Tryo – Ce Que l’On S’aime

par |
Le grand retour de Tryo sur la scène musicale française a été assurément l’un des évènements les plus attendus de la rentrée. Cinq ans après le très réussi Grain de Sable, voici le quatrième album du groupe. Mais Tryo est-il toujours le même au bout de toutes ces années ?

tryo-3Le 1er septembre dernier, c’était quitte ou double pour les fans de la première heure. Nous allions enfin savoir (ou plutôt entendre) si Tryo avait su garder toute sa superbe avec ce nouvel opus produit par Dominique Ledulal ( Delerm, Katerine …) et enregistré à Paris mais également à Saint Rémy de Provence.

On retient son souffle, on appuie sur play. Première écoute, premier constat. Implacable. Tryo n’a plus de reggae que son ombre. Et encore. Ce que l’on sème sombre tout au long dans de l’acoustique uniquement basé sur des variantes de rythmes mais avec un effort indéniable dans la diversité des instruments. Claviers, violon, saxo, basses, cymbales, carillons… Dur d’en faire plus, surtout connaissant les instruments qu’utilisait Tryo par le passé en se cantonnant aux guitares et aux percussions.

L’évolution est flagrante, c’est un changement de registre indéniable. Une rupture nette.

L’album s’ouvre par le titre éponyme de l’album. Ce que l’on s’aime est du Tryo oldschool. Des guitares, des percussions, un morceau qui emballe dès la première écoute. Bref une ouverture idéale qui s’avère malheureusement n’être qu’un leurre. La deuxième chanson ( Tombé mal ) est parsemée d’influences africaines et n’est pas sans rappeler L’hymne de nos campagnes de par ses paroles principalement axées autour de la forêt, de la verdure et de la nature. Ces similitudes vont d’ailleurs apparaître de façon répétée tout au long de l’album. De nombreuses intros rappellent étrangement celles de Grain de sable et, curieusement, ce seront les mêmes thèmes qui reviendront ça et là. Le Temps fait penser dans sa forme à Dans les nuages et Travailler plus n’est pas sans rappeler Ta réalité . Quand les hommes s’ennuient semble être une réponse et un clin d’oeil à Comme les journées sont longues tout comme Marcher droit qui reprends le même concept que Récréation . Mais arrêtons-nous là pour les comparaisons.

Cet album marque également un changement significatif dans le chant de chacun des membres du groupe. Dominique Ledulal n’est pas le producteur de Delerm pour rien et affuble Tryo des mêmes travers : aucun tonus et un côté mélodramatique exacerbé. L’air du Plastique est l’exemple majeur de la Delermification du groupe avec Mali au chant et au piano dans un univers tout droit sorti de l’un de ses albums. Sur d’autres titres ( Jocelyne ), cela ferait plus penser à du Bénabar ou à de l’ Aldebert, voire à des titres qu’aurait pu faire Mali au cours de son projet solo de 2006.

tryo-2Dommage que cet album n’ait pas le niveau de Toi et moi, le premier single. Du Tryo entraînant et bouléguant tel qu’on l’a connu autrefois. Quatre minutes pour se remémorer le bon vieux temps. Des paroles qui font le tour des sujets qui fâchent : Tibet, nucléaire, société, climat tout en faisant une belle métaphore sur l’amour, saupoudré de violon. Il n’y en aura malheureusement qu’un seul de ce gabarit-là.

On est bien loin des chansons phares telles que La main verte ou le révélateur Désolé pour hier soir . Tryo a laissé de côté une bonne partie de ses paroles (semi-engagées) au vestiaire, et son roots au placard. Être soutenu par Greenpeace en tournée ne suffit pas à masquer la volonté du groupe de rentrer dans le rang, en essayant de faire perdurer un certain état d’esprit. En vain. Ce Tryo là sonne cruellement creux. On ne s’imagine d’ailleurs à aucun moment jouer un seul morceau de cet album à la gratte autour d’un bon feu entre potes comme par le passé.

Outre la diversité musicale et thématique qui donne à l’album un côté soigné et travaillé incontestable, le groupe a l’air de tourner volontairement le dos à toute une partie de son fidèle public. Outre l’absence flagrante et gênante de percussions sur la plupart des titres, l’état d’esprit n’est définitivement plus le même. Comme si le groupe avait oublié d’où il venait en voulant ratisser trop large. Alors certes, le plan média marche à plein rendement, il suffit d’allumer sa télé ou sa radio pour s’en rendre compte. Ce que critiquait le groupe par le passé n’a visiblement plus l’air de le gêner, mais attention tout de même à ne pas être pris à son propre jeu.

L’évolution musicale est bien sûr nécessaire pour chaque groupe, mais pas au point de perdre à ce point ce qui faisait son identité.

L’album de la maturité ? Pas pour moi.

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

10 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Mardi 16 septembre 2008
    Stedim a écrit :

    Cinq ans entre deux albums, c’est long ! Que s’est-il donc passé durant ce laps de temps ?

  2. 2
    le Mardi 16 septembre 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Que s’est-il donc passé durant ce laps de temps ?

    Tournées, DVD live, projet solo, RE-sortie (effarante) de « L’Hymne de nos campagnes »…….
    Z’ont pas chômé, mais…

  3. 3
    le Mercredi 17 septembre 2008
    Dimitri a écrit :

    Ils n’ont pas chômé, certes, mais ils ont surtout bien soigné leur image médiatique…
    Pour moi ils ne sont plus dans l’esprit.
    Je me montre sévère mais je suis déçu c’est tout. Pas qu’au niveau de l’album (car on pressentait ce type de cd passe partout), mais pour toute la personnalité qu’ils s’étaient forgés. Dès le passage de L’Hymne de nos campagnes sur les radios « poubelles » des ondes, ça voulait tout dire. Cinq ans c’est long, mais je me demande comment ils ont fait pour en arriver là…

  4. 4
    VIOLHAINE
    le Mercredi 17 septembre 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Oui oui, je suis d’accord avec toi ! D’où mon « mais »…
    ;)

  5. 5
    le Vendredi 19 septembre 2008
    Dahlia a écrit :

    @Stedim: je t’arrête, cinq ans entre deux albums c’est peanuts comparé à certains artistes!

    La grande, l’immense Kate Bush a sorti The Red Shoes en 1993… Et son dernier Aerial n’est sorti qu’en 2005 soit 13 ans après. Ceci dit, elle a eu raison d’attendre, ce double album est une petite merveille qui relègue loin, très loin toutes celles qui l’ont copié.

    Pour Tryo, rah je peux pas, j’ai jamais pu, pour moi c’est synonime de tous ces fumeurs de pétards et joueurs de djembé qui me les brisent sur les bords de Garonne et viennent te taxer du papier à rouler avec un sourire béat.

  6. 6
    le Mercredi 1 octobre 2008
    Arno_Mothra a écrit :

    Dahlia tu as eu raison d’ajouter que « Aerial » de Kate Bush est une perle, c’est quand même un autre registre !

    Sinon Tryo… franchement je n’arrive pas à comprendre leur pseudo intégrité en envoyant leurs clips à Fun TV et compagnie, et leurs cd promos à toute la clique NRJ, mais bon. Peut-être que je suis trop con pour avoir compris leur message. Musicalement avant c’était sympa de temps en temps, là c’est vide et plat.

    5 ans pour ça. Faut pas charrier ! C’est le genre de groupes qui devrait sortir au moins un album par an. Niveau compo et créativité, c’est quand même pas l’Everest.

    Et j’en reviens à l’attitude qui me fait bien rire, devant ces hordes de jeunes qui érigent ce groupe en drapeau de quelques revendications anti commerciales, anti système, etc… ! Bref t’as raison, Greenpeace n’y changera rien là-dedans… On sent que le brassage de fric est passé par là, dommage.

  7. 7
    le Mercredi 1 octobre 2008
    Dimitri a écrit :

    Dommage comme tu dis. Mais est ce surprenant ? C’était prévisible j’ai envie de dire…
    L’hymne de nos campagnes vieux de 10 ans qui passait en boucle sur toutes les ondes nous avait donné une mise en bouche de la suite des évènements. Pour des gens « anti système » c’est un comble :)

  8. 8
    le Samedi 4 octobre 2008
    Olivier a écrit :

    C’était carrément prévisible mais tous les fans inconditionnels de « l’ancien-Tryo » espéraient… Arf…

  9. 9
    le Lundi 6 octobre 2008
    c4n4r a écrit :

    tryo c’est un petit peux « faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait » en gros..
    comment peut on prôner la lutte contre un système pourri tout en adhérant totalement à ce même système… j’ai du mal a comprendre… m’enfin c’est sûrement plus agréable d’être roots quand on dort dans des draps de soie…

    Et pour l’attente entre les albums… j’ai envi de dire également qu’on aura bien attendu le dernier Métallica et finalement… TRASH IS BACK MOTHER F***er!!

  10. 10
    le Lundi 6 octobre 2008
    Dimitri a écrit :

    Je sais pas s’ils chantent encore « sortez-les » sur la dernière tournée. Franchement ça pourrait être comique.

    Amen.

Réagissez à cet article