Un sourire particulier – Pauline Flepp

par |
Le premier roman de Pauline Flepp a ceci d'étrange qu'il semble d'un autre temps. On dirait simplement qu'il est de ces textes intemporels, désuet sans être démodé. Ses personnages ont des langueurs et un tempérament souvent mélancolique qui ne détonnerait pas chez Stendhal . On peut aussi penser à Sambre, la BD outrageusement romantique d' Yslaire avec ses chassés-croisés de passions juvéniles dans le Paris de la seconde moitié du 19ème siècle. Pourtant c'est bien dans le Paris de maintenant que se font et se défont les personnages d' Un sourire particulier .

fleppfrontLine a 17 ans. Passionnée et hyper-sensible, elle n’est jamais aussi heureuse qu’en présence d’une oeuvre d’art dont la beauté la transporte, qu’il s’agisse d’une peinture, d’un film ou d’une musique. Sans doute est-ce pour cela qu’elle tombe sous le charme de Julien, de trois ans son aîné, pianiste extrêmement doué, très beau et à l’esprit trop souvent nihiliste. Fascinée, elle le met un jour au défi alors qu’ils sont sur le balcon d’une superbe propriété et qu’il lui soupire toujours le même discours désabusé. Il va jusqu’à se mettre à califourchon sur la balustrade, il lui dit qu’il n’a jamais eu peur du vide, ni de la mort, et « qu’il pourrait sauter, il croit qu’il aurait vraiment vécu une seconde ». Poussée à bout par sa grandiloquence, elle lui répond « Alors, saute. » Et Julien la prenant au mot saute dans le vide. Pas d’assez haut pour se tuer, ni même se blesser, mais assez pour tenir Line en son pouvoir.

Quelques temps de là, Line rencontre Andrea, si semblable et si antithétique à Julien. Pianiste lui aussi, mais plus enjoué, rieur, tranquille, il n’a qu’un trait commun avec Julien, le sourire : un sourire doux et amer. Tous trois se cherchent, se retrouvent, jouent et vivent dans l’instant de leur jeunesse. Ces instants que Line consomme avec une urgence folle, elle qui doit partir pour la rentrée dans une Université artistique de St Petersbourg.

L’art, les sentiments et l’adolescence. C’est la seconde relation triangulaire qui apparait en filigrane derrière celle de Line, Julien et Andrea. Pauline Flepp fait de sa narratrice et de ces deux personnages masculins des amoureux absolus des belles choses, capables de pleurer en écoutant un concerto de Rachmaninov et se rendre malade pendant trois jours à cause d’un film qui les bouleverse, marcher dans la fontaine de la place de la Concorde dans la nuit estivale en tentant de rattraper le reflet de la lune dans l’eau, prendre l’avion à la dernière minute pour l’Espagne et se repaitre de déambulations madrilènes.

L’exaltation, c’est ça qui les domine. Line, Julien et Andrea sont des êtres complètement exaltés par ce qui leur arrive ou ce qui les entoure. Ce qui peut parfois amener une certaine lassitude chez le lecteur. Car ces adolescents n’en finissent pas de ne vouloir « faire qu’un avec le ciel, l’océan et les étoiles », ils n’en finissent pas de se torturer sur leurs vrais désirs, leur existence, et leurs attentes comme c’est souvent le cas à cet âge, mais ces trois-là semblent plus encore préoccupés par tout cela. Le plus surprenant c’est que Line, Julien et Andrea, dont la sensibilité est poussée au paroxysme semblent dépourvus de sensualité et d’inclination au sexe. Ils n’en parlent presque jamais et s’ils le font, on ne le sait pour ainsi dire, pas.

Un sourire particulier est un roman de fin d’adolescence plutôt grave, aux accents parfois lyriques. On peut sourire par moments des tourments de ces jeunes gens, qui n’ont pas de problèmes d’argent, ni de scolarité et ont tellement de temps pour confronter leurs états d’âme. Pourtant ils sont profondément attachants car ils rappellent sans cesse que c’est l’âge où justement, rien d’autre ne compte que ça. Pauline Flepp n’a que 20 ans et une écriture déjà affirmée dans cette hyper-sensibilité dont elle dote ses personnages et qui exsude à chaque page de son Sourire particulier .

Partager !

En savoir +

Un sourire particulier, Pauline Flepp, Max Milo Editions, Collection Condition Humaine, 2008, 283 pages

Pauline Flepp interviewée par la romancière Bénédicte Heim pour le site Les Contrebandiers Editeurs (Podcast) :
http://www.01podcast.com/episode.php?item_number=72468

A propos de l'auteur

Image de : Née en 1981, Chloé Saffy vit à Toulouse. Sur le net, elle est l'auteur du blog My Way Or The HighWay et a collaboré au e-magazine d'opinion Ring. Adore, son premier roman a été publié en 2009 aux Editions Léo Scheer. On peut également la retrouver sur son site : http://www.ohmydahlia.com [Crédit photo: Kelly B.]

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    M/O/C
    le Samedi 17 juillet 2010
    M/O/C a écrit :

    Sacrée Pauline.
    Si vous saviez.
    :)

Réagissez à cet article