The Cranberries | Zénith de Strasbourg | 14.11.2012

par |

Ce 14 novembre, Strasbourg se réchauffait avec les Cranberries. Difficile de présenter les Irlandais sans Zombie l’un de leurs plus beaux succès. C’était en 1994. Après plus de six ans d’absence : le groupe se reforme en 2009, enchaînant une tournée mondiale à guichets fermés. De cette renaissance, un sixième album Roses voit le jour ce 27 février 2012.

Ce soir, la première partie est péniblement assurée par le groupe — lui aussi, irlandais — Kodaline, avant d’accueillir ceux que le public attendait avec impatience. Si des rumeurs de l’après-midi citaient une éventuelle annulation en raison de la salle qui a eu du mal à se remplir : il n’en était heureusement rien.

Les musiciens font leurs entrées, Dolores apparaît la dernière : cheveux peroxydés, vêtue d’une veste noire et un pantalon en cuir. Connue pour son style vestimentaire et ses coupes de cheveux passant d’un blond platine au rose, elle n’hésitera d’ailleurs pas à se changer en deuxième partie du concert.

Le show commence fort sur Just my imagination. Avec toujours autant de pêche qu’en 2009. Dolores s’active tout le long de la scène, encourageant le public à entonner avec elle le refrain. Le premier morceau touche à sa fin, Dolores se lance dans un français approximatif : « Strasbourg est joli… La France est jolie ! ». Ils enchaînent alors, avec When you’re gone. Un roadie tend une guitare sèche à Dolores. Elle la reprendra sur Linger ou encore Tomorrow : titre phare du dernier album. Passant du chant à la guitare et vice-versa, elle réussira avec brio à hypnotiser un public plutôt réactif sur Can’t be with you. La fin de la première partie approche, Dolores s’éclipse en coulisses nous laissant apprécier Shattered, version instrumentale en guise d’interlude avec Noël Hogan, guitariste des Cranberries se lançant dans un solo sur sa Fender Jaguar avant d’entamer la deuxième partie du concert sur Conduct.

La chanteuse réapparaît, plus élégante que jamais dans sa robe noire. Sur Zombie : Dolores n’aura pas besoin de pousser le public à chanter avec elle. Depuis les gradins, les petites lumières des téléphones portables scintillent au rythme de la chanson. Si dans la fosse, les bras se lèvent au fur et à mesure — dans les gradins, des fans quittent leurs places pour danser au rythme de la musique.

Ce soir, les Cranberries auront été conquis par le public strasbourgeois — mais ô ! combien timide —. Depuis son dernier passage strasbourgeois en 2009, la voix de Dolores est restée la même : toujours aussi saisissante. La setlist a fait vibrer la corde de la nostalgie, en délaissant les nouveaux titres. D’ailleurs une grande partie de la salle n’était visiblement là que pour les vieux tubes du groupe.

Pour l’heure, Dolores nous donne d’ores et déjà, rendez-vous, l’année prochaine et nous souhaite un « merry christmas ». Une nouvelle tournée ? En attendant, Roses Tour 2012 en France n’est pas terminé.
Pour ceux et celles qui souhaitent les voir ou les revoir : les Cranberries se produiront ce 25 à Paris et 27 novembre à Lille. Elle prendra fin à Montbéliard, ce 9 décembre 2012.

Setlist :
Just my imagination
When you’re gone
Free to decide
Linger
Losing my mind
Ordinary day
Dreaming my dreams
Astral
Tomorrow
Wanted
Desperate Andy
Can’t be with you
Interlude – Shattered (instrumental)
Conduct
Fire and soul
Not sorry
Show me the way
Ridiculous thoughts
Salvation
Zombie
Rappel – No need to argue / Playboys / Electric blue / Dreams

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Issue des industries graphiques, je collabore occasionnellement pour Discordance, l'œil au viseur avec carnet & stylo dans ma poche.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article