The Hundred In The Hands + Her Magic Wand | Café de la Danse | 28.05.2012

par |
Il fait chaud à Paris, très chaud, la populasse squatte les parcs en masse, mais ce soir, pas le temps de laisser les températures corporelles redescendre. La nuit tombe et le summertime gothic*, c'est presque de saison, est de rigueur non loin de la Bastille pour nous faire suer un peu plus, comme si ce n’était pas suffisant.

Heureusement, en attendant, la salle nous accueille agréablement sur du Beach House, un peu d’Amanda Palmer, etc… Parfait pour s’apaiser avec un bon rafraichissement.
Mais pas le temps de s’endormir toutefois, cinq personnes arrivent sur scène, c’est le groupe parisien Her Magic Wand qui ouvre la soirée. Dream pop assez nuageuse en studio, en live le groupe prendra des apparences shoegaze avec de grandes envolées sonores noisy très efficaces mais qui auront la fâcheuse tendance à camoufler quasi totalement le chant masculin. Seule petite fausse note dont la faute ne leur incombe a priori pas totalement. Toutefois, même si cette formation, comportant violoncelle, basse, guitares électriques et bien sûr une batterie mais aussi parfois une guitare sèche du plus bel effet, nous a vraiment délivré une performance impeccable, personnellement la sauce n’a pas pris. Il manque ce petit truc difficile à décrire … peut être un peu d’originalité. Groupe à suivre tout de même.

Le temps d’installer le matériel de The Hundred in The Hands (appelons les THITH), la musique d’ambiance se fait plus funky avec notamment du ValentineTina, Are You Ready entre autres. Parfait pour ne pas trop refroidir.
Pendant l’installation, première chose qui marque, c’est que le groupe a enfin un batteur. Elément qui manquait terriblement à THITH lors de sa première tournée. Ça sent donc déjà plutôt bon, surtout en ayant en tête que le groupe a depuis un nouvel album dans les cartons, Red Night prévu pour le 11 Juin chez Warp, et surtout 2 ans d’expérience en plus depuis leur précédent passage en France.

Eleonore, la chanteuse, apparait sur scène plus magnifique que jamais avec son mini short, en parti caché par son haut ballant, laissant ainsi apparaitre ses magnifiques jambes…
Bref, reprenons nos esprits, le concert commence ! Et c’est Dressed in Dresden qui ouvre le bal, véritable tube electropop aux accents post punk et disco. Toujours aussi bon, il se révèle encore plus efficace avec une vraie batterie accompagnant le beat. Pour l’histoire, c’est cette chanson qui les révélé en 2009, ou du moins de sortir un peu de la masse de groupes de la scène pop indé de Brooklyn très prolifique à l’époque.

La seconde chanson sera une nouvelle, Keep It Low, premier extrait du nouvel album, l’occasion de découvrir un son plus riche aidé par le batteur mais aussi grâce au nouvel instrument d’Eleonore : un plus gros clavier synthétiseur, visiblement plus grave et profond en complément de son ancien petit synthétiseur plus « édulcoré ». Le son est plus lourd mais le résultat est toujours aussi entraînant.

Tendance qui se confirmera avec les 4 autres nouveaux titres dévoilés ce soir. Plus minimaliste, plus introspectif, mais également plus variée et recherchée, l’ambiance sonore de ces morceaux est excellente. Le reste des morceaux seront des désormais grands classiques qui ont toutefois profité d’un léger remaniement bienvenue. Permettant d’obtenir des titres bien mieux taillés pour le live.

Mais THITH, c’est aussi une chanteuse qui possède une très belle voix aux accents gothiques mais pas trop, puissante et parfois sensuelle. Tout comme sa tenue, et sa personne qui lui vaudra des hurlements de loups dans le public assez régulièrement. Ce qui ne la gênera pas, on constatera qu’elle a heureusement pris de l’assurance, depuis 2 ans. Bien plus loquace qu’auparavant, elle se permettra même de s’adresser au public en français de temps en temps, en plus des remerciements. Pour les musiciens, le nouveau batteur fait bien son boulot derrière sa moustache soignée et ses fûts mais la personne la plus marquante restera bien sûr Jason, le guitariste. Il affiche toujours une grande élégance avec ses pas de danse tout en balançant ses riffs acérés, carillonnants et shoegaze. La guitare rugit et il occupe ainsi la scène avec classe, impassibilité et surtout une maîtrise admirable.

Et quand la fin commence à pointer, la pression ne se relâche pas, c’est parti pour les tubes dancefloor “Young aren’t Young” et “Commotion”, le même duo ultra dansant de fin d’il y a 2 ans. La combinaison des points forts de THITH : énergie synthétique, rugissement de guitare tout en gardant la belle voix d’Eleonore au premier plan. Rien à redire, c’est toujours aussi efficace. Le groupe quitte la scène.

Jason et Eleonore reviennent sans le batteur pour nous jouer une nouvelle chanson en guise de rappel. Guitare Shoegaze, son lent, répétitif et lourd, chant en longueur.
« Falling in Love, Falling in love, … » répète-t-elle … oui moi aussi je tombe amoureux … Once Again.

Setlist d’Hundred in The Hands : 1) Dressed in Dresden 2) Keep It Low** 3) Pigeons 4) Lovesick (Once Again) 5) SF Summer** 6) Tom Tom 7) Ghosts 8) Faded** 9) Stay The N** 10) Young aren’t Young 11) Commotion 12) R.N.**

*Nom donné à un style vestimentaire gothique adapté aux chaleurs pour s’afficher dehors l’été. Certaines personnes ont jugé intéressant d’utiliser le terme dans la musique où le terme correspond à une sorte de pop froide et mélancolique croisée à de l’électronique à cul chaud qui réchauffe le tout pour donner un mélange contrasté ténébreux mais vraiment dansant, un peu comme ce que propose THITH.

**Morceaux issus du futur album tel qu’ils étaient écrit sur la setlist.

Crédits photo : Cédric

 

Her Magic WandHer Magic WandHer Magic WandHer Magic WandThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The HandsThe Hundred in The Hands

Partager !

En savoir +

Site web : http://thehundredinthehands.com/

« Red Night« , 2ème album de The Hundred in The Hands, dans les Bacs dès le 11 Juin chez Warp Records.
Selon les dires de la chanteuse, THITH reviendra à Paris dans l’année mais rien d’autre encore prévu pour le reste de la France.

A propos de l'auteur

Image de : Passionné de musiques électroniques et synthétiques, il est toujours en quête perpétuelle de sons et de vagues de boucles synthétiques qui l'accompagnera de longues heures. Grand rêveur originaire des Bouches du Rhône (13) voguant à présent dans les îles de France, il cherche à partager ses coups de coeur par tous les moyens possibles.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Julia
    le Dimanche 3 juin 2012
    Julia a écrit :

    Merci pour ce report, j’avais bien aimé le morceau Pigeons découvert au hasard du web, curieuse d’écouter l’album !
    x

  2. 2
    Cédric
    le Jeudi 7 juin 2012
    Cédric a écrit :

    Merci :)
    Pigeons, c’est vraiment une de mes préférées. Je te conseille vraiment d’écouter leur premier album éponyme (et aussi l’EP pour la route :P ), ça en vaut le coup.

    Pour le futur album, il déjà écoutable en streaming sur http://hypem.com/artist/The%20Hundred%20In%20The%20Hands
    C’est disponible jusqu’à la sortie du nouvel album, le 11 juin donc.

Réagissez à cet article