Laura Palmer et Candice Lecœur – Fire walk with them

par |
Candice Lecœur. Laura Palmer. Deux reines de beauté de Province. Deux anges blonds foudroyés en plein vol. Deux visages identiques figés à jamais dans la mort. Deux absences qui ne cessent de nous hanter.

Twin Peaks : petite ville montagnarde de l’État de Washington. 5120 habitants.

Mouthe : village français situé entre Pontarlier et la frontière suisse, connu essentiellement pour son surnom de Petite Sibérie. 975 habitants

Le jour où le corps de Laura Palmer est retrouvé nu et enveloppé dans du plastique aux abords d’une rivière, l’émotion provoquée par sa mort au sein de Twin Peaks est considérable. Prom Queen qui semblait être aimée par tous, la vie de Laura avait toutes les apparences d’un conte de fées moderne que rien n’était censé troubler. Trajectoire similaire pour Candice Lecoeur, Miss Météo déjantée et starlette locale de ce petit canton perdu dans le désert jurassien dont la beauté et l’insouciance affichée ne laissent soupçonner le feu qui la consume.

Dale Cooper est un agent du FBI sur la piste d’un mystérieux tueur en série et dépêché à Twin Peaks pour tenter d’élucider le meurtre de Laura. David Rousseau est un écrivain à succès qui, au court de ce qui ne devait être qu’une simple étape d’un soir, va se prendre de fascination pour Candice après avoir appris l’annonce de sa mort dans le journal local.

L’image de la VHS est tremblotante. Laura et Donna, sa meilleure amie, y apparaissent rayonnantes et espiègles à seulement trois week-ends de sa mort. Deux filles de 16 ans qui ont la vie devant eux. Une complicité de façade, car Laura est déjà loin. Ayant perdu son innocence depuis des années, et s’enfonçant dans une spirale autodestructrice faite de jeux sexuels pervers, de drogues et d’alcool, plus rien ne relie Laura à Donna et aux préoccupations des filles de son âge. À la fois, lucide, triste et aguicheuse, Laura fixe le cameraman d’un air de reproche qui semble lui dire « Toi aussi tu ne me sauveras pas ».

« Lorsque des inconnus vous aiment sans raison, ils ne mettent pas longtemps à vous haïr sans raison. » Lucide et triste, Candice Lecœur ne se fait pas d’illusions sur la fragilité et la vacuité de cette gloire naissante. Cherchant dans le regard des autres, un amour dont elle a été privée enfant, elle donne à son public exactement ce qu’il attend d’elle : la jolie blonde de province, qui se prend pour Marilyn. Lascive, ingénue, faussement écervelée devant la caméra, elle cherche éperdument celui qui viendra à sa rescousse.

Seul témoin de la trajectoire chaotique des deux jeunes femmes, leur journal intime : unique confident de leurs joies, de leurs peines, de leurs excès, de leurs prémonitions funestes. Au fond d’elles Laura / Candice savent que la fin de l’histoire est inéluctable et que ce ne sera pas un happy-end. Leur journal sera le mausolée de leurs secrets et la clé du drame ordinaire qui se joue derrière la façade tranquille de Twin Peaks / Mouthe.

Les tableaux identiques se font écho :

- Laura / Candice sont allongées sur le lit froid d’une morgue de province à la lumière clignotante. À leurs côtés Dale Cooper / David Rousseau. Elles auront dû mourir pour enfin rencontrer un homme bien.

- Les habitants de Twin Peaks / Mouthe sont réunis autour du cercueil de Laura / Candice, victime expiatoire des lâchetés quotidiennes et des vanités de chacun. Tous à leur façon auront participé à la mort des deux jeunes femmes. Les visages sont rongés par le remords, et, loin du recueillement de rigueur, la cérémonie tournera à l’hystérie générale.

- Une voix d’outre-tombe qui s’échappe d’un dictaphone, enregistrée lors de séances chez leurs psychiatres respectifs. Vestiges troublants de ce furent réellement Laura / Candice.

-  Chambre 555 d’un hôtel luxueux  / Red room entourée de rideaux rouges et au sol zébré d’éclairs. Deux endroits où le temps semble ne pas avoir d’emprise. Passage obligé entre deux mondes pour les âmes en quête de perfection.

Si Twin Peaks, continue 20 après à exercer la même fascination, il est moins connu qu’avant de se lancer dans cette série qui dynamita les codes du genre, la première collaboration de David Lynch et de Mark Frost (cocréateur de Twin Peaks) avait comme projet initial de faire un film sur la mort de Marilyn. Intitulé Goddess, le scénario ne trouva jamais de producteurs assez courageux pour le financer. Qu’il défende la thèse de l’assassinat de Marilyn par Bobby Kennedy n’était sans doute pas étranger à cette frilosité subite d’Hollywood, alors que Lynch sortait tout juste du tournage de Blue Velvet, qui connut pourtant un certain succès tant critique que commercial. D’ailleurs l’influence de Marilyn Monroe dans le personnage de Laura Palmer a toujours été pleinement assumée par Lynch.

Bien plus qu’un simple Twin Peaks franc-comtois, Poupoupidou assume clairement ses références appuyées au Maitre et réussit à transposer cette atmosphère si particulière, mélange improbable de surréalisme burlesque et de fantastique, avec le même talent pour éclairer les sombres recoins de l’âme humaine. En y insérant en toile de fond l’histoire tragique de Marilyn, il en profite pour fermer de façon assez intelligente la boucle débutée avec Godesss et offrir par là un joli hommage au chef d’œuvre de Lynch .

Et sa Candice Lecœur de rejoindre son alter ego dans la lumière de la Loge Blanche….

Partager !

En savoir +

Twin Peaks: Série télé de David Lynch et Mark Frost / 1990 – 1991
Poupoupidou: Film français (2011) de Gérald Hustache-Mathieu avec  Jean-Paul Rouve, Sophie Quinton and Guillaume Gouix

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article