Time Awards

par |
Le concept de cette cérémonie, première du nom ? Réjouissant : récompenser les professionnels et artistes de la musique indie.

Une cérémonie qui marque l’ouverture du salon du même nom qui se déroulera à Paris ce weekend et qui a comme ambition affichée de réunir plus de 2000 participants, venus de plus de 20 pays différents (dixit le dossier de presse). L’occasion de rappeler que la musique, ce sont des notes, mais aussi une profusion d’acteurs qui participent au bon fonctionnement de l’ensemble. Autant de talents différents qui passent par de la pop, du rock, de l’électro et par extension l’ensemble du monde musical… Ou presque. Où s’est donc caché le Time Award du meilleur journaliste musical ? Plaisanteries à part, voici le compte-rendu de cette belle naissance…

Une soirée agréable et réussie

time-awards-2009_linda-lo_copieC’est Ouï FM qui présente la soirée en la personne de Linda Morin, avec optimisme, dynamisme et sobriété. Célébrations ponctuées de mini-concerts de deux chansons chacuns, de diffusions de clips assez peu connus, de légers discours… Et de remises des prix bien entendu.

Mélanie Pain ouvre les hostilités avec deux très belles chansons de son album, My Name is Mélanie Pain (paru chez Cinq7 ) avec notamment Bruises, une déclaration d’amour détournée qui parle de coups et de bleus.  » La même chanson peut me faire pleurer ou me remettre en joie, j’adore ce mélange des émotions. Aujourd’hui, tu dois être positif, tu n’as pas le droit d’être triste « , confiait-elle en marge de la soirée.

4111151106_e9010b07e2 Skip the Use met en joie avec son audace fulgurante saturée et ses notes punky et ensoleillées lilloises. Lunettes en forme de coeur devant les mirettes et bonnet péruvien sur la tête, le chanteur de Jil Is Lucky démontrera une fois de plus son talent fabuleux à rire avec ambiguïté, de lui-même et du contexte de la soirée. Il s’étonne avec naturel de ne pas avoir de micro pour chanter et le public s’en amuse avec lui. Simone elle est bonne montre sa culotte et ses cuisses, rigolote et volontairement vulgaire. En revanche, PacoVolume provoquera un certain ennui avec une prestation immobile et un son – pour sa seconde chanson, Cookie Machine – étonnamment à la lisière de la mièvrerie et digne d’un générique de feuilleton américain pour teenagers.

Tous relèveront le défi des quelques minutes accordées pour déployer brièvement leur énergie. Un programme varié qui permet de ne pas tomber dans l’écueil des grands discours traditionnels lors des remises de prix, et de donner vie au thème principal de cette soirée en le plaçant au centre de l’événement.

Les nominés et les gagnants

La profusion des remises revient à Atmosphériques : l’un pour le meilleur label, les deux autres consacrés à Charlie Winston .

Découverte de l’année

Les nominés : The Rodeo, Paco Volume, Ladylike Dragons, Zack Laughed, Pamela Hute

La gagnante : Pamela Hute

Premier album

Les nominés : Skip the Use, Jil is Lucky, Mélanie Pain, les Naïve New Beaters, Pony Pony Run Run

Les gagnants : Pony Pony Run Run

Un verdict discutable au regard des opus de Jil is Lucky ou des Naïve New Beaters qui l’auraient peut-être mérité tout autant, sinon plus.

Artiste Ouï FM

Les nominés : Stuck in the Sound, Phoenix, Eiffel, General Elektriks, Charlie Winston

Le gagnant : Charlie Winston

Une catégorie indéniablement subjective et qui représente un classement au nom de Ouï FM. Il aurait été tout aussi légitime, à mon avis, que Phoenix soit honoré.

Révélation Live

Les nominés : Shakaponk, Beat Assaillant, Naïve New Beaters, Stuck in The Sound, Birdy Nam Nam

Les gagnants : Birdy Nam Nam

Un prix bien mérité, mais la concurrence était rude et mérite qu’on lui porte la même attention. Le dynamisme euphorisant de Birdy Nam Nam s’est vu à Rock en Seine, mais on connaît aussi l’énergie fulgurante des Stuck in the Sound, artistes fétiches du festival Fnac Indétendances, ou des Naïve New Beaters et leurs mini-explosions régulières, humoristiques et chaleureuses. Mais le site d’Infoconcert et ses internautes auront tranché.

Buzz de l’année

Les nominés : Make the Girl Dance, Ladylike Dragons, Orelsan, Simone elle est bonne, Charlie Winston

Le gagnant : Charlie Winston

Un prix intéressant, mais encore faudrait-il savoir ce que l’on récompense : le meilleur artiste ayant fait le buzz ? Ou le buzz en lui-même ? Et s’il s’agit de cette seconde option, l’idée de récompenser une communication sur le web pour un artiste est intéressante, mais étonnante. Comment juger ce qui objectivement doit se mesurer au nombre de sites, d’articles, de commentaires ? Ou peut-être s’agit-il des méthodes employées ?

Label de l’année

Les nominés : Warner, Barclay, Cinq7, Because, Atmosphériques

Le gagnant : Atmosphériques (le label de Charlie Winston entre autres)

L’appellation de label ‘indé’ pour certains paraît plutôt usurpée… Toujours est-il qu’ Atmosphériques a réellement fait des efforts en ce sens et toute la famille est au rendez-vous pour recevoir le prix. Belle image du travail d’équipe pour soutenir les artistes.

Manager de l’année

Les nominés : Jeff Génie, Vincent Carpentier, Bruno Delport, King Shag, Julien Soulié

Le gagnant : Jeff Génie (Renan Luce, Emilie Loizeau et Coeur de Pirate)

Une belle idée ici, que de récompenser l’un de ces hommes de l’ombre indispensables à la vie et à la carrière des artistes.

Clip de l’année

Les nominés : How we kill stars-> http://www.dailymotion.com/video/xb1s8w_shakaponk-how-we-kill-stars_music ‘ title=’Lien vers http://www.dailymotion.com/video/xb1s9g_sporto-kantes-slits_music] (Sporto Kantes), How we kill stars-> http://www.dailymotion.com/video/xb1s8w_shakaponk-how-we-kill-stars_music ‘>Blonde Fire->http://www.dailymotion.com/video/xb1s5j_the-hickey-underworld-blonde-fire_music] (The Hickey Underworld), [A thing for me (Metronomy), [Heaven (Unkle), [Slits (Shakaponk)

Le gagnant : How we kill stars (Shakaponk)

Le clip Heaven, d’ Unkle, était une arme redoutable d’endormissement. Très lent, concentré sur des planches de skate matérielles et monotones, la vidéo proposait de multiples explosions à l’image d’une publicité pour canettes bien connue de tous. En revanche, A thing for me de Metronomy est une petite perle d’humour aux chansons sous-titrées pour un karaoké réjouissant, et celui de Sporto Kantes, Slits, est une production luxuriante d’imagination et de poésie.

Et vendredi, samedi : le salon des Time Awards !

Pour vivre une fin de semaine faite intégralement de vibrations indie, les Time Awards nous proposent un premier salon à l’espace Kiron de Paris les vendredi 20 et samedi 21 novembre. Une bouffée d’oxygène internationale pour la capitale française avec showcases, conférences, débats, rencontres d’artistes et de professionnels de la musique en série… Une belle promesse et l’on vous suggère de vous y propulser.

Crédits photo : © Rod – www.le-hiboo.com

Partager !

En savoir +

Site officiel : http://www.time2009.net/
La présentation du salon par l’agence Ephélide : http://www.ephelide.net/index2.php?id=197 ? ?

A propos de l'auteur

Image de : Les mots ! Pigiste en culture pour plusieurs organes de presse écrite et web, cuvée 1986 (Bordeaux), vit à Paris. Retient de sa prépa lettres, une philosophie très nietzschéenne : l'art est mensonge et c'est tant mieux. Aime les mots. Aime toutes les formes d'art et surtout la musique (pop, rock, électro, blues, folk, classique), la littérature et la photo (contemporaines et déstructurées), le cinéma (japonais, films d'auteur). Ecrit un peu de tout, interviews, critiques, chroniques, portraits, dossiers, live reports, et poèmes, nouvelles, romans (inconnus à ce jour) : tout ce qui dit le monde au travers de prismes, sans jamais avoir la prétention de le traduire précisément. Jamais satisfaite, toujours amoureuse. Blog culture : http://spoomette.over-blog.com

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 29 novembre 2009
    Publik'Art (E.) a écrit :

    Well Done Céline, toujours aussi agréable de te lire. Et toujours aussi bien informée ;)

Réagissez à cet article