Vuneny au Nouveau Casino

par Elodie|
Premier en liste, le groupe de l’est plonge la salle obscure dans une ambiance suspendue. Le duo débarqué tout droit de Bosnie-Herzégovine officie dans l’underground-indy mostarien. Les "hommes de laine" sont là pour nous réchauffer.

Guitare, clavier, PC. Sorte de laboratoire expérimental pour un soir, le Nouveau Casino quitte le hype des soirées Custom  pour : l’aliénant. Mariage de l’électrique et de l’électronique.

À côtés des claviers et samples en tous genres, le bidouillage électronique d’ Andrijan Zovko (machines), en appelle à de puissantes attaques électriques. La guitare noyée d’effets de Nedim Cisic (machines et guitares) nous assomme. Les sonorités sombres s’échappent d’une scène dégoulinante de câbles.

Apocalyptique ?

dsc_0596-2Juste du son. Comme si l’homme n’avait plus à rivaliser avec la machine. Comme Ez3kiel, Vuneny a pris ce pari, symptomisé par leur nouvel album, Whatever Singularity, le troisième en date pour le sixième anniversaire du binôme. À voir les gueules ébahies, ravies ou surprises, c’est gagnant, même de la part d’un public averti. Il faut dire qu’après plus de 400 concerts, le duo a su allier une musique ambiante à une vitalité scénique délicate à imposer.

Cela n’enlève en rien la profondeur scénarisée et illustrative des titres. On s’y croirait. Dans un monde dévasté ( Partizanska ), mystique ( Re : How We Are Connected ), lyrique ( Fate Of Outer Planets ). Ce n’est pas pour rien si leur naissance correspond à une demande du Festival du court métrage de Mostar (Bosnie-Herzégovine) pour la production de la musique d’un film de Phillipe Garell, Le Révélateur (Fr, 1968)…

En somme, l’impression de ce concert, outre celle d’une expérience sonore digeste par ses influences, réside dans le potentiel scénique. Futuriste, robotique, les sons semblent à la fois enchaînés par des cordes d’acier et humains de transcendance. Ce dont s’affranchiront Oddateee et Dälek .

Crédits photo : Maximilen Grand

Partager !

En savoir +

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article