Yules – Absolute Believer

par |
L’été approchant, l’envie de légèreté et le désir irrépréhensible de voyage et d’évasion vont peu à peu envahir nos esprits embrumés par un trop long hiver sans printemps.

Image de Yules - Absolute Believer L’envie de rentrer dans une gare, de s’acheter un billet au hasard, et de partir avec juste un sac à dos, cette envie devient parfois obsédante, insidieuse.

Heureusement, la musique se charge de nous faire voyager, où que nous soyons.
Ainsi donc, le nouvel EP des frères Yules, Absolute Believer, sort le 7 juin en format numérique, et pourrait fort bien prétendre au titre de l’album de l’été… tout en nous permettant même de prolonger nos vacances jusque bien après (sa sortie officielle étant prévue pour septembre), en nous offrant un ticket pour une évasion rock folk au goût USA discret, mais plein de charme.

Véritables touche-à-tout instrumentaux, ce serait réducteur de dire que Guillaume ne s’occupe que de la voix et de sa guitare, pendant que Bertrand fait tourner la basse et les machines, tant ils forment là un duo cohérent, à travers un beau travail de mécanos du son.

Loin d’être des débutants sur la scène indépendante française (le groupe fête ses 10 ans, de nombreux festivals et prix en attestent), nos deux chefs de gare, les frères Charret, avaient déjà sorti un premier train de leurs hangars, il y a trois ans. Le bien nommé The Release, concentré de douceur, et de balades rock folk inspirées, avait enchanté la critique et le public, même si son parcours à travers la campagne était resté plutôt discret.

À l’époque, on avait dit beaucoup de choses sur leurs références aussi, parfois un peu envahissantes.
Biberonnés au bon lait qui fait les grands artistes (papa adorait Leonard Cohen, pendant que maman sirotait du Mc Cartney, et eux s’imbibaient peu à peu des Beatles, puis de Radiohead, Costello et autres musiques doucement alcoolisées), mais une chose est sûre : même s’ils ont piqué le look de Charlie Winston, cette année, les Simon & Garfunkel français sont de retour, et fidèles à eux-mêmes.

C’est pourquoi, ils nous font monter, non pas dans un de ces TGV musicaux impersonnels, mais bien dans leur petit train à vapeur qui sent bon le cuir des sièges, le métal de cordes et le charbon de bois de guitare.

Dès les premières notes de la chanson-titre, Absolute Believer, on se prend deux clins d’œil à Bowie (dans le titre d’abord, puis avec le rythme des premières secondes, calé sur Modern Love)… mais c’est à nouveau pour mieux brouiller les pistes, et nous offrir un trajet à la fois mélancolique (voire bucolique, à coup de violons et de tintements de boite à musique) et folk dynamique, aux cordes de guitare sèche pincées avec style.

Le deuxième morceau de l’EP promo, Too Far to See, continue sa lancée à travers les nappes d’un bon vieil orgue de bar country, soutenu par la voix de Guillaume et la basse hypnotique de Bertrand, toutes deux possédant des vertus… adoucissantes.

Quant au troisième trajet, Kindhearted Mother, nous emporte encore plus loin dans des contrées plus douces encore, bercé par un harmonica furtif et un jeu de voix qui tire presque vers le jazzy.

Pas de doute, le voyage est plaisant et de qualité, même si certains pourraient reprocher le manque d’originalité dû à des références très marquées, les Yules nous transportent à travers leur paysage, fait de douceur et de fraîcheur.

Il faudra donc attendre la sortie de l’album pour trancher réellement, mais pour un trajet sans fausse note, un bon livre à la main, la musique dans les oreilles… ça donne déjà bien envie de se prendre le billet aller-retour et de les suivre, cheveux au vent.

Partager !

En savoir +

Les Yules sont épaulés par 1D ZIK Connection, nouvelle structure d’accompagnement et de promo musicale formée de professionnels passionnés, créée fin 2009 gérant déjà plusieurs jeunes artistes français de talent.    http://www.myspace.com/1dzikconnection

Site officiel : http://www.yules.net
MySpace : http://www.myspace.com/yulesband
Facebook : http://www.facebook.com/yulesband

A propos de l'auteur

Image de : Sorti d'une école de Communication Visuelle de Bruxelles il y a 15 ans, directeur artistique belge basé à Paris depuis 10 ans, c'est un touche-à-tout dans le domaine des arts graphiques et du multimédia. Tour-à-tour photographe, graphiste, vidéaste, ou illustrateur, c'est aussi un IA ( Internet-Addict ), qui apprécie particulièrement le "cinéma-qui-possède-sa-petite-musique-intérieure", les "musiques-qui-te-donnent-des-images-dans-la-tête" et les événements culturels un peu décalés. De là à devenir chroniqueur pour Discordance... il n'y a qu'un pas, qu'il a franchi avec plaisir. Site web : http://www.mockery.fr

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 21 mai 2010
    quentin de montargis a écrit :

    C’est bon de lire autant de choses positives et méritées sur YULES. Puissent les « puissants » des programmations se réveiller et leur dérouler ENFIN le tapis des playlist et autres concerts.Nous avons la chance d’avoir un groupe tout simplement ENORME et le monde entier doit en profiter.

Réagissez à cet article