Syd Matters

par |
Défendre sur scène un album aussi intimiste que « Ghost Days », composé en huis clos par Jonathan Morali, aurait pu relever du défi pour les cinq garçons de Syd Matters. Ils offriront toutefois une superbe prestation lors de cette soirée pop & folk à l’Olympic de Nantes, qui sera aussi l’occasion de découvrir deux autres univers.

Nantes L’Olympic – 23.05.2008

sydmatters-2La soirée commence avec le groupe nantais Faustine Seilman Orchestra, créant aisément une ambiance d’un autre temps. La chanteuse Faustine est au piano, les autres musiciens à l’accordéon et à la guitare. Les arrangements sont réussis et les mélodies prenantes, notamment sur le morceau Soap Opera, mais le chant de Faustine prend un ton un peu trop classique et mélancolique qui ne colle pas toujours avec les envolées post rock du groupe.

Les premières notes de Everything Else, égrenées par Jonathan Morali à la guitare acoustique, introduisent voluptueusement le set de Syd Matters . Mêlées aux morceaux des opus précédents, les compositions extraites de Ghost Days sont l’occasion de développer une réelle intensité et une énergie scénique qui font participer tout le groupe, concentré à sa tâche.

Ainsi Cloudflakes, qui décrit les rêves éveillés d’un homme dans son appartement au milieu de la nuit, se pare d’une tension nouvelle, pas réellement ressentie sur l’album. Sur ce titre et sur d’autres, comme l’intense Me And My Horses qui clôturera le set par une déflagration de guitares s’aventurant presque dans le noise rock, les choeurs des membres du groupe sont réussis et donnent de la profondeur aux mélodies. Les plus beaux classiques du groupe seront également joués, End And Start Again et Obstacles .

Si les musiciens restent assez timides sur scène tout au long du concert, Jonathan Morali en tête, ils développent pourtant entre eux une complicité qui transparait. L’accueil de la salle est chaleureux et on y retrouve des fans assidus (« C’est la troisième fois que je les vois », « Jonathan a grossi »). À l’occasion du rappel unanime, le chanteur osera même un « Merci d’être venus ».

Pour clôturer cette soirée en apesanteur, c’est accompagnée de ses compères de longue date (depuis 2001), le guitariste Olivier Mellano et le batteur Gaël Desbois, que Laëtitia Sheriff monte sur scène et présente des titres tirés de son dernier album, Games Over . La rockeuse a une voix au timbre voilé qui sied avec les mélodies écorchées d’Olivier, appuyées par d’amples effets de sample et de distorsions. À la manière d’une Feist française, Laetitia clôt le concert par une jolie ritournelle de quelques accords à la guitare: There High .

Partager !

En savoir +

Quelques nouvelles dates de concert estivales annoncent la réédition des trois albums de Syd Matters le 9 juin prochain, accompagnés de titres inédits.

Syd Matters: http://www.myspace.com/sydmatters
Laetitia Sheriff: http://www.myspace.com/laetitiasheriff
Faustine Seilman Orchestra: www.myspace.com/faustineseilman

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article