Transmetropolitan

par Stedim|
Voici une belle rencontre faite il y a quelques jours, au rayon Comics de la célèbre chaîne de magasins agitatrice de curiosité.

trans_170En être parfaitement narcissique, je suis facilement attiré par tout ce qui est chauve comme moi. Les faits sont bien là, et le visionnage récent de huit épisodes d’affilé de The Shield (saison 6) ne fera que le confirmer. Ce jour-là, entre Dare Devil et Black Hole (de Charles Burns – on pourrait en reparler plus tard, tiens), mon oeil est resté collé au crâne lisse et au sourire carnassier de Spider Jerusalem, le héros de la BD nommée Transmetropolitan .

Bien qu’étant classée dans le rayon Comics, il ne s’agit pas là pour autant d’un super-héros. Enfin, pas au sens  » tafiole en collant fluo dôté de super-pouvoirs suite à une tragédie très personnelle  » du terme. Spider Jerusalem est un journaliste assurément iconoclaste calqué sur Hunter Thompson, aussi camé que lucide (c’est dire s’il s’en met plein la tête), doté d’un solide cynisme et d’un délicieux humour noir. Dans un futur assez proche et terriblement vicié, Spider, par le biais de sa chronique hebdo dans les colonne du journal The Word, n’a de cesse de dénoncer les dérives des hommes avides de pouvoir à l’occasion d’élections présidentielles.

À l’heure du triste battage médiatique des « 1 an en Sarkoland » et où, dans le même temps, nous sommes singulièrement saoulés par la course à l’investiture Obama / Clinton, il est aussi amusant que divertissant de suivre le fameux Spider Jerusalem dont la période de gloire se situa entre 1997 et 2002 aux U.S. en parutions mensuelles. Oui, fameux, car il suffit de quelques clics sur le net pour s’apercevoir que Spider Jerusalem et, par son biais, la BD Transmetropolitan sont tout à fait cultes ! Ses fameuses lunettes, commercialisées pendant un temps, seraient même devenues un véritable collector !

Bref, pendant quelques heures, j’ai rêvé que j’étais Spider Jerusalem et j’ai pris un pied monstre car je savais tout dire, pouvais tout écrire et, en prime, j’avais devant moi un immense lectorat bovin. Alors, que tu sois chauve ou pas, Lecteur, note bien ce nom Transmetropolitan ! Et c’est aussi valable pour toi, Lectrice…

Ne nous perdons pas en conjecture. Un très bon descriptif de cette BD, bien meilleur que tout ce que je pourrais écrire moi-même, a été publié ici. À l’occasion, dis-moi ce que tu en penses. Ou pas.

Partager !

En savoir +

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article