Thoms Fersen – Best Of de poche

par Stedim|
Tiersen ? Non. Fersen. Thomas Fersen. Oui, je suis de ceux qui confondent dans les premières secondes. Ensuite, une fois les visages posés à nouveau sur les patronymes, ça fait "Ah oui ! C’est le brun sympa qui a une voix un peu rocailleuse et des chansons cools !".

tfbodpBien sûr, Thomas Fersen, c’est bien plus que ça. Fersen, c’est un Monsieur. Fersen, c’est un peu l’éternel jeune parrain de la chanson française. Fersen, rares sont ceux qui peuvent dire quand il a commencé tant il semble avoir toujours été là. Dans son coin. Debout, seul dans sa case. Visible et vu de tous mais sans jamais attirer tous les spot lights d’un coup sur lui.

Bien là.

Thomas Fersen, c’est donc l’individu n°1 de cette chronique. Le second
individu, c’est l’ukulélé . Oui, l’ukulélé, cet instrument minimaliste de plus en plus présent ces derniers mois dans notre paysage musicale hexagonale et de moins en moins connoté hawaïen (intégration ? Non, récup’). Je peux même dire que l’ukulélé semble être actuellement l’instrument à posséder pour se démarquer à court terme (et à peu de frais) de la meute des artistes dits désinhibés et à textes .

Mais je vous arrête tout de suite, il va être tout simplement impossible de taxer Thomas Fersen de vouloir surfer sur le mainstream de l’underground uber-exposé. Non. Non. Deux fois non. Ne serait-ce que parce que ce sont deux de ces mini guitares hawaïennes qui sont présentes sur ce disque. L’Artiste s’est montré curieux, s’est initié et a approfondi l’expérience avec talent.

Quel disque au fait ? Ah mais oui, pardon, je vous parle de Best Of de poche, le nouvel opus de l’éternel jeune parrain de la chanson fran. Fersen . Donc, Thomas (pour les intimes et autres adeptes du name dropping) a eu l’idée de revisiter son ô combien déjà vaste répertoire, simplement accompagné par deux ukulélés (un soprano et un baryton – et oui, il y a même 4 membres dans la famille Uku). Et quand je dis simplement, c’est bien dans l’approche et non dans l’interprétation. J’entends par là qu’il ne s’agit, à mon sens, ab-so-lu-ment pas d’un simple pling pling, comme j’ai pu le lire ailleurs, derrière la voix fameuse de Thomas (vous savez, mon ami de trente ans, désormais).

Non, on savoure ici 2 ukulélés qui tricotent, qui se complètent, qui ont des bonnes idées et les mettent en pratique avec brio sur rien moins que 20 titres. On croise aussi une mandoline et une flûte sopranino. Jamais du pipo.

Ce disque est tout simplement une bonne nouvelle, vous l’aurez
compris. Alors je me contente de vous le confirmer. Cette galette est
fourrée d’ondes positives. C’est un trèèèèèès bon moyen de
(re)découvrir les meilleurs titres de Thomas Fersen (ce sympathique génie intemporelle de la scène fran. ok). Il y a un beau constraste : le tapis
sonore travaillé mais volontairement humble permet de mettre en avant une
voix charismatique et des textes ciselés. Rien de tel pour passer un bon
moment. Dans mon salon, alors que les intempéries hivernales maltraitent
tout et tout le monde dehors, juste derrière les carreaux, je considère
sereinement les mouvements d’air entre mes orteils en me régalant des
historiettes lumineuses de mon ami Thom’ .

Je ne confondrai définitivement plus Tiersen et Fersen.

Partager !

En savoir +

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 19 décembre 2007
    yukuyéyé a écrit :

    Tiens en parlant de ukulélé. Il faut ecouter l’album de Mareva Galanter, ex miss france de tahiti et son album Ukuyéyé. Album de reprise de standart yéyé (laisse tomber les filles, pourquoi pas moi etc…), et un melange de ukulélé, instrument de tahiti, et d’electro.
    Sans deconner c’est un super album

  2. 2
    Stedim
    le Mercredi 19 décembre 2007
    Stedim a écrit :

    Dire que j’avais mis un point d’honneur à ne citer ni Mareva Galanter ni Julien Doré (et ce, pour des raisons bien différentes l’une de l’autre)…

  3. 3
    le Mercredi 26 décembre 2007
    Anonyme a écrit :

    Salut les zamis de discordance !
    J’ai reçu l’album aussi mais je ne l’ai pas chroniqué sur nos pages car il n’y a rien de révolutionnaire je trouve, même si c’est toujours sympa de redécouvrir les vieux titres un peu brossés à la sauce accoustique. Mais rien de transcendant !!!
    Remarque, de manière générale, je n’ai jamais vraiment compris l’intérêt des best of !!!
    See you et encore bravo pour cette foison d’articles publiés ! J’en profite pour commencer le buzz pour les fan-lecteurs de Discordance : Quelle date de sortie pour le fameu nouveau site ???
    Tonio from Fed’zine

Réagissez à cet article