Starting Blocks – Avril 2013

par |
Groupes en démarrage de carrière, autoproduits, micro-labels… Chaque mois, le meilleur de la jeune garde hexagonale en 4 EPs ou albums.



I AM POOH LOVES PRETTY SYBILLINE – Bicyclette (EP)

i am pooh 150

Projet solo de Sebastien Blanc, fondateur du groupe Tapenga, I am Pooh Loves Pretty Sybilline nous livre ici son deuxième album, sorte de capharnaüm génial entre electro, pop, synthwave et indie rock. Oeuvre d’un homme-orchestre touche-à-tout, qui dynamite les styles en les confrontant dans un salad bowl géant d’influences contradictoires, cet album sonne tour à tour 70s (pour les basslines groovy), 80s (pour les mélodies glacées), et 90s (pour son côté pop-rock). « The 1980s were so good for me » entonne-t-il dans 1980 : on ne doute pas une seule seconde que ces années riches en apparitions d’instruments et de crossover de genres soit une référence pour le bonhomme.

Album en écoute sur Bandcamp.
Sunshine bright on tree by I Am Pooh




FOURMI – Plexiglas (EP)

fourmi 150

Nouvelle sortie du parisien Fourmi après son LP Glottal Stop en 2012, Plexiglas est un concentré d’ « electro-bizarro-fuckcore » comme l’appelle lui-même son créateur : un EP de six titres dont 2 remixes, qui parle autant aux jambes qu’au cerveau, donne sévèrement la bougeotte tout en hypnotisant l’esprit. Avec ses caisses claires au son hyper 90s, ses synthés à la Rephlex, ses voix robotiques, ses basses rondes et ses mélodies trancey, il livre une sorte d’electro old school entre acid techno et rave music à l’anglaise, toute en montées progressives. Définitivement jouissif.

EPs en écoute sur Soundcloud.
Saliva Dribble by Fourmi




NICKEL PRESSING – Who Decides ? (EP)

nickel pressing 150

Trio lyonnais à la formation atypique (violon – basse – batterie), Nickel Pressing se passe volontiers de la sacro-sainte guitare pour créer une sorte de math-pop survitaminée et hyper originale. Grâce à une forte présence de sons électroniques, son absence leur permet de s’affranchir des codes de la pop et de cultiver le break à toute épreuve : syncopes rythmiques, changements brusques de mélodies ou d’ambiances musicales, confrontations de sons… Chaque moment de cet EP est comme un virage qui surprend, attire, et finalement emporte l’oreille dans un nouveau mouvement. Curieux, enivrant, efficace : un sans-faute.

EP en écoute sur nickelpressing.com.




AVGVST – Heat of the Moment (EP)

avgvst 150

Cinquième opus d’une série initiée par Le Turc Mécanique et consistant à réaliser extrêmement rapidement deux morceaux et une vidéo, cet EP d’AVGVST devrait ravir les amateurs. Déjà chroniqués dans ces pages pour leur précédent EP, AVGVST manient toujours aussi bien les brouillards de sons et nappes sans fins. Sur ces deux titres, ils créent une musique terriblement visuelle, comme la bande originale d’un film rêvé, qu’on imagine urbain, nocturne et glacé, quelque part entre Heat et Drive : malgré sa froideur apparente, cet EP dégage une émotion toute cinématographique, une chaleur qui s’insinue dans le nuage sonore et éveille les sens.

EP en écoute sur Soundcloud.
Avgvst – 1 – We Have Cancer by AVGVST


Pour nous soumettre vos productions, vous pouvez envoyer vos EPs ou albums à cette adresse : benjamin.dierstein@discordance.fr.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : En plus de travailler dans la promotion musicale, Benjamin aime passer son temps perdu à écrire sur les médias en général, la théorie du cinéma, l'économie des NTIC ou encore la transformation de l'industrie musicale. Sinon, il adore les salles de concert qui sentent la sueur, les films de plus de trois heures sur l'histoire des Etats-Unis, la techno planante au petit matin, les hot-dogs, les papiers gonzos, la radio, la vodka, le rock qui envoie, les polars de 800 pages avec des personnages orduriers, les documentaires sur la CIA, et puis surtout les yaourts et les glaces.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article