The Craftmen Club + Pamela Hute à Glazart

par |
Défricheur de nouveaux talents, le Festival des Attitudes Indé propose du 25 septembre au 4 octobre une sélection musicale des plus palpitante. Ce soir c'est à Glazart que nous emmenons nos petites oreilles, pour écouter Pamela Hute et les Craftmen Club, deux groupes résolument rock.

pamelahuteIl est 20 h quand Pamela Hute entre en scène. Le public rentre au compte-goutte dans la salle, mais malgré tout, les riffs bruts et la batterie cinglante captivent nos petites oreilles, heureuses d’être arrivées à bon port. Ce soir l’énergie est au rendez-vous.

Des mélodies à la fois saturées et mélodiques, voilà l’atout de Pamela Hute . Le voyage est tumultueux, on se prend des vagues de plein fouet, mais le capitaine aux lunettes noires sait manier la barre et c’est sans trop d’efforts que le groupe arrive à mettre l’ambiance dans la salle. Une bonne façon de nous préparer à l’ouragan qui est sur le point d’arriver sur scène : les Craftmen Club.

Les trois pirates prennent littéralement d’assaut le navire. Un gros son rock’n'roll nous fait chavirer et nos petites oreilles comprennent vite qu’elles se sont embarquées pour la traversée de l’enfer. La musique est virulente et possède le chanteur-guitariste à la façon d’un Nick Cave enragé et diabolique.

craftLe jeu de scène est impressionnant et le public est conquis, en totale extase devant ce chanteur idole qui joue hystériquement avec ses fans transis. Faut-il avoir peur ? Fuir devant cet énergumène qui quitte la scène pour se balader dans le public et leur demander d’une haleine fraîche de bière « Do you play rock’n'roll ?? » avant de les envoyer sur scène, un coup de pied aux fesses ?

Non bien sûr, il faut juste être dans l’esprit et ça le public l’a bien compris et rend au chanteur l’énergie qu’il dépense, mais puissance dix. Non, vingt. Non, en fait il faut le voir pour le croire. La symbiose est totale, groupe et public ne font plus qu’un. Les sourires n’en finissent pas de s’élargir et les mains de taper.

Le rock habité des Craftmen Club envoûte et fait rage au large du Glazart le temps de cette soirée, happe les âmes esseulées pour qu’elles rejoignent l’équipage damné, mais voué à un unique dieu: le Rock’n ‘roll .

Crédit photo : Philippe Abdou

Partager !

En savoir +

The Craftmen Club : http://www.myspace.com/thecraftmenclub
Pamela Hute : http://www.myspace.com/pamelahute

A lire sur Discordance : [The Craftmen Club - Thirty six minutes->834]

A propos de l'auteur

Image de : J'aime le Rock, le vrai, pas le trop bruyant ni le trop mou, des Brian Jonestown Massacre aux Yeah Yeah Yeah's en passant par Marilyn Manson ou NIN. Je passe une grande partie de mon temps dans la pénombre des salles de concert pour essayer inconsciemment de découvrir The Next Big Hit !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article