The Gossip et The Kills au Transbordeur

par |
Dimanche 16 Mars 2008, concert de The Gossip et The Kills, au Transbordeur. Les Kills viennent de sortir leur nouvel album, et Oh surprise, y a des chanson avec des instruments et des ordinateurs. A voir ce que ça peut donner sur scène. Et The Gossip est actuellement au centre d'un énorme buzz en France après la découverte de Standing In The Way Of Control pourtant sorti en 2006. D'ailleurs à la vue du nombre d'adolescents bourrés devant la salle, le public a l'air d'être principalement venu pour Beth Ditto.

thekills1tofÇa fait toujours plaisir de revenir au Transbordeur . La dernière fois, c’était il y a presque 5 ans pour le concert des White Stripes avec en première partie Wirhwind Heat, des génies oubliés qui faisaient un rock dingue sans guitare, un chanteur malade mental et un batteur qui ne savait pas jouer.

Première performance de la soirée pour Pete & The Pirates, le type de groupe vu et revu des milliers de fois : un mélange de new wave plate, rock FM, franchement à éviter. Trop gentil, trop propre.
Next.

The Blakes . « Bon goût garage » lu dans un journal de rock. On pouvait s’attendre à quelque chose de cool mais finalement c’est un flop. Un mix entre trio rock sudiste, rock garage sans grande originalité. Grosse tentative de mettre de l’ambiance du bassiste à cheveux gras, mais rien n’y fait. Les gens ne sont pas là pour ses loosers.

The Kills est un groupe qui m’échappe depuis un bon moment. Mais là, ce soir, c’est bon, j’y suis. Prêt à prendre ma claque. Et quelle claque ! Génial

Un déluge électrique, un son et une classe monstrueuse. Les seuls à avoir le droit de fumer dans la salle. VV (la fille) prend quelquefois une Hofner aussi rouge que son pantalon, ce qui laisse à Hotel (le garçon) beaucoup de liberté pour explorer des trucs bizarres avec sa guitare. Il bouge ses doigts à la manière d’un bluesman. Les titres des deux premiers albums sonneront malgré tout nettement mieux que ceux du dernier. Des chansons certes plus construites en studio, mais qui, sur scène, sonnent comme du The Kills banal. Mais bon, rien que cela, c’est déjà énorme.

Réactions :

« Hey tu ne trouves pas que c’était ‘ Bas Ventral ‘? »

« Ouais carrément, c’est le terme, ‘ Bas Ventral ‘! »

Après ce choc, The Gossip arrive sur scène. Un accueil fanatique du public. La batteuse ressemble à un membre de Tokyo Hotel et le guitariste est sans doute le gratteux le plus moche du monde, constamment penché en avant, sa mèche touchant presque le sol. Mais d’entrée, ça marche. Et quelle voix mon dieu! Beth Ditto (ivre morte) se dépense à fond, embrasse systématiquement tous ceux qui montent sur scène. Bref, la salle est hystérique. Bout de chanson en français :  » Je suis un grosse fille, je suis un grosse fille « . Mais il manque, selon moi, quelque chose pour faire basculer ce très bon show en un truc dément. Un musicien en plus peut être. Même si, de temps en temps, un bassiste entre sur scène mais ça ne suffit pas. On a l’impression que Beth est la seule à se défoncer, le guitariste ne se redresse toujours pas.

À la fin, la salle se vide rapidement, normal, tout le monde était sur scène.

Réaction :

 » J’ai filé mon keffieh à Gossip . Putain, c’était énooooooorme, je lui ai filé mon keffieh « . David, ancien disquaire à Grenoble, dégoulinant de sueur.

Et même si je suis très nul pour les set-lists, la dernière chanson, c’était Listen up avoir d’avoir en rappel deux autres titres dont Standing in The Way Of Control .

Crédits photos: Hervé ALL Photography

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fabien a 23 ans vit à Grenoble, il enchaîne différents boulots de merde dans le seul but de pouvoir se payer des CDs et des chaussures. Sa passion pour la chose rock, un genre qu'il considère avec sérieux et légèreté à la fois, frise l'autisme. Nan, c'est de l'autisme. Les mains calleuses et le dos vouté à force de fouiller dans les bacs à solde et les blogs internet.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article