These New Puritans | Machine du Moulin Rouge | 08.07.2011

par |
Depuis la bombe Hidden, les Anglais de TNPS sont passés des petites salles underground aux concert halls institutionnels - du Point Ephémère au Centre Pompidou. Ce soir, retour à un niveau intermédiaire et gros challenge pour l'un des groupes les plus intéressants du moment.

La performance n’est pas un “Hidden live” tel que les frères Barnett en ont donnés au Barbican ou à Beaubourg. Des nouvelles chansons, dans un contexte un peu plus détendu (en l’occurrence la Machine du Moulin Rouge, nouveau lieu branché de Pigalle), et un set dans lequel ils expérimentent de nouvelles collaborations. Parmi les musiciens invités, une chanteuse, deux trombonistes… rien que du prometteur, mais qui peine parfois à décoller. Ceux qui ont eu la chance de voir la bande au Point FMR il y a dix-huit mois en auront sans doute gardé le souvenir ébloui d’un concentré d’énergie créative, où les musiciens se livraient à un grand écart virtuose entre mélodies ouvragées et bruitisme brut. We Want War sonnait alors comme un manifeste, devant un public chauffé à blanc, communiant dans une salle minuscule.

Là, l’alchimie fonctionne moins bien. Peut-être parce que la salle n’est qu’à moitié remplie – drame de Paris en juillet; peut-être aussi parce que le groupe n’est pas au top de sa forme et fait un set plutôt bref, bien rôdé mais qui semble parfois manquer de conviction. Après une intro géniale toute en bruits de motos déchaînées, Vibes et We Want War sonnent un peu comme des exercices obligés. Les chansons sont très retravaillées, avec une orchestration complètement nouvelle, qui désarçonne plus qu’elle n’enthousiasme. Des très bons moments; avec Orion par exemple, des flottements parfois, et une petite déception avec une chanteuse essentiellement décorative, se contentant de faire quelques vocalises à la fin d’un morceau.

Pas le meilleur de TNPS ce soir, donc. Mais tout de même, un concert assez barré, avec un leader charismatique entre Ez3kiel et Ian Curtis, son frère jumeau planqué sous sa capuche, et un talent dingue. Même moyen, These New Puritans reste génial, ce qui est quand même un petit tour de force.

Crédits photo : Phil Abdou

These New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin RougeThese New Puritans @ Machine Du Moulin Rouge

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Live from Paris

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 21 juillet 2011
    Chrysostome a écrit :

    Plutôt d’accord avec l’ensemble de la chronique (même si je n’ai pour ma part pas de point de comparaison car je les voyais sur scène pour la première fois). La chanteuse qui est montée sur scène pour deux morceaux était effectivement ridiculement sous exploitée, par contre j’ai trouvé agréable d’entendre quelqu’un qui chante juste et avec une voix assurée (par comparaison avec Jack Barnett que j’ai trouvé assez catastrophique de ce côté là), et j’aurais trouvé intéressant qu’elle soit plus utilisée sur les morceaux pour tout ce qui est chant mélodique. Peut-être une nouvelle piste pour le prochain album?…

Réagissez à cet article