The Psychologist & His Medicine…

par |
The Psychologist & His Medicine Band est un groupe français formé en 2006. Mais cela s'entend à peine...

psyLeur premier album aux accents très psychédéliques s’inscrit parfaitement dans la vague du revival 70′s, et paraitrait même parfois tout droit sorti des dites années bénies du rock.

Saturé d’énergie et de bons sons de guitares, au point qu’on fasse référence à Jimi Hendrix dans certains commentaires sur Deezer. Malgré une légère exagération sur ce dernier point, ce groupe est terriblement enthousiasmant ! La voix cassée du chanteur n’est pas désagréable du tout et on lui pardonne sans peine de la forcer parfois de trop. Les mélodies sont accrocheuses tout en étant difficiles à garder en tête. l’avantage est que cela fait une nouvelle surprise à chaque écoute !

Les textes en anglais sont parfaitement maitrisés et les morceaux soignés sans être proprets. On trouve parmi ces 11 pistes de bonnes vieilles chansons de trois minutes, mais aussi quelque chose d’un peu plus expérimental, avec Psychotic Boogie Man une partie instrumentale bien trippante. Un album qui fait plaisir à écouter, sans être ennuyeux une seule seconde.

Le seul problème, ce serait de se rendre soudain compte qu’à côté d’eux, beaucoup de groupes français actuels ont l’air d’une bande de paraplégiques qui jouent du pipeau en classe de sixième. Mais au final, est-ce un problème ? Cet unforgettable trip est à faire absolument.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : 18 ans, étudiante en prépa science-po à Paris, d'où principale activité dans la vie : réviser. Passionnée de rock, collectionne les t-shirts avec des noms de groupes dessus et essaye tant bien que mal de jouer de la basse. Aime aussi l'art, les bouquins, le cinéma... Espère avoir plus de temps pour aller à des concerts et écrire (live report, chroniques, interviews, chansons qui restent au fond d'un tiroir, etc.).

15 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 26 mars 2009
    kyra a écrit :

    Heu…. attention aux comparaisons maladroites, à la limite de la discrimination, même si ce n’était pas intentionnel. Je parle de ton allusion aux paraplégiques. Cela m’a écorché la rétine.

    Cheers.

  2. 2
    le Jeudi 26 mars 2009
    Victoire a écrit :

    En effet ce n’était pas intentionnel. Je te prie de m’excuser et je ferai attention à éviter ce genre d’humour un peu limite à l’avenir.

  3. 3
    le Jeudi 26 mars 2009
    Dahlia a écrit :

    « Je te prie de m’excuser et je ferai attention à éviter ce genre d’humour un peu limite à l’avenir. »

    (neriendireneriendireneriendire)

  4. 4
    le Jeudi 26 mars 2009
    kyra a écrit :

    Je déteste ce genre de réaction Dahlia. Sache-le.

    Victoire, merci de ta compréhension. Cheers.

  5. 5
    le Vendredi 27 mars 2009
    Dahlia a écrit :

    Mais no problemo, je finis par le comprende que l’humour Hara-Kiri c’est pas ton truc :)

    Comme une grand partie de ce pays d’ailleurs…

    Quelques couvs quand même pour mémoire (surtout à partir des numéros 51-60):

    http://palladio.free.fr/harakiri/HKM/index01.html

    Ils savaient se marrer quand même à l’époque. Pour le professeur Choron, un numéro qui ne risquait pas au moins l’interdiction était un numéro raté. M’enfin ça nous éloigne de The psychologist & his medicine tout ça. :) Qui effectivement est très très marqué seventies… A ce stade ça frôle l’hommage complet!

  6. 6
    le Vendredi 27 mars 2009
    Alex a écrit :

    En fière adepte du second degré, j’ai bien évidemment souri en lisant l’allusion aux paraplégiques. Il est très bien cet article, tel quel !

  7. 7
    le Vendredi 27 mars 2009
    Arno a écrit :

    Bizarre qu’ici on se marre sur les paraplégiques mais pas sur OrelSan… Les fières adeptes du second degré choisissent bien ce qu’elles veulent pour se bidonner :)

  8. 8
    le Vendredi 27 mars 2009
    Victoire a écrit :

    perso j’ai rien contre la chanson d’OrelSan, c’est peut’être pas très fin mais en général un peu de politiquement incorrecte est préférable à la censure.

  9. 9
    le Samedi 28 mars 2009
    Clara a écrit :

    Et sinon, la musique est plutôt sympa, bon héritage psyché américain, ça fait plaisir :)

  10. 10
    le Samedi 28 mars 2009
    Domino a écrit :

    Enfin tout dépends du politiquement incorrect hein…

  11. 11
    Yves Tradoff
    le Samedi 28 mars 2009
    Yves a écrit :

    « Bizarre qu’ici on se marre sur les paraplégiques mais pas sur OrelSan… »

    Attends, je rêve où tu reproches aux gens d’opérer une sélection sur ce qui les fait rire! Je crois, Arno, que tu n’as pas bien compris le fonctionnement des êtres humains. Le mécanisme du rire implique une quantité importante de facteurs (contexte, identification et compagnie etc.), que généralement on ne maitrise pas.

    D’ailleurs, Orel San ne semble pas vouloir faire rire avec sa chanson. Il précise lui-même : « cette oeuvre de fiction a été créée dans des conditions très spécifiques relatives à une rupture sentimentale. » Et la maison de disques d’ajouter « Conscient que cette chanson puisse heurter, Orelsan a décidé il y a quelques mois de ne pas la faire figurer dans son album ni dans ses concerts, ne souhaitant l’imposer à personne. »

    Dans le cas présent, ça n’a juste rien à voir. Victoire use clairement d’humour, noir certes, mais d’humour quand même. De plus, elle n’enfonce pas le couteau dans la plaie sur des dizaines de lignes.

  12. 12
    le Samedi 28 mars 2009
    Arno a écrit :

    Attends, je rêve ou tu reproches aux gens d’opérer une sélection sur ce qui les froisse ?

    Tu aurais pu remarquer le smiley après le commentaire, ce qui implique un minimum d’humour. De plus, le rire est comparable à l’outrage. En ce sens je crois, Yves, que tu ne comprends pas grand-chose des êtres humains non plus puisque tu te permets de juger ma réaction. On peut rire de ce qu’on veut ? Très bien, j’ai le droit de m’offusquer sur ce que je veux aussi. « Ca ne se maitrise pas ».

    Pour Victoire ça n’a rien à voir effectivement, je n’ai pas fait allusion à sa chronique (mais aux commentaires d’Alex et Dahlia), et je ne partage pas l’avis de Kyra, car l’article est écrit avec humour et non dérision (tout du moins pour moi). Je te rejoins totalement dans ton message de conclusion. Mais alors le fait de se moquer ouvertement du commentaire de Victoire après son article, franchement ça me désole.

    Dahlia fait référence à une revue aux couvertures assez trash, et humour ou non, c’est totalement gratuit. Ca ne vole pas haut non plus (mais avec l’étiquette de l’humour, on peut faire passer n’importe quel message, c’est pas grave, c’est de la rigolade). Alors le crachat rempli de glaires sur OrelSan, ça me parait largement disproportionné, et indigne car ça apparait dans les news et non en tant que chronique. Cet avis n’implique que moi, tant mieux, tant pis.

  13. 13
    le Dimanche 29 mars 2009
    kyra a écrit :

    C’est dingue la tournure que peuvent prendre les choses à partir d’une simple remarque sur un détail d’une chronique lambda.

    Désolée si j’ai du mal à digérer les traits d’humour relatifs à la santé en général. Paraplégiques, séropo, toxico, alcoolo, dépressifs, cancéreux etc … c’est toujours facile de se moquer et de faire passer cela pour du second degré. Surtout dans un article qui traite de musique, franchement bof quoi.

    Mais chacun se sent obligé d’ouvrir sa grande gueule, et ça c’est vraiment pénible à lire. La prochaine fois je ne dirai rien, après tout, qu’il y ait une certaine « éthique » au sein de ces pages ou pas, on s’en fout n’est-ce pas.

    Bon vent.

  14. 14
    Ambroise Colère
    le Dimanche 29 mars 2009
    Pacush Blues a écrit :

    pour détendre l’atmosphère que je sens être tendue, une petite citation rigolote:

    Dépourvue d’âme, la femme est dans l’incapacité de s’élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d’un escabeau qui lui permet de s’élever vers le plafond pour faire les carreaux. C’est tout ce qu’on lui demande.

    [Pierre Desproges]

    merci qui?

  15. 15
    le Mardi 7 avril 2009
    Around a écrit :

    En tout cas cette chronique nous va très bien !
    Merci Victoire.
    Mess’

Réagissez à cet article