Trans Musicales, jour 1

par |
Cette année, le festival rennais s'est installé entre un salon du bâtiment (le weekend dernier) et une fête foraine qui occupe toute l'Esplanade Charles de Gaulle. Seule solution : délocaliser le célèbre Village des Trans (là où on trouve des autocollants et des badges gratos) à l'intérieur du Liberté, qui accueille également des concerts l'après-midi.

Pour le reste, on retrouve la configuration habituelle au Parc Expo. La soirée de concerts au Liberté n’a pas été retenue cette année. Lors de la précédente édition, quelques problèmes se sont posés pour accéder à l’Étage du Liberté, d’une capacité moindre que la salle principale. Retour donc aux Halls 3 et 4 ce samedi soir, le Hall 9 n’ouvrant que le lendemain.

Plus tôt dans l’après-midi, nous assistions à une projection presse du documentaire de Stéphane Grammont et Benoît Thibaut, Pop Up The Pops, chronique d’une émergence. Façon Strip-tease chez les baby rockers, les journalistes de France 3 ont suivi le groupe rennais The Popopopops (ou « Pops » pour les intimes), de leurs premières scènes après leur passage aux Trans Musicales à leur professionnalisation avec la recherche d’un tourneur puis d’une maison de disques. Entre naïveté des jeunes musiciens et réalité du métier (la tête de Victor lorsqu’il apprend que le salaire net des chanteurs est souvent moins élevé dans les conventions collectives vaut son pesant de cacahouètes), le film met surtout en lumière les stratégies plus ou moins explicitées des différents acteurs de la « chaîne » : tourneur, manager, programmateur de festival… Intéressant, mais le groupe était peut être encore trop jeune pour qu’on ait un réel aperçu du développement d’une carrière [1].

Bon, c’est pas le tout, mais on est venus voir quelques concerts. La soirée commence fort avec The Pack A.D., duo féminin de Vancouver qui a la pêche parfaite pour commencer la soirée. Armées simplement d’une batterie et d’une guitare, le duo semble s’être fixé pour objectif de casser l’image placide des Canadiens. « On va vous jouer un morceau calme…mais en fait c’est un leurre, vous allez voir ça va s’énerver. Un peu comme…un chaton». À les écouter, la British Columbia est on fire. En tout cas, nous on l’est pour le reste de la soirée. The Pack A.D. donnera également un concert à la prison des femmes ce vendredi dans le cadre de Trans en prison.

Difficile alors de se plonger dans le set mollasson de Lars And The Hands of Light. Les danois nous avaient pourtant alléchés avec leur single Me, Me, Me, mais force est de constater que la transcription scénique est décevante. Le beat funky ne parvient pas à décoller, et la coiffure improbable de la chanteuse n’y est peut-être pas pour rien.

Avec The Phenomenal Handclap Band, troupe new-yorkaise au look sixties, on ne sait pas trop sur quel pied danser. Les influences se mélangent joyeusement : psychédélique, pop, musiques latino, c’est un peu comme si le groupe avait pris le meilleur de chaque style pour le remixer à sa sauce. Un set très plaisant au final, même si on est parfois dans l’attente d’un feu d’artifice final. A découvrir pour le côté anti-hype et assez réjouissant de leur musique.

Enfin, notre (courte) soirée devra s’arrêter avec le dernier coup de guitare des mancuniens de Egyptian Hip Hop. Malgré un âge visiblement peu avancé, les quatre anglais maîtrisent plutôt bien leur sujet, qui va du synthé eighties également apprécié de Late Of The Pier à un son plus garage qui peine cependant à trouver une finalité. Moon Crooner et Middle Name Period ont un petit côté anachronique pas déplaisant. Ne reste plus aux Egyptian Hip Hop qu’à creuser un peu leur sujet.

À ne pas louper aux Trans vendredi 10 décembre : Blitz The Ambassador, Manceau, Garbo, Is Tropical, Concrete Knives, Connan Mockasin, Madensuyu, Salem, Janelle Monae, M.I.A., Fake Blood.

[1] « Pop Up The Pops, chronique d’une émergence« , film de 52mn diffusé sur France3 Bretagne le 11 décembre à 15h25 et en VOD sur le web / Le blog.

Partager !

En savoir +

Le site du festival : http://www.lestrans.com

Galerie photo : http://www.flickr.com/photos/transmusicales/

Mémoires de Trans, retour sur les éditions 1978-1988 des Trans : http://www.memoires-de-trans.com/

Les concerts filmés d’Arte Live Web : http://liveweb.arte.tv/fr/festival/Les_Transmusicales_de_Rennes/

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article