Voyageurs immobiles, hymne à la truculence déjantée

par |
Ils sont huit voyageurs en mouvance. Nous sommes un public immobile, guettant les prouesses des comédiens avec impatience. Voyageurs immobiles ne donne pas sa place au mot, mais au geste. Philippe Genty et sa compagne Mary Underwood nous proposent un spectacle déjanté, amusant, bizarre… Nulle promesse de message, et pourtant une idée fixe : le rêve tout en légèreté.

Image de Voyageurs immobiles, hymne à la truculence déjantée Ce sont des images grandioses et fantasques que les Voyageurs nous invitent à suivre, le long d’un périple haut en couleur. Nous les suivons alors de ces yeux arrondis et stupéfaits qui s’écarquillent devant la vie. D’où sortent ces scènes hallucinantes et hallucinées? Du rêve, matériau premier de Voyageurs immobiles. Dans le processus même de création, Philippe Genty « part d’images de rêves [...] pour lâcher des choses qui recouvrent plusieurs significations simultanément ».

Dans un premier tableau, les huit voyageurs tiennent en un fragile équilibre sur un radeau bringuebalant. Un désert en papier kraft les attend ensuite, puis un océan de plastique, enfin une ville moderne aux pieds du même désert. Chaque matériau porte les voyageurs vers un autre imaginaire, souvent drôle, parfois inquiétant.

Dans Voyageurs immobiles, il est sans doute question d’humanité. En est-on sûrs ? Pas absolument, car la force du mime est de ne pas figer l’idée dans le carcan des mots. Le spectateur devient le voyageur qu’il décide d’être. Certainement, il n’est pas engoncé dans son fauteuil, car doit suivre de manière effrénée le rythme d’un voyage qui ne laisse pas de répit. Seul, le dernier tableau, tout en langueur, où les acteurs-danseurs-mimes luttent contre le vent, ce même vent qui laissera un plateau désertique et désolé, permet au spectateur de reprendre son souffle. Avant que de sortir, et de réfléchir au sens d’une telle épopée.

Philippe Genty et Mary Underwood nous présentent la recréation de Voyageur immobile qui a été créé en 1995 et a tourné dans le monde entier pendant 2 ans. Leurs comédiens, cette fois encore, sont drôles, truculents et surdoués. Tour à tour chantant, dansant, mimant, se contorsionnant, ils nous emportent dans un rêve éveillé. Laissons-nous porter.

Partager !

En savoir +

Voyageurs immobiles de Philippe Genty

Mise en scène de Philippe Genty et Mary Underwood

Avec Amador Artiga, Marjorie Currentu, Marzia Gambardella, Emmanuel Jeantet, Pierrick Malebranche, Angélique Naccache, Lakko Okino, Simon Rann

Théâtre du Rond-Point du 22 mai > 27 juin 2010

A propos de l'auteur

Image de : Née en 1985, Marine vit à Paris. Après avoir pensé à devenir avocate, magistrat ou danseuse étoile, elle décide in fine de rester dans l'univers suranné des livres qui ont formé son imaginaire. Elle a longtemps pratiqué la danse contemporaine, avant de trouver sa place sur les sièges élimés des théâtres. Écriture, spectacle vivant, danse : voici les mots clés qui l'ont poussée à devenir chroniqueuse pour Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article