The Heavy au Point Ephémère

par |
The Heavy était de passage à Paris le 28 septembre. L’occasion pour les garçons de présenter sur scène quelques titres de leur nouvel album, The House That Dirt Built, fraîchement débarqué dans les bacs.

Entre soul sulfureuse et guitares crasseuses, les quatre anglais ont fait suinter les murs du Point Ephémère par tous les pores au rythme de leurs morceaux taillés pour le live.

C’est le trio Lilly Wood & The Prick qui a la lourde tâche d’ouvrir le bal ! Pas une mince affaire pour le groupe qui aura du mal à imposer sa pop légère et suave pourtant très agréable, face à un public trop impatient d’entendre le rock’n'soul endiablé de The Heavy et avide de son plus agressif. Seule la reprise du titre L.E.S Artistes de Santigold parviendra à faire taire pour quelques minutes les personnes les plus récalcitrantes présentes dans la salle.

th_15_srgb_750csLe moment tant attendu arrive (enfin, diront certains.). Les lumières s’éteignent et c’est dans la pénombre totale que les garçons de The Heavy font leur entrée au rythme de l’introduction, digne d’un western, du mélancolique Short Change Hero, morceau extrait du nouvel album du combo. Le quatuor, porté par son charismatique chanteur Swaby enchaine avec Coleen, l’un des titres phares de son premier opus Great Vengeance and Furious Fire . Car si ce soir nous avons eu la chance d’entendre en avant première de nouvelles compositions du groupe, parmi lesquelles Sixteen, How You Like Me Now ou Cause For Alarm, nous avons aussi eu le plaisir de réentendre les tubes qui ont permis à The Heavy d’imposer leur style il y a maintenant deux ans.

The Heavy joue en terre conquise ce soir. Le public, venu en masse, est gonflé à bloc dès le début du set. La chaleur dans la salle se fait de plus en plus intense, surtout lorsque Swaby joue de son charme en interprétant Girls les yeux dans les yeux avec une fille du public. Généreux, sensuels, rock ou groovy, les quatre lascars jouent sur tous les fronts et ils le font remarquablement bien, avec une énergie sans faille ! Set Me Free ou Not That Kind Of Man transportent le public dans une transe quasi générale.

Insatiable, le public en redemande. Impossible pour les Anglais de quitter la scène sans offrir un rappel. C’est au son de leur nouveau single Oh No! Not You Again ! que The Heavy clôt ce concert intense. Le quatuor aura été largement à la hauteur de sa réputation. The Heavy ou l’art de mettre tout le monde d’accord !

Crédit photo : Nicolas Brunet (Le Plan, Ris Orangis, 11 avril 2008)

Partager !

En savoir +

http://www.theheavy.co.uk/ » href= »http://www.theheavy.co.uk/ »>Myspace->http://www.myspace.com/theheavy73] / [Site du groupe

A lire sur Discordance : http://www.discordance.fr/The-Heavy-The-House-That-Dirt,1243.html » href= »http://www.discordance.fr/The-Heavy-The-House-That-Dirt,1243.html »>Chronique de The House That Dirt Built

A propos de l'auteur

Image de : Fraîchement débarquée dans la vie active après des études de communication, j'assouvis ma passion pour la musique en jouant les apprenties journalistes et en écumant les salles de concerts parisiennes à la recherche de nouvelles sensations ! Et même si ma guitare commence à prendre la poussière, un jour j'arriverais peut-être moi aussi à faire quelques chose de mes dix doigts.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article