Florent Pagny au Zénith de Lille

par |
« Vous allez nous porter. Nous allons vous faire vibrer. » L’humilité et Forent Pagny, cela fait souvent deux. Le personnage peut agacer. Mais là où Monsieur met bien tout le monde à l’amende, c’est sur scène. Rares sont les artistes à donner le grand frisson. Florent est de ceux là, il bouffe la salle par sa prestance. Il est là et en impose. Naturellement, sans forcer. Ce qui a le don prodigieux d’irriter ses détracteurs.

photo_021-2Sous le confort d’une voix virtuose, Florent se met constamment en danger dans ce set. Éclectique. Il tourne les pages d’une carrière exemplaire et maîtrisée. Vesoul et sa diction affolante sont avalés sans sourciller. Caruso laisse le temps en suspend. N’importe quoi réarrangé sur le Boléro de Ravel étonne et son final repris par le public reste bluffant.

Un spectacle ébouriffant, à l’instar du nouveau look du chanteur. Sur scène comme à la maison, Florent s’amuse, communique beaucoup (sans tomber dans l’excès). Les sections cordes et cuivres embarquent les spectateurs. Les éclairages chauds invitent au voyage. Le son délicieux est un régal. Décidément, difficile de prendre ce concert à défaut. Le critique bougon ne peut qu’éventuellement ronger son os sur une durée un peu chiche (1h45). Le reste n’est qu’enchantement. Invraisemblable.


Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Autant commencer par la fin. Noesis nous a quitté en ce 12 février 2076. Il aura vécu de doux rêves de reconnaissances de son talent d’écriture dans des publications diverses telles que Rock Mag, Dedicate ou Franco Fans. Sous le marbre se décompose une fine plume qui aura aimé manier bons mots et verbes forts. Pas appréciée à sa juste valeur, elle avait finie par perdre son blanc immaculé. Tristesse, emplois fictifs, mal être, difficile de se reconnaître dans une vie qu’on souhaiterait plus romanesque. Noesis, un extravagant souffle fantasque sur Discordance ! Un lien: http://megalomania.myrealboard.com/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article