Uncommonmenfrommars + Zéro Talent – Colmar

par |
Quand la fine fleure du punk hexagonal prends d'assaut la petite salle du Grillen de Colmar, comment ne pas résister au plaisir de revoir nos quatre martiens sur leur terrain de prédilection. Après l'interview, voici la chronique de cette très belle soirée organisée par l'association Mix'Thur.

image2-2 Mix’Thur, c’est avant tout un collectif plutôt dynamique réunissant un certain nombre de jeunes formations très prometteuses, dont entre autres Zéro Talent qui aura la lourde tâche de débuter cette soirée. Et très loin de manquer de talent, le groupe impressionne d’emblée par la qualité de sa prestation. Les compos sont bien en place et toute la joyeuse troupe ne ménagera pas ses efforts pendant les 40 minutes que durera leur set. Visiblement très influencée par Mad Caddies et la Ruda, leur musique marie agréablement le punk rock et le ska, tout en lorgnant par moment sur le reggae. Les premiers rangs sont plus qu’enthousiastes et l’ambiance ne retombera qu’une fois que le groupe aura quitté la scène après un bref rappel amplement mérité. Une vraie bonne surprise, à recommander à tous les amateurs de rock festif. Leur premier CD vient d’ailleurs de sortir et est disponible sur leur site web.

Les Now Bass, le deuxième groupe de la soirée, font quand à eux dans le punk rock pur et dur. Parfois un peu répétitif et pas toujours très au point, il se dégage néanmoins de leur set une fraîcheur et une sincérité bien réelle. Pas facile non plus de succéder à Zéro Talent, il faut bien l’avouer. Se cherchant encore un peu par moment, c’est sur la fin du concert que le groupe se lâchera vraiment avec notamment un dernier titre très réussi, sorte de mix improbable entre Frank Zappa et Pennywise .

image1-2Un album produit par Steve Albini (Nirvana), deux autres par Ryans Green (NoFx, Lagwagon), un live sorti il y a peu, un DVD en préparation ainsi qu’une tripotée de concerts à leur actif, il n’y a pas à dire, les Uncommonmen ont déjà un sacré CV à leur actif. Dès les premières notes de Noise Pollution, on s’aperçoit tout de suite qu’on n’est plus dans la même catégorie. Ça joue vite, ça joue fort et ça saute très haut. La puissance dégagée est énorme et les 4 martiens font une très forte impression. Visiblement pas trop remis de leurs excès de la veille, ils assurent néanmoins un show irréprochable en enchaînant les tubes. Money and Success, System is after you, You failed me, You can be evil, Firecracker, la set list est proche de celle du Live on earth . Sur Fat Boy ils en profitent pour faire monter Gets, un des webmaster de leur site, pour pousser la chansonnette avec eux. Ça pogote joyeusement et tout le monde a l’air de passer un excellent moment.

Le dernier titre arrivera malheureusement beaucoup trop vite, et le groupe reviendra pour un court rappel, jouer une reprise très rock’n roll du Fight for your right des Beastie Boys tout en s’échangeant leurs instruments. Alors que la salle commence à se vider et que les lights sont allumées depuis quelques minutes déjà, ne voilà t-il pas que les Uncos reprennent possession de la scène pour un deuxième rappel totalement improvisé histoire de clôturer cette soirée en beauté.

Un grand merci à Ed, Sid et à toute l’équipe des Uncos pour l’accueil et pour leur disponibilité.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article