tRiJaUs – War man

par |
Une pop argentine légère pour un été indien réussi.

Image de no importa - front La rencontre avec tRiJaUs a eu lieu dans un appartement rennais. Le groupe de Buenos Aires était en tournée intimiste pendant deux mois en France puis en Europe dans les appartements, les jardins et les petits cafés-concert afin de promouvoir leur nouvel EP sorti chez Camaraderie Limited, No Importa.

C’était fin août, le soleil se couchait et on finissait les bières sur le balcon. Chowa, Juan Tobal et Ignacio de Andrés se sont installés pour leur premier concert à domicile : trois micros et deux enceintes achetés pour les besoins de la tournée, une guitare acoustique, des beats électroniques et un violoncelle électrique pour planter le décor, et on s’est totalement laissé porter. Le groupe nous a interprété des titres issus de Treehouse, un album de 2008, et de No Importa, disponible en France depuis début septembre.

Avec tRiJaUs, on navigue à travers plusieurs ambiances : une apesanteur cotonneuse sur War Man qui rapproche le groupe des rêveries de Robert Gomez, un arrière-goût sixties sur Full Time Killer , une langueur assumée sur Feel Amusement as Skin.

La soirée est partie en jam électro-pop impovisé, et maintenant on sait qu’il n’y a pas que le tango en Argentine.

Partager !

En savoir +

Leurs titres sur SoundCloud : http://soundcloud.com/trijaus/

Myspace : http://www.myspace.com/trijaus

Camaraderie Limited : http://climited.blogspot.com/

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article