The Dø – A Mouthful

par |
La carrière de The do vient de débuter mais on voit déjà le groupe dans tous les journaux. Une performance due à un disque de folk rock gentiment deviant et plein d’idées.

doLes préjugés ont du bon, parfois. Alors que l’on pense avoir affaire à un énième groupe de folk-rock, prévisible de bout en bout, on tombe sur un disque atypique et remarquablement maîtrisé.

Il ne faut pas longtemps avant de reconnaître son erreur. Dès l’intro, The dø prend l’auditeur à contre-pied avec un titre aux sonorités r’n'b, proche de Gwen Stefani . Après cette courte incartade, le duo revient à ses fondamentaux par une petite ballade pop qui sent bon le soleil et les seventies. Avec sa mélodie légère et relaxante, elle sent très fort le tube, sensation qui se répètera à plusieurs reprises durant l’écoute.

Quelques chansons du même acabit se succèdent, alternance de pop/folk et de sonorités psychédéliques. Un mélange représentatif d’un disque carrefour, liant une folk terre-à-terre à une musique planante, faite de larsens et de guitares à peine saturées.

A mouthful est empli d’une multitude de variantes et de couches de sons discrètes mais terriblement efficaces. Le duo ne rechigne pas à placer des petits détails partout où il le juge nécessaire, y compris si cela dure une demi-seconde. Un aspect soigneusement dissimulé derrière une façade très épurée.

A la moitié du disque, un titre plus ethnique, savoureux mélange de percussions et de choeurs, vient briser le rythme du CD, empêchant la monotonie de s’installer. Le groupe revient ensuite en arrière le temps de deux plages d’un r’n'b rafraichissant avant de reprendre à nouveau la route pour une ballade classique. Ce parcours labyrinthique mène à un constat sans appel : ce disque fourmille de bonnes idées, signe d’un groupe qui ira loin.

Olivia met beaucoup de personnalité dans son chant, ce qui donne une identité forte au duo. Mais ce choix n’est pas exempt de défauts. A force d’appuyer sur chaque syllabe, la chanteuse risque d’en énerver plus d’un.

A mouthful a beau être long long -plus de cinquante minutes- The dø tient très bien la distance. Le duo a su équilibrer son disque de manière à ne pas donner un grand n’importe quoi, mais avec suffisamment de digressions pour que l’on ne s’ennuie pas. Un résultat étonnement mature pour un premier jet qui n’appelle qu’à une chose : foncer chez son disquaire.

En savoir +

Myspace: http://www.myspace.com/thedoband

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Yves Tradoff s'intéresse à beaucoup de choses : http://yvestradoff.over-blog.com (work in progress)

5 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Vendredi 15 février 2008
    Stedim a écrit :

    Oui, j’imagine bien que le chant puisse finir par en énerver plus d’un !

  2. 2
    le Samedi 16 février 2008
    Nikolina a écrit :

    Le principal problème de The Do, c’est qu’on pense nous faire plaisir en le diffusant systématiquement à l’heure où le radio réveil fait son office. Effectivement, une voix geignarde, dès le matin, ça donne envie de sortir du pieu pour … y retourner après avoir éteint. Overdose du single, je l’cache pas.

  3. 3
    le Dimanche 17 février 2008
    Vincent Bidule a écrit :

    l’autre soir je devais les voir en concert à poitiers. d’habitude je n’ai pas besoin de réserver ma place….bah là je me suis fait avoir, concert COMPLET ! je n’ai pas d’écho sur leurs prestations scéniques, dois-je avoir des regrets ?

  4. 4
    Yves Tradoff
    le Dimanche 17 février 2008
    Yves a écrit :

    Salut Vincent,

    je ne sais pas encore si ça vaut le coup de les voir en live, il ne passe à Paris qu’au mois de Mars… Mais vu la qualité du cd, il n’y a pas de raison de bouder leur concert, non?

  5. 5
    le Vendredi 22 février 2008
    Tralala a écrit :

    Pour les avoir vu en concert en octobre avec i’m from barcelona à lyon c’est comment dire… INSUPPORTABLE!

Réagissez à cet article