X-Men Origins: Wolverine

par |

wolverine_logo_imageEn 1845, James, gamin fragile d’une famille riche, assiste au meurtre de son père. De rage, il en sort ses os (si, si), et tue l’assassin, qui lui révèle, dans un moment digne d’un remake de Star Wars, qu’il était son père. Il s’enfuit alors avec son demi-frère, le fils de feu son père (biologique) qui est également un mutant loup (mais au format ongles rétractables cette fois-ci). Les deux frangins traversent alors les époques et combattent toutes les guerres, avant de se faire recruter par un commando dirigé par un certain William Stryker (difficile de s’en souvenir surtout que ce n’est pas le même acteur, mais pour les quelques élus qui ont eu le courage de regarder X-Men 2 en entier, c’est le même mec pas sympa).

Bon, déjà, le film pêche par sa linéarité, et trop de linéaire tue le linéaire. A nous montrer pas à pas l’évolution des deux louveteaux, on en perd le raccord avec la première trilogie qui est entièrement éclipsée mis à part à la fin. Une chronologie plus éclatée, qui ne nous aurait pas pris pour de idiots finis et – osons le terme – plus complexe, aurait été plus appréciable. Mais on suit de façon plutôt monotone notre ami Cucoo-kachou, Wolverine pour les intimes, de la jungle africaine au grand nord canadien, sans jamais aucune allusion ni au passé, ni au futur.

On ne s’attarde pas sur les autres personnages (bon, d’accord, le film s’appelle Wolverine, mais quand même), qui sont plus des faire-valoir pour l’homme poilu que des protagonistes à part entière. Les (brèves) apparitions de Scott (Cyclops), Gambit et Bolt ( Dominic Monaghan qui a raccroché son costume de hobbit) sont très superficielles et presque inutiles, là où la bande-annonce nous vendait un peu plus de « nouveaux » personnages. Même le frangin, Victor, alias Dents de Sabre, et la copine, Kayla, sont horriblement bâclés à tel point que leurs noms nous échappent.

Deuxième reproche (on se permet) : ce film a vraiment fait une overdose d’effets spéciaux. et ça se voit. Loin de nous l’idée de voir ce film comme autre chose qu’une preuve de la supériorité technique hollywoodienne, mais là, ça pousse le bouchon un peu trop loin, Maurice. On s’attend presque à des effets spéciaux lorsque Hugh Jackman se brosse les dents, si tant est qu’il le fasse… Mal dégrossis, les effets seraient visibles même pris de nuit par un appareil Kodak jetable sans flash, c’est pour dire.

wolverine_logo_image02Bref, pour le plaisir des yeux, on repassera.

MAIS (parce qu’il y a un mais) le clou du film, c’est quand même Hugh Jackman, qui, par son attitude too much permanente, le poitrail bombé, ne nous ennuie pas une seule seconde. Est-ce que ce sont les rouflaquettes ? Ou alors les fameuses scènes incontournables en marcel et/ou torse-nu (voire complètement nu) ? Le cigare mâchouillé perpétuellement éteint ? On ne sait pas trop, mais en tout cas, ça marche, et on adhère, comme des cons, ou comme des huîtres, comme dirait l’autre.

Enfin, mention spéciale aux dialogues sûrement écrits par des scénaristes stagiaires, qui sont désopilants et qui achèvent de nous convaincre de ne PAS prendre ce film au sérieux. Des blagues (voulues ?) ponctuent chaque phrase, même (et surtout) dans les situations les plus improbables. Bon moment en perspective, si l’objectif est de rire du comique de situation et du jeu d’acteurs parfois. pathétique (comme Frederick Dukes qui joue Blob) ou surprenant ( Will i Am ).

A prendre au second degré pour bien se marrer (même si on ne sait pas trop si c’est le but premier).
Mais ça c’est si vous allez le voir bien sûr, ce que je ne vous conseille pas. Sauf si vous tenez tant que ça à participer activement au fond de retraite de Hugh Jackman.

Partager !

En savoir +

X-Men Origins : Wolverine, de Gavin Hood

Dans les salles depuis le 29 Avril 2009

Avec Hugh Jackman, Danny Huston, Liev Schreiber

1h45min

Américain, 2009

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111544.html » href= »http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111544.html »>Fiche Allociné

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111544.html » href= »http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111544.html »>Bande-annonce

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18875415&cfilm=111544.html » href= »http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18875415&cfilm=111544.html »>Extrait

A propos de l'auteur

Image de : Virgile n’a pas écrit Les Bucoliques, ni L’Enéide. Il n’est pas poète, encore moins latin et surtout pas mort. D’ailleurs, il n’est même pas un il. Reniant ses héritages classiques, Virgile connaît toutes les répliques d'Indiana Jones et la Dernière Croisade, loupe son arrêt si elle a le dernier Margaret Atwood entre les mains, et a déjà survécu sur des sandwiches cornichons-moutarde. Elle va avoir tendance à considérer la publicité comme une forme d’art, se transformant en audio guide dans les couloirs du métro, les salles de cinéma et même devant du mobilier urbain qui n'en demandait pas tant. Outré, Virgile le poète s’en retourne aux Enfers pendant que Virgile l'anachronisme rêve d'embarquer pour un aller simple destination Osaka. Pour plus d'info: http://www.twitter.com/_Virgile

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 15 mai 2009
    julien vachon a écrit :

    Contrairement à DBZ evolution, j’ai pas réussi à le regarder en entier ce film… et ma commande d’article pour shot actu n’a pas eu lieu (parti au bout de 15 min de film…) Je sais pas comment on peu massacrer une trilogie.

  2. 2
    le Vendredi 15 mai 2009
    Virgile a écrit :

    Oui, faut s’accrocher pour le finir !

    Par contre pour DBZ j’ai même pas pu passer la barrière psychologique de prendre le ticket… ^^

  3. 3
    le Vendredi 15 mai 2009
    Julien Vachon a écrit :

    Déjà que la version Live des philippine sortie dans les année 90 était limite nule… La version américaine était limite cucul….