photo Mathias->http://www.le-hiboo.com/author/mathias] avec l’aimable autorisation de Rod de l’excellent [Hiboo.

Partager !

En savoir +

A lire: [Interview parue sur Discordance->530]
Myspace: htp://www.myspace.com/littlemusic

A propos de l'auteur

Image de : Fraîchement débarquée dans la vie active après des études de communication, j'assouvis ma passion pour la musique en jouant les apprenties journalistes et en écumant les salles de concerts parisiennes à la recherche de nouvelles sensations ! Et même si ma guitare commence à prendre la poussière, un jour j'arriverais peut-être moi aussi à faire quelques chose de mes dix doigts.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article