Very Bad Cops – L’Arme banale

par |
Les stars de la nouvelle comédie américaine pondent un rejeton pour le moins attendu ; Adam McKay et Will Ferrell are back ! Après une bande-annonce qui n’inspirait que délire jouissif et crises de fous rires à s’en mouiller la culotte, la découverte du film se relève être une toute autre expérience…

Christopher Danson et P.K. Highsmith sont deux inspecteurs réputés pour être les meilleurs de la ville de New York. Admirés par tous, ils suscitent néanmoins la jalousie de deux de leurs collègues qui se verront malgré eux plongés dans une affaire pour le moins atypique.

Nouvelle collaboration entre le réalisateur Adam McKay et l’acteur Will Ferrell qui se retrouvent ici après avoir déjà commis les sympathiques Anchorman : The Legend of Ron Burgundy, Ricky Bobby ou le encor le cultissime Step Brothers. Ces trois films possédaient également un autre point commun en la personne de Judd Apatow, producteur célèbre et scénariste prolifique des projets comiques les plus enthousiasmants de ces dernières années. Celui-ci, trop occupé par la production de l’intéressant Get Him to the Greek (honteusement traduit par American Trip), a préféré éviter de faire partie de l’équipe deThe Other Guys (négligemment adapté ici en Very Bad Cops).

Sur le papier ce film a de quoi faire faire baver les fans : un casting surprenant pour une comédie parodique (Samuel L. Jackson, Dwayne Johnson, Mark Wahlberg, Eva Mendes, Michael Keaton), un hommage rendu au buddy movie, genre qui nous a valu des moments plutôt funs au cours des deux décennies passées avec des films comme L’Arme fatale, Le dernier Samaritain ou encore Die Hard 3, et l’ambition de réaliser une comédie d’action spectaculaire d’un budget avoisinant les 90 millions de dollars. Dès l’ouverture du film, le spectacle est saisissant avec cette incroyable course-poursuite dans les rues de New York, remarquablement menée par Dwayne Johnson et Samuel L. Jackson mais qui ne tarderont pas à tirer leur révérence en profit des vrais héros du film : Mark Wahlberg et Will Ferrell.

Malgré une certaine originalité à voir évoluer ce duo au fil des séquences du film, la combinaison ne fonctionne que moyennement. La faute à des situations répétitives et dénuées de toute audace et à un jeu d’acteur souvent lassant. Ferrell retrouve une fois de plus son rôle d’éternel débile infantile, mais nous donne furieusement envie de revoir Step Brothers. Wahlberg quant à lui nous fait amèrement regretter The big Hit. Le scénario pourtant censé être crédible et réaliste rend l’ensemble encore plus inégal, laissant même croire que Cop Out de Kevin Smith est un souvenir pas si désagréable.. The Other Guys possède un gros problème de rythme et hormis la séquence d’ouverture, il ne donne jamais vraiment à voir la couleur de son budget.

Sûrement que l’absence de Judd Apatow n’est pas totalement étrangère à ce semi-échec qui passe complètement à côté de son duo comique et est très loin de la référence du genre, le délirant Hot Fuzz.

Partager !

En savoir +

Date de sortie cinéma : 27 octobre 2010

Réalisé par Adam McKay
Avec Mark Wahlberg, Will Ferrell, Samuel L. Jackson, Dwayne Johnson, Mark Wahlberg, Eva Mendes, Michael Keaton

Titre original : The Other Guys
Long-métrage américain. Genre : Comédie , action
Durée : 01h47min. Année de production : 2010
Distributeur : Sony Pictures Releasing France

A propos de l'auteur

Image de : Ayant grandi avec les films de Schwarzenegger, Bruce Willis et Van Damme, je n’ai jamais pu profiter pleinement des Disney durant mon enfance. Heureusement, sinon je ne me serais jamais intéressé au cinéma.

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 29 octobre 2010
    Sam a écrit :

    « la référence du genre, le délirant Hot Fuzz. » AMEN TO THAT!

    Et sérieusement: « Very Bad Cops »!? Peut-on nous dire qui traduit les titres parce que ça craint!

  2. 2
    Rock Brenner
    le Samedi 30 octobre 2010
    rock a écrit :

    Il y a d’autres traductions encore bien plus drôles et utiles : le très bon « Four Lions » a été traduit en « We are Four Lions »… Ou rappelons-nous d’ »Up in the air » de Jason Reitman « traduit » en « In the air »…

  3. 3
    le Mercredi 3 novembre 2010
    Sam a écrit :

    Vu hier. Je dois dire que l’atout du film reste Mark Wahlberg. Le reste manque en effet de rythme et de saveur. Après pour me « laver », j’ai regardé une énième fois le chef-d’œuvre Hot Fuzz, inégalable.

Réagissez à cet article