Walkyrie

par Guillaume|
Après avoir adapté les X-Men sur grand écran et avoir remis au goût du jour la licence Superman, Brian Singer met en scène dans son dernier film un super-héros d'un autre genre. Le personnage interprété par Tom Cruise dans Valkyrie est en effet le colonel de la Wehrmacht Claus von Stauffenberg, connu pour avoir été le chef d'orchestre du dernier attentat manqué contre Adolf Hitler.

19023061_w434_h_q80Dire que Walkyrie était attendu est un euphémisme, tant l’épisode est un événement historique fondamental et fascinant, témoignant de la complexité de la relation des élites militaires allemandes au Führer.

Porter cette histoire à l’écran est un exercice périlleux et quelques éléments étaient susceptibles de provoquer une certaine appréhension. On pense notamment à l’accueil glacial réservé en Allemagne à l’ambassadeur médiatique de la scientologie mais aussi aux trailers qui nous font entendre un Tom Cruise s’exprimant avec un accent américain très prononcé.

La question de la langue est cependant fort bien évacuée dès le tout début du film. Tom Cruise parle allemand avant de progressivement passer en anglais (par le même procédé utilisé dans Le Treizième Guerrier ou A la Poursuite d’Octobre Rouge de John McTiernan ). On reste cependant assez perplexe lorsqu’on entend cet accent américain côtoyer l’accent très britannique d’un Kenneth Branagh, alors que seuls les méchants (les autres dirigeants nazis et par extension ceux qui ne participent pas à la conjuration) parlent anglais avec l’accent allemand.

Malgré tout, Tom Cruise ne s’en sort pas mal du tout – ce qui est heureux d’ailleurs, vu que le film tourne autour de lui – et la réalisation est agréable. Les scènes exposant l’attentat en lui-même ont un rythme très intéressant et constituent la partie la plus palpitante.

On ne peut malheureusement pas dire autant de bien de tout le film. Ce n’est pas qu’il soit plein de défauts mais plutôt qu’il manque de qualités, d’idées novatrices et au final il apparait comme bien pauvre. Walkyrie souffre de la comparaison avec [La Chute->41] . Adolf Hitler est absolument transparent (on dirait qu’il a acheté sa moustache dans une boutique pour Halloween), de même que le sont la plupart des autres personnages. Il en résulte le sentiment que Valkyrie ne dépasse jamais le stade de l’anecdote historique et du manichéisme alors que son sujet demandait justement l’opposé. Si le budget du dernier Singer est au moins cinq fois celui de La Chute, il apparait malgré tout bien plus cheap.

Le film se laisse pourtant suivre et permet de passer un assez bon moment. Mais on se dit que Bryan Singer, pour répondre à la fois aux craintes et aux attentes par rapport à son sujet, a préféré ne pas prendre de risques et de faire un film efficace et divertissant à défaut d’être marquant.

Partager !

15 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 3 février 2009
    Dimitri a écrit :

    Je trouve la chronique un peu « juste » concernant l’approche historique du film, qui semble à vrai dire la plus importante à mes yeux.

    Je m’explique.

    Etant en Licence 3 d’histoire, les professeurs crient limite aux scandales quant à la façon dont nous interprétons le film. On cherche à présenter les officiers allemands de la Wehrmarcht comme des opposants à Hitler, marqués par un fort sentiment patriotique, à vouloir sauver l’Allemagne du bourreau Hitler.
    Ce qui ne faut pas oublier, c’est que cet attentat manqué a eu lieu le 20 juillet 1944, soit pratiquement à la fin de la guerre.

    Pourquoi les allemands s’en sont-ils rendus compte si tard ?
    Ce que le film oublie de mentionner, c’est la position des Alliés à ce moment là. Le rouleau compresseur soviétique est au front de l’est, l’armée aux portes de Berlin.

    Ce qui signifie ?
    Que les officiers allemands, sentant que ce n’était plus qu’une question de temps, voyaient la défaite, irréductiblement.
    Au lieu d’être les pros-Hitler et être condamnés comme les responsables de cette seconde guerre mondiale, ces derniers ont cherché à assassiner Hitler pour pouvoir s’empresser de signer l’armistice avec les Alliés, et négocier.
    Comme pour limiter un peu les dégâts.

    Le film nous montre une vision complètement différente de la réalité, où le réalisateur reste fixé sur cet attentat manqué, sans jamais réellement situer l’évènement dans son contexte.

    Il y a eu quelques résistants en Allemagne, oui, mais pas de cette façon là.

  2. 2
    Guillaume
    le Jeudi 5 février 2009
    guillaume a écrit :

    salut,
    desole de repondre si tard, j’ai du faire une fausse manip quand je t’ai repondu recemment.

    Concernant la dimension historique de valkyrie, je suis tout a fait d’accord avec toi. Comme je l’ai precise « Valkyrie ne dépasse jamais le stade de l’anecdote historique et du manichéisme ».

    Je n’ai cependant pas developpe plus que ca cet aspect car je pense que ca aurait pris trop de place.
    J’ai moi-meme fait des etudes d’histoire et j’ai beaucoup bosse sur l’Allemagne et il est clair que le personnage de von Stauffenberg est beaucoup plus complique et interessant a cerner que ce que l’on voit dans le film.
    Notamment le background sociologique du personnage et des membres de la conspiration, issues de la grande tradition aristocratique et militaire prussienne, milieu a la fois hai et jalouse par Hitler.

    Ton commentaire tombe vraiment à pic car tu apporte des precisions importantes qui pour ma part ne pouvais pas cependant occuper la majeure place de l’article.

    sinon, si tu as vu le film en francais, comment est le doublage? Parlent-ils tous un francais commun ou as t’on droit a un bel accent à la papa Schultz?

  3. 3
    le Vendredi 6 février 2009
    Dahlia a écrit :

    VACHE QUI RIT! Hop, ça c’est fait.

    Sur la question des accents dans la VF, la bande-annonce laisse entendre que non visiblement:

    http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18848973&cfilm=127129.html

    Je suis étonnée de voir un Tom cruise aussi sobre… Ca fait bien longtemps qu’on ne l’a pas vu comme ça huhu.

  4. 4
    le Vendredi 6 février 2009
    Dahlia a écrit :

    Punaise je viens de capater qu’il y a Terence Stamp au casting ^^ Grou, rien que pour lui, je vais aller le voir (souvenir ému de L’Anglais de Soderbergh)

  5. 5
    le Vendredi 6 février 2009
    Anonyme a écrit :

    Je crois que je n’avais pas vu Tom Cruise aussi bon depuis collateral, exception faite de son role plus qu’étonnant dans tropic thunder ;-)

  6. 6
    le Vendredi 6 février 2009
    Dahlia a écrit :

    Tropic Thunder! En voilà un que je regrette d’avoir loupé quand c’est sorti au ciné… Tant pis, j’attendrai le DVD ^^ (Mais je me souviens qu’Alex avait bloqué sur sa prestation je-shake-du-booty dans le film :D )

  7. 7
    le Vendredi 6 février 2009
    Loïc a écrit :

    « Il y a eu quelques résistants en Allemagne »

    Quelques, quelques… Bon certes cela demeura une minorité, mais tout de même… La Rose blanche, le cercle de Kreisau… L’impression de minorité est évidemment renforcée par le fait que ces différents groupes n’ont jamais pu réellement se coordonner et s’unir efficacement. La persécution dont ils étaient l’objet était quasiment impossible à contourner : en France les résistants, bien qu’activement traqués, bénéficiaient du soutien au moins passif d’une partie de la population. En Allemagne c’était bien plus compliqué.

    Dimitri tu as raison, le 20 juillet 1944 est une date plus que tardive, mais il ne faut pas non plus oublier que d’autres attentats avaient été imaginés et organisés avant cela. Rien que depuis février 1944, par deux ou trois fois von Stauffenberg avait été contraint de reporter ses projets. Et même avant cela des officiers allemands avaient tenté de tuer Hitler : 1941, 1943… A mon humble avis le plan de Von der Bussche (attentat suicide) aurait peut-être marché si von Stauffenberg l’avait adopté cette fois-là.

    Je n’ai pas vu le film, je ne compte pas vraiment le regarder. Si c’est pour voir un von Stauffenberg présenté en héros, je ne vois pas l’intérêt. Tout l’intérêt du film aurait plutôt résidé dans une approche plus globale et, comme tu l’as dit Guillaume, moins manichéenne du personnage et de son parcours. Mais le manichéisme n’est-il pas une fâcheuse habitude du cinéma américain?

  8. 8
    le Vendredi 6 février 2009
    Dimitri a écrit :

    Hey :)

    Oui j’ai vu le film en français, le doublage, bah c’est du traditionnel doublage, la version originale est toujours mieux.

    De rien Guillaume, j’avais rien contre ta chronique, mais je pensais qu’il fallait compléter l’approche historique.

    @+

  9. 9
    le Vendredi 6 février 2009
    Dimitri a écrit :

    A Loic> Ce que je veux dire par là, c’est que le film montre presque les officiers comme des anti Hitler qui sont ligués contre lui, alors qu’Hitler est au pouvoir depuis 33. De plus, ça reste des officiers, hauts placés. Enfin, s’il y avait des résistants en Allemagne ça se saurait, mais heureusement, il y en a quand même eu un peu, on ne peut pas tout rejeter.

    Il en a fallu du temps pour se rendre compte de tout ça, même si des tentatives ont eu lieu. Et minoritaires.

  10. 10
    le Vendredi 6 février 2009
    Anonyme a écrit :

    tu as tout à fait raison dimitri, surtout que c’est vraiment une des tares du film.
    Pour autant, je ne pense pas que cette vision partielle des choses, bien américaine quelquefois, soit aussi rageante que dans le soldat ryan par exemple (je l’ai revu il y a pas longtemps, je n’aime pas du tout)

    En tout cas ce début d’année est assez incroyable au niveau du cinéma américain. Je me demande si c’est du au fait que les oscars sont à cette période, étant donné que les films nominées sont pour beaucoup à l’affiche ou sortis il n’y a pas longtemps

  11. 11
    le Samedi 7 février 2009
    Loïc a écrit :

    >Dimitri, évidemment, c’est une hérésie historique que de montrer les officiers allemands comme des opposants farouches à Hitler. Von Stauffenberg lui-même était un farouche partisan du IIIème Reich jusqu’à très tard.

    « Enfin, s’il y avait des résistants en Allemagne ça se saurait, mais heureusement, il y en a quand même eu un peu »

    Il y en a eu, et ça se sait :) Plus de 40 attentats sur la seule personne d’Hitler en 15 ans me paraît assez conséquent, mine de rien. Fest et Hoffmann ont bien traité ce sujet.

    Pour revenir au 20 juillet 1944, j’ai lu ceci dans le Courrier International : « Peter Hoffmann, l’un des meilleurs spécialistes du 20 juillet 1944, y a mis un terme [aux débats sur la véracité des faits] en qualifiant le film de ‘parfaitement vrai sur l’essentiel’. » Je trouve cela assez étonnant, j’ose espérer que ses propos ont été sortis de leur contexte. Mais il y a une telle volonté en Allemagne de se rattacher à certains mythes, comme celui qui veut que la Wehrmarcht ait été totalement « propre » et « convenable » durant la 2nde Guerre Mondiale…
    Voici une intéressante interview (en allemand) avec, parmi les personnes interviewées, Hoffmann en personne : http://www.faz.net/s/Rub8A25A66CA9514B9892E0074EDE4E5AFA/Doc~EF78B9A9C218F4755BD668DDDB6A33D2E~ATpl~Ecommon~Scontent.html

    Mais tu as raison Dimitri, il s’agissait d’une minorité, mais une minorité à ne pas oublier. Quant aux conjurés de 1944, pas mal d’entre eux adhéraient, comme tu l’as dit, à l’idéologie nazie et n’ont comploté que dans le but d’éviter à l’Allemagne une défaite écrasante.

    Désolé, mon commentaire est un peu long :)

  12. 12
    le Samedi 7 février 2009
    Anonyme a écrit :

    a vrai dire, sur le déroulement de l’attentat notamment, je crois que le film est très respectueux en fait, c’est d’ailleurs pour ça que mon jugement était nuancé, tout n’est pas négatif vraiment.

  13. 13
    le Samedi 7 février 2009
    guillaume a écrit :

    bon si je ne mets pas mon prénom quand j’écris un message, je crois que ça va pas trop le faire :-)

  14. 14
    le Samedi 7 février 2009
    Stuntboy a écrit :

    Il y a beaucoup de Marc Bloch ici, j’apprécie énormément vos élucubrations sur l’attentat du 20 juillet, on dirait un conclave en plein XIVème siècle. lorsqu’au final on sait « qu’il ne s’agit que d’un clique de généraux ambitieux », on a tout compris et pis c’est tout.

    +1 pour Loïc et son lien en allemand, un véritable argument d’autorité incompréhensible pour la majeure partie d’entre nous.

  15. 15
    le Samedi 7 février 2009
    Dimitri a écrit :

    Une minorité à ne pas oublier, OK.
    L’attentat en lui même comme il est tourné dans l film, OK.

    C’est juste que de façon globale on ressort de la salle obscure avec l’impression que l’Allemagne et ses dirigeants n’étaient pas aussi « pourris » que ça, et je pense qu’il faut corriger ce jugement.

    C’est tout. Comme l’a dit Stuntboy, je pense qu’on a tous compris…

Réagissez à cet article