Songes

par admin|
Bon nombre de forums et de sites spécialisés en matière de bande dessinée parlaient de "Songes" bien avant sa sortie en décembre 2006. Déjà un certain mystère régnait. Beaucoup d'interrogations et une seule certitude: la demoiselle figurant sur la couverture faisait plus que simplement attirer notre attention..

coraline Coraline est le personnage principal du premier opus de la série Songes, dessiné par Dodson et scénarisé par Filippi . C’est une jeune et élégante perceptrice qui se présente par une belle journée ensoleillée, à un poste trouvé dans un journal. Son travail consistera à veiller sur Vernère le jeune maître d’une somptueuse demeure remplie de mécaniques étonnantes et de livres fabuleux.

Mais il se trouve que Vernère n’a pas vraiment l’âme d’un enfant. Hautain, dédaigneux et cachotier il préfère de loin bricoler d’incroyables machines plutôt que de s’afférer aux préoccupations habituelles des enfants de son âge. Quant au majordome de la maison, pourtant si sympathique au premier abord, il semble avoir un regard lubrique, comme s’il s’attendait à ce qu’arrive des aventures à la jolie Coraline . Le tout sous l’oeil lui aussi complice d’une gouvernante aux manières plutôt sèches.

Bref, l’ambiance dans laquelle baigne notre héroïne s’emplit rapidement de mystères, que seul le sommeil semble pouvoir atténuer. Enfin presque, car ses nuits sont plutôt agitées…

Filippi et Dodson réalisent là un doublé en matière de suggestions et de rêves. Le jour, Coraline est élégante, distinguée et réservée. Ses longs cheveux blonds coiffés en chignon lui donnent un air très sage et ses robes somptueuses ajoutent une élégance certaine à la demoiselle. Elle a ainsi tout de la jeune femme de bonne famille, amicale et distante. Néanmoins ses charmes se dévoilent subtilement. Au fil des pages, des courbes apparaissent et se dessinent de façon furtive mais pas vraiment innocente. Les longues robe laissent la place à des tenues de nuit qui en dévoilent toujours plus.

Le soir, les rêves de Coraline s’emballent pour d’étranges raisons. Si discrète le jour, elle s’y met à nue dans tous les sens du terme. Mais si l’histoire devient franchement suggestive, les songes coquins de Coraline restent d’une grande classe et notre héroïne reste d’une géniale innocence. Avoir un Van Gogh chez soi n’empêche pas de respecter les règles communes à tous les musées: on regarde, mais on ne touche pas. Sage ou non, Coraline demeure mystérieuse, et c’est là tout le charme de Songes .

Influencé par les écrits de Bilal ou de Loisel (pour ne citer qu’eux), Denis Pierre Filippi (le scénariste) est à l’origine un grand passionné de contes pour enfants. Il les lit, les écrit, mais il semble aussi les adapter. Dessinateur de comics, Dodson est renommé pour son coup de crayon en matière de gente féminine. La collaboration de ces deux talents donne Coraline et son scénario qui fait penser aux aventures d’ Alice au pays des merveilles, en version pour adultes. Une BD sur lesquelles les dessins, la couverture, l’aspect et le toucher possèdent un cachet et un charme fou. Une œuvre d’une grande qualité graphique et tactile, comme si quelques chose arrivait à passer sous les doigts du lecteur….

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article