Sideways

par Marie Laure|
Quoi de mieux qu'une bonne gueule de bois comme introduction d'un film sur le vin ? Il ne faut pas beaucoup de temps pour être imprégné (ou plutôt imbibé) du monde dans lequel vit (ou survit) Miles, un des deux personnages principaux de Sideways. Seul, déprimé, alcoolique mais passionné par le vin, il vit dans une sorte d'autosuffisance dans un monde où le temps est suspendu.

sideway_logoPendant une semaine, Miles et Jack, meilleurs copains depuis la fac, vont enterrer la vie de garçon de Jack. Complètement différents: l’un divorcé, dépressif, alcoolique et associal, l’autre acteur, en passe de se marier, débordant d’énergie et d’excitation pour la vie. Les deux compères partent à la découverte des vignobles californiens, paysage d’une aventure amicale, amoureuse, tragique, comique…

De dégustation en dégustation chacun se livre un peu plus et se confirme aussi davantage dans sa personnalité. Bien qu’opposés, Jack et Miles partagent un côté jusqu’au boutiste et sans concessions, et sont unis par un lien très fort, même s’il ne se comprennent pas tout le temps. C’est justement là que réside l’intérêt du film: les personnages sont entiers, réalistes, fidèles à eux-mêmes, ils ne se noient pas dans un niais repentir.

Au-delà de l’histoire en elle-même, les paysages sont magnifiques, et c’est un film qui transporte non seulement par ses personnages, ses rebondissements, son ressenti, mais aussi par ses images. Pour un film états-unien, ça aurait pu être bien pire.

Heureusement Alexander Payne dépasse les clichés (il y a une vie en dehors du Chardonnay) et nous épargne d’un happy end hollywoodien. Courez-y ! Et allez boire un bon verre après…

Partager !

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 11 mai 2008
    Alice a écrit :

    Je viens de découvrir le site ! Ca à l’air sympa !

Réagissez à cet article