Vic Chesnutt au Café de la Danse

par |
Ce soir Vic Chesnutt, pantin déglingué du folk underground et Elf Power, trublions de l'Americana made in Georgie, se retrouvent au Café de la Danse pour présenter sur scène leur album Dark Development . Déjà tout un programme. Leurs énergies contraires - éclatante pour Elf Power, bileuse pour Vic - s'attirent et font briller un soleil noir sur la salle.

Teitur

3367979181_f3645e6c40Avant d’entrer dans le vif du sujet, commençons avec le hors d’oeuvre folk de Teitur . Pour cet artiste danois -Wait ! Les Îles Féroé c’est bien le Danemark ?!- bref pour cet artiste, les choses sont aussi simples qu’un tabouret, une guitare et un spot. Le grand échalas débarque tout seul sur scène, se pose sur son tabouret, scrute ses pieds avec intensité et s’y met. Il nous livre une folk automnale et dépouillée qui sonne un peu comme une feuille roussie se laissant porter par le vent. Bref, c’est tout doux et à fleur de peau. Le mariage de la rondeur de sa voix avec la chaleur de sa guitare folk évoque le minimalisme d’une Alela Diane, au masculin.

Cependant, il y a quelque chose d’un peu britannique chez cet escogriffe : les rythmes des ballades ont des échos de la brit pop de Coldplay et dans certaines envolées de voix Chris Martin laisse place à Alex Turner . Mais ce sont ses postures et ses attitudes de dadais complexé qui font le plus penser à un Thom Yorke de la folk : gêné mais sensible, sa musique est nourrie de cette attitude. Il ne cesse de nous répéter qu’il s’excuse, qu’il ne sait pas jouer et qu’il n’a pas pu se payer les 24 musiciens du CD pour la tournée.
Timidité ou subtil coup de pub, en tout les cas, on ira faire un Teitur -pardon- du coté de cet enregistrement.

Elf Power

Après les hors-d’oeuvre, l’entrée ! Elf Power ouvre le bal en solo avant l’arrivée de Vic Chesnutt . Là, changement du tout au tout : on passe du minimalisme à l’étoffement. Le groupe composé de ses 5 membres est équipé d’instruments divers et table sur des mélodies étoffées et pêchues. Bref, ils tiennent plus du Power que de l’ Elf, et c’est tant mieux. Pourtant, au début, l’humeur est renfrognée, chacun joue dans son coin et la prestation y perd en dynamisme. Peut-être qu’une mauvaise séance de balances a suffi à leur mettre les nerfs à vif. Tout ce qui fait l’intérêt de leur style (jeux sur les sonorités, voix en harmonies, instruments insolites) se retrouve noyé dans un brouhaha de sons. Si bien que la préposée aux instruments insolites quitte la scène pour houspiller l’ingénieur son.
Heureusement, peu avant la fin, le problème est réglé, l’ambiance se détend un peu et ça peut décoller. Mais on a quand même l’impression qu’il manque quelque chose.

Vic Chesnutt

3370295762_479c4fd67e_copieLe quelque chose arrive enfin, recroquevillé sur son fauteuil roulant, guitare blottie contre son torse, tellement pâlot qu’on se demande comment il va survivre au concert. Vic s’installe, fait ses premiers accords, se met à chanter et nous donne une magistrale leçon de vie en quelques secondes. Invalide qu’il est, il dégage à lui seul plus de force et d’énergie que les cinq membres d’ Elf Power et l’assemblée réunie. Il hypnotise de sa voix éraillée et pourtant si puissante, et parvient à tirer de sa guitare taille enfant les sons les plus improbables : tantôt manouche, tantôt folk, ou carrément rock.

Paradoxalement Vic est également l’élément qui rend indispensable la présence des membres d’ Elf Power . Il les a complètement intégrés à son univers et s’est nourri de leur influence sans les phagocyter pour autant.
Ainsi, ils ne sont pas juste le backing band de remplacement de Silver Mt Zion, mais la force claire qui balance parfaitement l’obscurité de Vic . Le résultat se constate sur scène : une ambiance en clair-obscur où le pessimisme acerbe qu’on a connu sur North Star Deserter ou Ghetto Bells connaît un nouveau souffle.

La rugosité des opus réalisés en collaboration avec Silver Mt Zion trouve avec Elf Power le pendant plus aérien et léger du post-rock à la Sigur Ros . On respire, et ça fait du bien. Le bonhomme n’hésite d’ailleurs pas à ponctuer les chansons de commentaires et d’explications qui brisent la glace avec le public. et le groupe (mention spéciale au batteur taquin) !

Du coup les chansons s’enchainent et ne se ressemblent absolument pas : de l’hilarante auto-critique Little Fucker au nostalgique Teddy Bear, en passant par le dénonciateur Stop the Horse, ils nous offrent une ballade dynamique et efficace à travers l’univers de l’album Dark Developments. Elf Power n’oublie pas de nous laisser en tête à tête avec Vic pour la dernière chanson : lui, sa guitare et sa voix et c’est tout.

Quel magnifique cadeau d’au revoir. Merci Vic, and See You Around

Crédits photo : Haags Uitburo

Edit 31.03.2009] : Suite à la remarque de son auteur, nous tenons à préciser que ces deux photos sont placées sous licence [Common Creatives by-NC-SA et qu’après discussion avec lui, il nous a exceptionnellement donné l’autorisation de les utiliser même si Discordance ne respecte pas la dernière clause nommée Partage des Conditions Initiales à l’Identique pour le reste de son contenu.

Partager !

En savoir +

Le site Internet de Vic Chesnutt : http://www.vicchesnutt.com/ » href= »http://www.vicchesnutt.com/ »>http://www.vicchesnutt.com/
Le site Internet de Elf Power : http://www.elfpower.com/ » href= »http://www.elfpower.com/ »>http://www.elfpower.com/
Le site Internet de Teitur : http://www.teitur.com/ » href= »http://www.teitur.com/ »>http://www.teitur.com/

A propos de l'auteur

Image de : Mercy Seat n’aime pas trop s’exposer. C’est mauvais pour sa peau de toute manière. Elle préfère se terrer dans les coins obscurs des salles de cinéma de quartier et les recoins des salles de concert. Qui sait sur quelle perle rare elle pourrait tomber au détour d’une rétrospective : un Scorcese inédit, la Nuit du Chasseur en copie neuve, Sailor et Lula redux ? Elle chine par-ci par-là des bouts de Nick Cave et de Johnny Cash, de Queens of the Stone Age et de White Stripes, rêve d’un endroit qui ressemble à la Louisiane (mais en moins chaud), et pense que si Faulkner et Shakespeare avaient vécu à notre époque, ils auraient fait des supers films avec Tarantino et Rodriguez.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 31 mars 2009
    maurice a écrit :

    You can only use the above pictures of Chesnutt under the following conditions: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/deed.fr

Réagissez à cet article