Villa Vortex – Incertitudes

par Arno Mothra|
Tout s’exhale déjà à travers la pochette : une image sombre, à l’envers, une police rouge et floue, et surtout Villa Vortex, le nom du groupe, emprunté au roman de l’incomparable Maurice G. Dantec. On ne pouvait faire plus littéraire et ambigu…

villa-vortex-incertitudes-2Après un EP ayant littéralement séduit les critiques (même les moins faciles), Villa Vortex livre avec Incertitudes son premier album. Une réussite absolue. Voies du silence annonce directement la couleur (noire) : une pléthore délicieuse de guitares restées branchées depuis Swans ou Lush, un clavier classe et discret, une voix reconnaissable entre mille, un texte né d’une écriture fine (« Toutes ces jeunes années à explorer les voies du silence, d’où la douleur masquée de ces nuits dévastées, ont-elles eu plus de sens ? »), le tout saupoudré par une qualité du son non négligeable, en particulier pour une petite production. On s’apprête alors à se prendre une grosse claque dans la gueule ; au fil des morceaux, on en ressortira finalement décapité. Ni plus ni moins.

À partir de la cinquième piste, l’instrumental Gliese 436, atmosphérique et suicidaire, l’auditeur s’embourbe dans un monde duquel il ne pourra réchapper. Pas de galéjade, les chefs d’oeuvre se succèdent : L’homme aux aguets, d’une ambiance froide piochant autant dans l’indie rock que dans le métal, Incertitudes, irradiant notre pauvre âme perdue et conquise dans tout l’espace, Déluge, aux notes de piano glacées et aux riffs aiguisés comme des stalactites. On conclut avec Neuromode, dernier morceau, instrumental, posant définitivement le style propre du groupe.

D’un charme sans égal et très écarté des courants rock actuels, Villa Vortex côtoie la magie du renouveau post-punk, des débuts de la cold-wave avec Closer de Joy Division, des formations ayant enrichi la scène gothique des plus beaux joyaux.

Si vous aimez Killing Joke, Joy Division, ou plus récemment Piano Magic, vous raffolerez de Villa Vortex, et il s’agit là d’un doux euphémisme. Vous pouvez toujours découvrir le groupe de par leur page myspace, sur laquelle plusieurs morceaux sont offerts en téléchargement gratuit (dont le très bon Corps chrysanthèmes issu de l’EP), mais aussi, pour le plaisir des yeux et de votre curiosité, de par leur site officiel.

Déjà digne des plus grands noms de la scène française, tel Lycosia . M-A-G-I-S-T-R-A-L. La suite en 2009.

Partager !

En savoir +

Villa Vortex, Incertitudes, 11 titres. Autoproduction, 2006.
Site officiel: http://www.villavortexband.com/

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 19 août 2008
    Scriptos a écrit :

    Il n’y a rien à ajouter, une telle critique ne peut aboutir qu’à une chose : acheter ce disque.
    Ton style est géant Arno !

  2. 2

    Its wonderful as your other blog posts : D, thankyou for posting . « You can’t have everything. Where would you put it » by Steven Wright.

Réagissez à cet article