Sierra Swan – Good Soldier

par |
Goold Soldier, le quatrième album de Sierra Swan et premier produit par Billy Corgan (The Smashing Pumpkins), vient de paraître. L'occasion de s'intéresser à cette sortie dont la discrétion est proportionnelle à l'attente suscitée chez les admirateurs d'une artiste pas comme les autres.

Black Eyed ouvre le disque et déjà, l’auditeur est immédiatement plongé dans une atmosphère calme et intimiste. Les initiés peuvent ainsi retrouver avec un plaisir certain la voix charmeuse ainsi que les textes percutants et quelques peu désespérés caractéristiques de l’artiste. Pourtant, Little Shoes, probablement le morceau le plus lumineux de l’album, brille cette fois-ci sur des notes emplies d’un espoir étincelant. La guitare y est simple, paisible, à l’image de la chanteuse qui exprime ici pleinement l’amour démesuré qu’elle voue à son fils. Autre morceau particulièrement radieux, Take Me Out To The Ballgame séduit lui aussi par sa guitare acoustique enivrante et sa voix entraînante. Les refrains du très réussi Emotional, premier single de l’album, et du magnifique Mother Nature ne sont pas non plus en reste, rentrant dans la tête pour ne plus en sortir. Dans un tout autre registre, Make A Happy Home, contrairement à ce que son titre laisse suggérer, dévoile des sonorités plutôt sombres alliées à un chant qui l’est tout autant. Il en va de même sur l’entêtant The Day où la guitare saturée, inhabituelle chez Sierra Swan et qui tient davantage de l’influence de Billy Corgan selon les dires de l’artiste, vrombit sur ce titre dont le final hypnotique est particulièrement bien amené. Le très accrocheur Sad Affair, avec ses sonorités électro dansantes, nous ramène quant à lui au temps de Queen Of The Valley (paru en 2008 mais initialement composé et enregistré entre 1999 et 2000) pour un effet nostalgique garanti. I Feel, qui marque une nouvelle collaboration avec la célèbre Carina Round, joue sur l’harmonie des voix et la justesse de ses mélodies, transportant l’auditeur de par sa mélancolie palpable et touchante. Enfin, No Matter How Much, porté par la superbe voix de Sierra Swan, clos le disque de la plus émouvante des manières.

Rendu possible grâce au financement participatif, ce quatrième opus voit Sierra Swan poursuivre sa route d’artiste indépendante avec une détermination et un talent qui ne sont plus à démontrer. Loin des artifices tapageurs de nombreuses productions modernes, l’auteure délivre un disque à la musicalité prononcée, renvoyant le reflet d’une époque révolue, néanmoins intemporelle. L’alchimie opère sans cesse entre le chant, toujours irréprochable, et les mélodies feutrées qui se dessinent autour des guitares, du piano et des claviers, par ailleurs jamais trop en avant mais fournissant profondeur et cohésion à l’ensemble. Un album dense, éclectique et globalement plus apaisé qu’à l’accoutumée, dont la dimension humaine et la sincérité n’ont d’égale qu’une envoûtante beauté. Dédié à « ses bébés », celui venu au monde et celui à naître, Good Soldier est aussi une véritable déclaration d’amour à la musique et à la liberté artistique.

« Le message, j’espère, que les gens reçoivent de cet album, c’est simplement d’être vous-même. Créer l’art que vous aimez et ne considérez jamais ce que les autres diront ou ressentiront concernant ce que vous faites. C’est un piège pour n’importe quel artiste. Il est également important de réaliser qu’il y a une vue d’ensemble dans toute création. Ne jamais vous convaincre que ça n’en vaut pas la peine de vous mettre dans une position vulnérable artistiquement. Ça en vaut toujours la peine et c’est toujours beau. »  — Sierra Swan

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Esprit ouvert vers le monde, aussi bien apaisé que profondément rock'n'roll, Ghost erre dans l'immensité des paysages musicaux d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article