TESS à l’Entrepôt d’Arlon (BE)

par |
Il y a des jours où, allongé sur sa chaise longue à siroter une limonade, en short et fausse Rayban, on se rend compte qu’on va sérieusement commencer à user nos pistes d’Underoath à se les réécouter comme ça en boucle ! Et puis on tombe sur un flyer qui titille notre curiosité et qui émoustille nos sens : TESS – The End of Sick Sorrows, ce soir en concert !

photo-2Après un road trip sur les railles de France et sur les routes de Belgique, nous voici à nous perdre dans Arlon et c’est finalement en suivant discrètement un jogger que nous arrivons devant la salle du jour : l’Entrepôt. Le lieu ne paie pas de mine, mais a su accueillir des noms tels que The ARRS, Punish Yourself et bien d’autres, c’est pourquoi, sûrement, on s’y sent si bien.

Le public tout fraichement arrivé est encore un peu timide et préfère rester dans le couloir au lieu d’investir la fosse. C’est alors qu’une mélodie retentit. Les puristes auront alors reconnu le thème de la saga Saw qui introduit élégamment le début des hostilités. TESS entre dans l’arène.

Le show s’installe alors avec Délicate, présente sur leur premier album : la Dame de Coeur, qui sème ses « princesses/putes » à tous vents. Mais le groupe, en ce moment en pré-prod, est surtout là pour mettre l’eau aux bouches les plus délicates (justement !) en vue de leur actualité, comprendre un E.P. pour la rentrée et un album pour 2010. Tout un programme, introduit efficacement grâce à certains de leurs nouveaux titres tels que Dans ma boite ou encore Pantin .

Une sacrée claque dans la gueule à des années lumières des galettes précédentes. Reste à savoir si c’est la surprise ou si tout simplement le public de la soirée est mou du genou. Qu’importe, c’est le moment d’ AscensionTibo délaisse le micro pour rejoindre Damien derrière la batterie : un quatre mains qui rend ses jambes à la fosse, mais n’oublions pas toutes les demoiselles en fleur venues en masse et qui trépignent d’impatience à l’idée d’écouter Papillon Noir . Ce sera chose faite, mais que les plus coreux se rassurent la suite des événements s’annonce hostile, avec un morceau encore pur et vierge de titre qui s’habillera d’un « Violente » sur la set list.

La tension a monté d’un cran et pour contrer la mollesse du public, Tibo s’offre un bain de foule sur l’ultime chanson, Années Closes, lançant au sein même de la fosse un braveheart : c’est ce qu’on appelle mouiller sa chemise !

Avec leurs nouveaux titres qui respirent bon la rupture d’anévrisme et les anciennes chansons remises à la sauce boucherie des balkans, les TESS gardent leur touche élégante et sale à la fois : à bon entendeur.

Crédits photo : THELSB

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article