The ARRS – Heros Assassin

par |
Herois in nobis sunt ! Les The ARRS reviennent en force avec leur troisième opus : Héros – Assassin aussi destructeur, si ce n’est même plus, que les précédents. Ainsi soit-il.

arrs-heros-assassin_logo_imageLa galette commence alors avec L’Empire, La Femme, La Mort un magnifique instrumental léger et mélancolique à souhait : prière céleste qui nous accompagne vers le chaos. En effet, dès le deuxième titre, le ton est donné : des riffs à couper le souffle et une voix à vous crucifier, sans oublier certaines parties chantées qui ne gâchent pas le plaisir.

Que cela soit sur Cannibale, Nihil Est In Homine chacun y trouvera son compte. S’ensuit alors le titre éponyme de l’album : Heros Assassin où la tempête s’apaise un court instant pour laisser place à une intro angoissante : quelques accords de guitare sombres et les cris de souffrance d’une jeune femme enfantent alors un morceau détonnant et hurlé qui arbore un refrain anglophone chanté.

Le temps de reprendre ses esprits grâce à Martyres qu’on reprend déjà avec l’énergie électrique de Sombre Univers et ses compagnons d’arène pour s’échouer, haletants, sur le titre présenté en avant première sur le Myspace du groupe : Le Ciel des Uns est l’Enfer des Autres . La piste à la mise en scène sectaire est le miroir d’un nouvel album étonnant, violent, radical et parfait. Et c’est alors une fois à terre que le groupe nous achève avec Ma Miséricorde (comme quoi la chronologie des titres est bien faite !) où nos cinq parisiens jonglent entre violence et agonie qui, ici, se mélangent particulièrement bien.

Nous voici donc conquis par cette nouvelle tornade dont on applaudira le visuel. Il ne reste plus qu’à choisir notre camp : Heros ou Assassin…

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article