Super Furry Animals

par Frederic|
À chaque nouvelle vague Pop britannique, son groupe maudit : une courte escapade dans la lumière et les superlatifs avant la lennnnnte descente en chassé vers l’oubli. Les méchantes années 90 ont croqué tout cru les excellents Boo Radleys – "Hein ? C’est qui ?" -, ces incroyables faiseurs de Pop.

sfa2Il n’y a pas si longtemps, ce sont les liverpuldiens de The Coral qui auraient succombé s’il n’y avait pas eu cette grande gueule de Noel Gallagher pour sauver l’expédition en remettant tout le monde au turbin et en les aidant à concrétiser leur splendide Roots and Echoes . On se doute que Noel a peut-être déjà échangé un mot avec les Super Furry Animals, ex-compagnons de label chez Creation .

Prolifiques comme de jeunes Beatles surexcités, créatifs et loufoques comme eux, période Album Blanc, les Super Furry Animals sont passés à côté du gros carton… Et pourtant ! S’il y a eu un jour un groupe pouvant légitimement se réclamer de ce certain groupe de Liverpool, ce sont bien ces drôles de zèbres.

Dandys techno à leurs heures perdues, collaborateurs réguliers des musiciens et producteurs Mario Caldato Jr ( Beastie Boys, Sean Lennon ) et Sean O’Hagan ( High Llamas ), les Gallois de Super Furry Animals sont une espèce en voie de disparition : celle qui porte haut l’art du songwriting, en alliant recherche sur la mélodie et l’innovation du son et tout çà, dans une petite bricole de trois minutes.

Alors petit, si tu penses que tu look good sur le dance floor, garde la tête froide et écoute donc ce qu’a à te dire l’oncle Huw, guitare lead et co-compositeur des Super Furry Animals .

Bonjour Super Furry Animals, vous venez de sortir un nouvel album et il s’appelle Hey Venus . Sur cet album, on note un changement au niveau de votre son, qui rompt avec la progression de vos précédents disques ; on pense notamment à vos premiers opus, à la fin des années 90. Pouvez vous nous en dire plus ?

En fait on a décidé de changer radicalement par rapport à ce qu’on a fait sur les derniers disques, en particulier sur Love Kraft, qui a des arrangements très riches, presque cinématographiques. Sur scène, on joue d’habitude des morceaux enjoués et il y en avait pas tant que çà sur Love Kraft, ça devenait donc difficile de retrouver cette énergie. Donc on a conçu ce disque de manière à ce qu’il soit facile a retranscrire sur scène

Un disque plus direct.

Oui, et c’était d’ailleurs notre approche au début, à l’époque de Radiator par exemple. Ce n’est pas forcément une volonté de retrouver notre son des années 90, mais un son neuf, plus frais. Enfin, j’espère ( rires )

Sur le disque précédent vous avez tenté quelque chose de nouveau en vous partageant l’écriture des titres. Vous êtes finalement revenus à votre mode de fonctionnement antérieur, puisque la quasi totalité de Hey Venus a été composée par votre chanteur, Gruff. Pourquoi cela ? Est-ce une volonté de revenir en territoires familiers?

Ça dépend vraiment de ce qui arrive en termes de chansons. Gruff reste un songwriter génial et il a toujours des wagons de compos. Il avait ce groupe de titres assez cohérents, très pop, de 3 minutes et quelques. En fait, on arrive généralement tous avec nos compos et on décide ensuite quel type d’album on veut faire. Pour Hey Venus, on avait plusieurs types d’albums possibles : Cyan (clavier) avait par exemple écrit des morceaux très Doo Wop, avec pas mal de piano. Les textes peuvent aussi orienter notre choix, et de manière subconsciente, on choisit tel ou tel morceau.

Y-a-t-il une chanson s’appellant Hey Venus qui n’est pas sur l’album?

Ah oui, effectivement.Attends, non, en fait il n’y en a pas ( rires )

Cela aurait pu être une chanson cachée comme sur Guerilla.

Ce sont en fait les premières paroles du morceau Into the Night, et on a gardé le nom Venus pour l’histoire de cette fille, qui parcourt tout l’album.

Ses aventures dans une ville imaginaire, entre autre.

Oui, Venus, c’est elle.

Il y a cette chanson, Suckers qui m’a surpris par son ton assez amer, quelque chose d’inédit pour vous. Je me demandais s’il s’agissait d’une blague, ou s’il y avait du vrai.

Oui, ce n’était d’ailleurs pas évident de choisir la bonne approche pour ce genre de texte, parce que vous pouvez rapidement paraître condescendants ou risquer que les gens comprennent le truc à l’envers ( rires )

C’est assez drôle parce que vous y critiquez les groupes de stades, paradant devant la masse, alors qu’en même temps on pourrait imaginer toute une foule chanter ce morceau !

Oui, c’est définitivement ironique ( rires ). Mais bon, c’est un titre que Gruff a composé en 15 minutes, et c’est sorti comme ça, sans arrières pensées, donc je suppose que l’intention de départ est honorable.

Sur un autre sujet, vous avez refusé une offre de Coca Cola de 2 millions de dollars pour une publicité. Je crois que c’était après que vous ayez visités une de leurs entreprises en Colombie.

Non, en fait c’était après.

Est-ce que çà fait partie d’une éthique, d’une conscience sociale au niveau du groupe ? Etes-vous investis dans des projets particuliers comme le commerce équitable ?

sfaOui, on a eu l’occasion de participer à ce type de projet. Mais on tente de rester un peu à l’écart, on n’essaie pas d’avoir une position politique active. On ne veut pas concilier cela avec le fait d’être musicien. On se contente de faire des rencontres, prendre conscience des endroits où les gens en ont marre. Ce qu’on fait reste du divertissement. On est conscients de ce qui se passe, mais on ne perd pas de vue que l’on reste un groupe de musique. Je suppose que c’est une façon de rester fidèle à ce que nous sommes.

Vous avez des projets en route, l’un concerne le nouvel an de cette année. Pouvez-vous nous en parler ?

Oui, on va jouer au Royal Festival Hall, dans le quartier de Southbank à Londres. On espère ramener plein d’autres groupes avec nous. Il y aura Hot Chip, je pense et plein d’autres groupes pas encore confirmés ( rires ) Il y aura aussi des trucs spontanés qui se passeront, ce sera une bonne façon d’aborder la nouvelle année !

Est-ce que je suis invité ?

T’as intérêt à rester sage et poli alors ( rires )

Ok, je vais essayer ( rires ). Bon, vous avez déjà réalisé huit albums, qu’est-ce qu’il vous reste à accomplir en tant que groupe, quelles sont vos aspirations ? Avez-vous en tête votre opus magnus, votre disque définitif ?

Le truc sympa avec nous, c’est que rien n’est jamais prévu. La seule chose que je peux te dire est que je ne pense pas que nous ayons accompli à ce jour le type d’album définitif que tu peux donner à quelqu’un en étant sûr que ça va lui retourner le cerveau. On est très critiques envers nous-mêmes de toute façon, et je crois qu’on est parfois trop absorbés par le travail en studio pour nous rendre compte de ce qui se passe. D’ailleurs, le jour où on produira un tel disque, on ne s’en rendra peut-être pas compte ( rires ).

Oui et les gens vous diront  » Hey, c’est celui-là le disque qu’on attendait  » !

Ouais, certainement ( rires )

Pour terminer, je voulais avoir ton avis sur l’évolution de l’industrie musicale. De plus en plus de gens essaient de nouveaux modèles, pas seulement Radiohead, mais aussi des gens comme Saul Williams, qui essaient de nouvelles façons d’atteindre les gens. Est-ce qu’on peut attendre quelque chose de similaire de la part des Super Furries ?

Radiohead est un groupe qui marche bien, mais il y en a un paquet d’autres dont on ne parle pas qui font la même chose tous les jours. Leur démarche est un peu négative, je trouve.

Oui, mais ils ont pris un risque, essayé quelque chose de nouveau.

Oui mais ils sont en position de le faire, ces types sont millionnaires !( rires ) Je comprends ce qu’ils ont essayé de faire, mais ça a été très amplifié grâce à leur statut de groupe à succès. L’intention est bonne, mais je crois que l’aspect business de la chose n’a pas très bien fonctionné. D’ailleurs ils viennent de signer un nouveau deal pour sortir l’album de manière classique, de toute façon ( rires ).

Internet peut aussi être utilisé pour proposer des choses inédites aux fans.

Oui, on essaie de faire çà, on va d’ailleurs probablement donner en téléchargement gratuit le titre The Gift That keeps Giving pour Noel.

Merci Super Furry Animals.

En savoir +

Site officiel: http://www.superfurry.com/

Myspace: www.myspace.com/superfurry

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article