Sriracha Records Tour 2004

par |
Affiche gargantuesque pour tournée marathon : 8 dates en 8 jours avec 6 groupes à l'affiche. C'est déjà la quatrième fois en cinq éditions que le Sriracha Tour passe par Strasbourg et comme à chaque fois l'accueil réservé par le public aux différents artistes étaient à la hauteur de leurs excellentes prestations.

eyeless1_smallAu programme de la soirée, il y a bien sûr Lofofora mais également l’ensemble des nouvelles signatures du Sriracha Records . En effet, les activités de Sriracha se diversifient et l’association vient de créer en parallèle un label sur lequel sont déjà présents Eths, Body Fluids, Eyeless, Noxious Enjoyment et Babylon Pression . Beaucoup de nouveauté et de découvertes donc, mais si il y a bien une chose qui ne change pas, c’est l’ambiance unique qui règne dans la salle. Le public est ultra réceptif, les groupes jouent avec le sourire aux lèvres et la bonne humeur qui semble régner au sein du collectif devient très vite communicative.

Il n’est que 19h30, mais dès le premier titre d’ Eyeless, c’est le feu dans la fosse. Leur métal hardcore teinté de passages death fait instantanément mouche. Le groupe est au taquet et est visiblement très heureux d’être là. Avec Body Fluids, l’atmosphère se fait moins brutale. Leur musique, très dense et complexe, oscille avec bonheur entre métal, fusion et world. Le groupe impressionne par la qualité du set et par la puissance qu’il dégage. Le chanteur est une vraie pile électrique et déborde d’énergie et de charisme. Une des meilleure performance de la soirée à mon goût.

body2_small
C’est gonflé à bloc que Babylon Pression prends possession de la scène. Aucun temps mort ne sera de mise et leur métal péchû matiné de ragga provoque l’effervescence dans la salle. Une bonne partie de leur premier album est passé en revue avec notamment les deux bombes que sont Champion Lova et Négative Génération . Les deux chanteurs se complètent admirablement et même si l’ensemble sonne encore un peu fouillis par moment, les bonnes vibrations dégagées suffisent amplement à faire de leur show une réussite.

Noxious Enjoyment c’est un peu le concept du « All Stars Band » version hardcore, avec un ex- Boost au chant, un Sarkazein à la basse et deux Lofofora à la guitare et à la basse. Excusez du peu ! Ça joue rapide et violent. La fosse ne tarde pas à se transformer en Circle Pit géant et le set est à l’image du groupe et de sa musique: authentique et sans concessions.

Dès l’arrivée d’ Eths, sous une pluie nourrie d’applaudissements, force est de constater que quelque chose est en train de se passer avec ce groupe. Leur premier album n’est sorti que depuis quelques semaines, mais le public a l’air de déjà tout connaître. Ce qu’arrive à faire la chanteuse avec sa voix est tout simplement incroyable, de cris en chuchotements, nous pénétrons avec délice dans un univers glauque fait de rage et de gros son.

lofo3_smallFaire de chaque concert un moment unique, arriver à surprendre encore et toujours même après toutes ces années passées à écumer les scènes de France et de Navarre, c’est ce qui marque le plus quand on parle de Lofofora . Et ce n’est pas cette date strasbourgeoise qui dérogera à la règle : l’ambiance est à la fête, le groupe est ici comme à la maison et le public leur réserve un accueil triomphale dès leur entrée sur scène. Les titres joués sont une subtile compilations de vieilles et de nouvelles chansons. Pas de  » Hollidays in France  » ou de  » Macho Blues  » cette fois ci, mais à la place ce sera le très rarement joué  » Baise ta vie  » qui remplira de joie tous les vieux de la vieille présents dans la salle. Le show passera bien sûr beaucoup trop vite, et cette orgie musicale se terminera par un  » Vive le Feu  » accompagné de K-Shoo de Noxious Enjoyment .

Au terme de la soirée la seule constatation qui s’impose, c’est qu’avec de tels groupes dans ses rangs, Sriracha Records s’annonce bel et bien comme un label incontournable de la scène francaise.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article