Skinny Puppy – Mythmaker

par Arno Mothra|
Déjà plus de 25 ans de règne pour la référence de la musique industrielle ayant influencé toute une génération, allant jusqu’à Nine Inch Nails. Une véritable et violente débauche sonore et visuelle depuis « Remission », au début des années 80…

skinny_mythmaker_cover1Après 8 longues années d’absence et un peu éparpillé par ses multiples side-projects, Skinny Puppy est revenu à la lumière en 2004 avec The greater wrong of the right, album beaucoup plus accessible et pop que ses précédents. Applaudi par les médias spécialisés, ce nouvel essai était pourtant loin de satisfaire nos frustrations et de proposer des titres froids et orgasmiques comme seul ce groupe a su en composer. Contre toute attente, Mythmaker vient dignement rattraper le coup en nous offrant une galette très rentre-dedans et diversifiée.

(Presque) tout ce qui caractérise Skinny Puppy s’enchaîne sur cet opus : expérimentation trash et malsaine ( politikiL, magnifishit, ambiantz, ou le très Prodigy ugLi ), violence électrique dans le même esprit que The process ou Too dark park ( pedafly, meilleur titre du disque), continuité mélodique et électronique de The greater wrong of the right ( daL ), accentuées par deux ballades glaciales (le single haZe et jaHer ). En évinçant les plutôt plats et ennuyeux pasturN et lestiduZ, Mythmaker ravira les fans du duo, de retour à des ambiances nettement plus noires qu’en 2004.

Grosse évolution à souligner : Skinny Puppy prouve, comme à l’époque de The killing game, qu’il peut aussi nous transporter par plus de chant et une voix plus douce, comme en attestent les pistes haZe et surtout jaHer, dont la guitare sèche et les synthés nous font rapidement frissonner.

Si rien n’égalera Fair to frail, Morpheus laughing, Smothered hope, Testure, Incision, Assimilate, Dead lines, Candle ou Worlock, ce nouvel album montre à quel point les canadiens méritent leur titre de référence ultime, et savent le préserver.

Partager !

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 25 octobre 2008
    Dahlia a écrit :

    Enfin un article sur Skinny Puppy sur Discordance, il était temps que cet oubli soit réparé ^^
    Il est effectivement bon de rappeler que sans Skinny Puppy, pas de NIN possible… Et non, je n’exagère pas, inutile de gueuler au fond là, je vous ai entendu :D

    Cependant, je te trouve un peu dur concernant The greater wrong of the right, que j’ai même tendance à préférer à MythMaker, je ne crois que le fait qu’il soit accessible le dépércie, mais c’est prévisible que les fans se sentent trahis haha. La tournée qui a suivi était hallucinante. Tiens juste pour le plaisir cet extrait avec Worlock.
    http://fr.youtube.com/watch?v=BFOioskN3pI
    Rah j’épouserai l’homme qui me… hum disons qui me séduira sur cette chanson.

    Sinon il faut aussi parler du projet solo de Ogre, Ohgr, car Welt est un album d’une inventivité ahurissante, plus encore que Sunny Psiop qui a suivi.
    J’attend d’ailleurs le nouveau avec impatience:
    http://fluo.bbfr.net/chaos-french-zone-f1/le-nouveau-ohgr-t5728.htm?highlight=ohgr

  2. 2
    le Dimanche 26 octobre 2008
    Arno Mothra a écrit :

    Merci pour ton lien ! « Worlock » reste un des classiques du groupe (et la version longue incluse dans la collection de singles est bien meilleure que la version album). En revanche le son ne sonne pas très « live » :) ) Ca me rappelle le trop gros mixage opéré sur la vidéo (excellente quand même) de « Dead to the world » de Marilyn Manson en 98.

    Enorme regret que de ne jamais les avoir vus sur scène. Même si leur premier concert en France date de… 2004 ! La petite consolation : depuis « The greater wrong of the right » le groupe semble plus soudé qu’il y a quelques années. Avec un peu de chances, on aura droit à un futur album et à des concerts !

    Le côté plus « pop » (si on veut) ne m’a pas gêné dans le précédent album, car Skinny Puppy avait déjà à son actif quelques morceaux plus accessibles. C’est juste qu’il manquait à mon avis de l’ambiance noire typique du groupe. Le tout m’apparaissait bien trop lisse, voire assez banal.

    Pour OHGR je n’étais même pas au courant !! Merci ! Il faut dire que les projets solos d’Ogre sont tellement nombreux que l’on finit parfois par s’y perdre ;)

Réagissez à cet article